Dan Ratushny: «Commencer la saison par un gros derby, c’est idéal pour le spectacle»

Hockey sur glaceAu moment d’entamer, ce jeudi soir à Genève (19 h 45), son 2e exercice à la tête du LHC, le Canadien évoque ses attentes

Dan Ratushny affirme ne ressentir qu’une seule pression, celle du public. «Je veux lui rendre tout ce qu’il donne au club, à l’équipe». Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bonne nouvelle pour le LHC: Dan Ratushny n’a pas changé. La fin de saison en queue de poisson qu’il a connue avec ses Lions – longtemps indomptables – au printemps dernier n’a en rien modifié l’attitude positive d’un homme affable qui n’a perdu ni son enthousiasme ni sa bonne humeur. Quant au coach, on le sent plus déterminé que jamais à tout mettre en œuvre afin de ne pas revivre un épilogue similaire dans quelques mois.

Vous commencez votre 2e saison au LHC. Qu’est-ce qui est différent aujourd’hui?

Je me sens plus à l’aise qu’il y a un an. Parce que je connais beaucoup mieux la NL et mes joueurs. Un coach met peu de temps pour découvrir les qualités et défauts d’un joueur mais il en faut un peu plus pour bien en cerner la personnalité.

Vous avez donc pas mal de certitudes en plus, non?

C’est un mot que je n’aime pas trop. Disons que je sais mieux ce qu’on attend de moi. Dans ce sens, ma situation est plus agréable aujourd’hui, même si je reste conscient que je dois constamment me remettre en question pour continuer moi aussi d’évoluer et de progresser.

La déception de cette élimination rapide en play-off a-t-elle été vite digérée?

Bien sûr. Sitôt après ce quart de finale, nous avons analysé avec attention ce qui s’était passé. Puis réfléchi à ce qu’il faudra faire pour qu’une telle mésaventure ne se reproduise pas, si possible. Vous savez, on apprend toujours beaucoup de ces moments difficiles et le fait que nous étions tous fâchés de cette issue est très positif.

Ressentez-vous davantage de pression cette année?

La pression est une composante normale de notre métier. Avec laquelle il faut savoir composer mais qu’il convient de relativiser. Elle n’a rien à voir avec celle que subissent les médecins ou d’autres corps de métiers. Personnellement, la seule que je ressens, c’est celle du public. Je veux lui rendre tout ce qu’il donne au club, à l’équipe.

Pour cela, vous pourrez compter sur un meilleur groupe que le précédent.

Absolument, mais dans le sport on a déjà pu vérifier à maintes reprises que le talent ne garantit pas le succès. Cela dit, il est évident que notre potentiel offensif a bien été amélioré.

L’un des nouveaux joueurs vous a-t-il impressionné?

Tous apporteront une plus-value à l’équipe. Vermin est un joueur doté d’une très grande habileté technique et d’un bon sens du jeu. En power play, notamment, il va nous être précieux. Zangger a déjà confirmé ses qualités de buteur et de passeur mais également son bon apport défensif. Quant à Frick, un défenseur moderne, il est celui qui a le plus progressé depuis six semaines. Je le trouve plus calme et serein.

La seule réserve concerne le nombre d’attaquants…

J’en ai quatorze avec Schelling et cela ne me préoccupe pas. Pourquoi? Parce que nous avons de bons jeunes qui poussent derrière. Plusieurs d’entre eux ont déjà joué et se sont entraînés avec nous cet été. J’attends qu’ils apportent une saine concurrence, qu’ils essaient de bousculer les joueurs «établis». Pour un club comme le LHC, il est essentiel de pouvoir compter avec des jeunes ambitieux et de qualité.

La saison passée, le LHC avait compté beaucoup moins de blessés que la plupart de ses adversaires. Un hasard?

Je ne pense pas, même s’il faut bien entendu un peu de chance aussi pour éviter certains accidents. Mais dans notre cas, je crois que la présence d’un staff médical et de physios de premier ordre, associée à l’excellent travail de prévention qu’accomplit au quotidien Adrien (Valvo), notre préparateur physique, est la raison principale de la bonne santé de nos joueurs.

A la base des succès du LHC depuis cinq ans, Cristobal Huet entame sa dernière saison…

Chacun sait que le poste de gardien est le plus important en hockey. J’espère simplement que Cristo sera en bonne santé pour terminer sa carrière comme il le mérite. Mais il jouera moins de matches que par le passé. Raison pour laquelle nous avons engagé Zurkirchen, un très bon gardien et un gros travailleur qui a déjà montré sa valeur en préparation.

Vous êtes-vous fixé un objectif précis cette saison?

Aucun, si ce n’est celui de continuer notre processus de constante évolution commencé il y a un an. Les enseignements tirés du dernier exercice nous ont incités à procéder à quelques ajustements qui, espérons-le, nous permettront de mieux gérer nos mauvaises périodes durant la saison.

Le fait de commencer la saison par un derby, est-ce une bonne chose?

Le hockey est devenu un spectacle et, dans ce sens, qu’espérer de mieux qu’un derby pour passionner d’emblée le public? De notre point de vue, un tel rendez-vous ne peut que nous mettre tout de suite dans le bain.

Créé: 07.09.2017, 08h12

L’avant-match

Les infos

Le mode de championnat ne change pas. La saison régulière compte 50 matches avec quatre tours complets plus six matches «régionaux». Les huit premiers participent aux play-off, en best of 7, avec le 1er contre le 8e, le 2e face au 7e et ainsi de suite.
La nouveauté concerne les play-off. Désormais, les prolongations se joueront à la mort subite. En saison régulière, on reste avec le mode actuel de cinq minutes de prolongation à 3 contre 3, puis des tirs au but.

Le baromètre

Un absent
Il est au beau fixe pour un LHC qui s’est imposé 4-1 contre Zvolen lors de la répétition générale de samedi à Malley. Pour ce déplacement à Genève, Dan Ratushny pourra compter sur tout son effectif à l’exception d'Eric Walsky, convalescent. Le coach canadien ne désignera l’identité de son gardien que jeudi après une dernière séance d’entraînement.

L’adversaire

Diminué
La grande première de Craig Wood­croft à la tête de Ge-Servette ne se présente pas sous les meilleurs auspices. Le successeur de Chris McSorley devra composer sans Rod, Riat
(en Amérique du Nord), Vukovic (suspendu), Douay, Massimino ni Mayer (blessés). Le gardien, qui a repris l’entraînement, ne devrait pas être disponible avant octobre.

Le chiffre

2


Soit le nombre de victoires lausannoises à l’occasion des six derbys de la saison dernière face à Ge-Servette. Lors de ses trois déplacements aux Vernets, le LHC ne s’était imposé qu’une seule fois (2-1). Une victoire arrachée au terme d’une séance de tirs au but, le 7 janvier dernier. Après s’être à chaque fois inclinés lors du match d’ouverture avec Heinz Ehlers, les Lions avaient en revanche commencé le dernier exercice par un succès à Bienne (2-1).

Articles en relation

Le LHC inaugure Malley 2.0 avec une victoire

Hockey sur glace Face à des Slovaques limités, les Vaudois ont assuré (4-1). Le public a découvert cette nouvelle patinoire provisoire avec curiosité. Plus...

Une saison pour assurer la transition

Hockey sur glace En concurrence pour la place de gardien numéro un, Huet et Zurkirchen se confient sur cette saine rivalité. Plus...

«Berne me semble au-dessus du lot»

Hockey sur glace Pour Stéphane Rochette, consultant de la chaîne MySports, le double champion en titre part largement favori. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.