Passer au contenu principal

Le LHC devra se montrer patient pour mieux museler le HC Davos

Dès samedi à Malley, le Lausanne HC fera face à la furia offensive des Grisons en quart de finale des play-off.

La vitesse et la force de projection du HC Davos constitueront un véritable défi pour la défense vaudoise dans cette série.
La vitesse et la force de projection du HC Davos constitueront un véritable défi pour la défense vaudoise dans cette série.
KEYSTONE

«Cette série sera spectaculaire à regarder; et elle le sera encore plus à jouer pour nous.» Joël Genazzi ne cachait pas sa satisfaction quelques minutes après avoir appris l’identité de l’adversaire des Lausannois en play-off.

Le LHC défiera donc la troupe d’Arno Del Curto en quart de finale. «C’est une bonne nouvelle. L’avantage de la glace pourrait être décisif. Cela sera très ouvert face à une équipe de Davos jeune et talentueuse.»

L’heure des play-off a donc sonné. Enfin, serait-on tenté de dire, tant Lausanne balbutiait son hockey depuis qu’il était assuré de terminer au 4e rang au classement. En 2016/2017, le LHC a croisé la route des Grisons à quatre reprises. Quatre rencontres pour deux défaites et autant de victoires. «Nous avons montré de quoi nous étions capables face à Davos cette saison, clamait Etiennne Froidevaux samedi soir à la Valascia. C’est une équipe qui peut nous convenir. Il faudra être attentif à ne pas trop se jeter vers l’avant, car ils sont excellents en contre-attaque. Nous devrons doser nos allants offensifs.»

Capacité de projection

Cette patience sur le front de l’attaque sera même la clé de cette série a priori indécise. Face à un HCD virevoltant, qui maîtrise l’art du contre comme aucune autre formation du championnat, Lausanne devra gérer sa prise de risque. Partir à l’abordage serait suicidaire face à cet habitué de la course au titre. Le LHC n’a certainement pas oublié la victoire grisonne (5-2) à Malley fin janvier, où le HCD avait retourné un désavantage de deux buts pour s’imposer.

Cette capacité de projection des Davosiens, potentiellement dévastatrice, prend ses racines depuis les bases arrière. «Les défenseurs n’hésitent pas à mettre tout de suite le puck vers l’avant, ce qui permet aux attaquants d’arriver avec une vitesse incroyable dans notre zone, détaille Joël Genazzi. C’est une manière de jouer difficile à contrer. Les attaquants devront être prêts à revenir pour nous aider.»

Cette arme redoutable est néanmoins à double tranchant. La troupe d’Arno Del Curto en avait fait l’amère expérience lors de la déroute concédée sur les bords du Léman en octobre dernier (8-1). Une déroute qui avait porté en grande partie la griffe d’un homme: Joël Genazzi, auteur d’un somptueux doublé.

«Dès que nous parvenons à couper la ligne de passe, nous pouvons profiter des espaces laissés par cette équipe offensive. La contre-attaque est aussi un de nos atouts. En tant que défenseur, la lecture du jeu sera cruciale. Nous devrons sentir quand il faudra reculer; ou au contraire, essayer de bloquer à la bande.»

Inquiétante dynamique

Lausanne a donc les clés de cette série qui s’annonce spectaculaire. A condition que le LHC retrouve ce qui a fait son succès en saison régulière: une intensité de tous les instants, un allant offensif irrésistible et ce soupçon de réussite. Autant d’ingrédients qui ont fait défaut au LHC ces dernières semaines. Sur leurs 10 dernières sorties, les Vaudois ont concédé 8 défaites. Les deux dernières (face à Lugano et à Ambri ce week-end) ont laissé songeur, tant la troupe de Ratushny a semblé en roue libre.

Etienne Froidevaux reste tout de même confiant. «Cette série négative ne m’inquiète pas, balayait-il samedi. Nous ne sommes pas satisfaits, c’est clair. Mais j’espère que ces défaites nous mettront suffisamment en colère pour réagir dès le début des play-off.»

Tout recommence à zéro

Une analyse partagée par son coéquipier. «Dans une saison, il y a des hauts et des bas, illustrait Genazzi après cet ultime revers concédé à Ambri. Cette mauvaise passe n’est déjà plus dans nos esprits. Nous avons le regard tourné vers Davos.» Les Lions ont désormais cinq jours pour aiguiser leurs griffes avant l’acte I qui se tiendra samedi à Malley.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.