Au LHC, c’est toujours la même histoire

Hockey sur glaceLes Lions ont sombré face à Davos 24 heures après avoir brillé à Berne.

Ville Peltonen semblait désemparé, samedi soir.

Ville Peltonen semblait désemparé, samedi soir. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comment est-ce possible? Comment est-ce possible d’enchaîner un aussi bon match (victoire 5-2 à Berne) et une telle horreur (déroute 7-1 contre Davos) en 24 heures montre en main? «La réponse se situe entre les deux oreilles des joueurs», réagissait Ville Peltonen samedi soir. En balayant d’emblée l’idée que son Lausanne Hockey Club venait de payer - en partie du moins - sa grosse débauche d’énergie physique et mentale de la veille, face à des Grisons qui étaient quant à eux restés au repos vendredi. «Cela n’a absolument rien à voir avec ça.»

L’entraîneur finlandais prenait sur lui. «C’est un désastre et le staff technique a sa part de responsabilité. Il faut croire que l’on n’a pas réussi à préparer notre équipe pour affronter un Davos qui a été aussi bon que ce à quoi on s’attendait.» L’homme avait le regard noir. Le vestiaire lausannois venait de rester fermé durant de longues minutes. A sa sortie, Joël Genazzi n’avait qu’un mot à la bouche: «La honte».

7-1 à la maison, quatre jours après avoir inauguré la Vaudoise aréna par une première défaite face à Ge/Servette. On peut comprendre le défenseur des Lions. Et sur le coup, on ne pouvait surtout pas lui donner tort. La preuve que le LHC a encore du chemin à parcourir avant d’atteindre la dimension à laquelle il aspire. Le temps passe mais les travers reviennent. On croit Lausanne lancé et on lui dresse des louanges. Il se relâche et vient nous rappeler son inconstance. Son manque d’exigence, de rigueur, de maturité.

«Quelqu’un de très intelligent a dit un jour: «La définition de la folie, c'est de refaire toujours la même chose, et d'attendre des résultats différents», philosophait Ville Peltonen samedi. Ce soir, on a fait un grand pas en arrière.» 24 heures après avoir fait un bond en avant. C’est l’histoire du Lausanne Hockey Club. Et il serait grand temps que cela change.

Créé: 29.09.2019, 11h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.