Le LHC doit prouver qu’il a bien une âme

Hockey sur glaceLes Vaudois ont perdu Borlat et surtout Junland sur blessure. Sont-ils capables de se surpasser et de faire corps face à Ambri?

Nicklas Danielsson et les Lions doivent sortir les crocs.

Nicklas Danielsson et les Lions doivent sortir les crocs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le LHC ne fait pas tout juste, loin de là. Mais force est d’admettre que c’est cette fois la faute à pas de chance. Et que le coup est rude. Il est même double, puisque les Lions ont simultanément perdu sur blessure Valentin Borlat (doigt cassé, fin de saison) et Jonas Junland (haut du corps, 4 semaines d’absence), tous les deux touchés durant la rencontre de samedi soir à Langnau. «Ça fait partie du jeu, c’est le lot de toutes les équipes», lâche l’entraîneur John Fust.

C’est vrai. Mais cela reste terriblement embêtant, alors que se profile une confrontation cruciale face à Ambri ce mardi à Malley 2.0. Sans doute même un sommet dans la saison vaudoise, en termes d’enjeu et de tension. Seulement trois points d’avance sur les Léventins et la perspective de se donner de l’air dans le tour de classement ou de plonger en direction d’un play-out de tous les dangers contre Kloten. Chaud devant!

Là où les hommes de Luca Cereda ont activé le mode combat depuis fin janvier et surfent sur une vague positive (7 victoires en 9 rencontres), Lausanne patauge à tous les niveaux et doit donc désormais composer sans sa première paire défensive. Comment remplacer rien que Jonas Junland, 15 points lors des 15 derniers matches et surtout un temps de jeu moyen de plus de 24 minutes? «On a des solutions internes, répond John Fust. Certains joueurs vont obtenir un rôle encore plus important sur la glace.» Le Slovaque Martin Gernat (probablement aligné avec John Gobbi mardi) et Joël Genazzi (aux côtés de Lukas Frick) peuvent se préparer à enchaîner les présences, à égalité numérique comme en situations spéciales.

La tête et les tripes

Pour le reste, le LHC a activé la licence B du défenseur de La Chaux-de-Fonds Daniel Eigenmann et devrait repositionner Philippe Schelling derrière. Déjà particulièrement perméable cette saison (3,38 buts encaissés par match, pire statistique de National League), l’arrière-garde remodelée des Lions ne semble pas vraiment gage d’assurance, sur le papier. Il n’empêche qu’il faut faire avec et qu’à ce stade de l’exercice la différence se fait avant tout dans la tête et avec les tripes. Dans la difficulté, l’adversité, on va voir si Lausanne est une véritable équipe. Si le groupe vaudois a une âme. S’il est capable de se surpasser et de faire corps pour s’extirper du bourbier dans lequel il est malgré les pépins physiques. C’est en tout cas le moment ou jamais.

Dans ce sens et après la déception de samedi – d’un point de vue comptable comme de l’attitude –, John Fust a envie de croire que les coups durs que représentent les indisponibilités de Junland et de Borlat ont le potentiel de servir de mal pour un bien. «À court terme, ça peut resserrer les liens et renforcer l’état d’esprit du vestiaire», glisse-t-il.

Trios brassés, Stepanek titularisé?

Pour tenter d’insuffler une nouvelle dynamique, le tacticien canado-suisse prévoit par ailleurs de brasser ses trios offensifs, le premier (Ryser-Jeffrey-Danielsson) mis à part. Joël Vermin de retour à l’aile (avec Froidevaux et Zangger), Alain Miéville au centre du troisième bloc (en compagnie d’Antonietti et de Herren), Loïc In-Albon réintégré (aux côtés de Conz et de Kneubuehler). Tel a été l’alignement testé lundi matin à l’entraînement. Si la tendance se confirme, elle serait synonyme de continuité dans le statut d’étrangers surnuméraires de Matt Frattin et de Harri Pesonen. Mais aussi d’éventuelle titularisation du Tchèque Jakub Stepanek devant la cage. «C’est une option, se contente de commenter John Fust. Comme d’habitude, nous prendrons une décision définitive le jour du match.»

Certes. Reste qu’au regard de la prestation de Cristobal Huet à l’Ilfis (55,56% d’arrêts) et de l’actuelle instabilité de Sandro Zurkirchen, le choix ne serait pas surprenant. Quoi que le staff technique lausannois décide, il ne servira cependant à rien si l’équipe n’est pas prête à se faire mal à l’unisson pour s’en sortir. (24 heures)

Créé: 12.03.2018, 19h11

Articles en relation

A ce rythme-là, le LHC file droit vers le play-out

Hockey sur glace Battus à Langnau, les Lions n’ont plus que trois points d’avance sur Ambri. L’attitude est toujours plus inquiétante. Plus...

Les 4 ingrédients que le LHC doit mêler pour éviter le pire

Hockey sur glace Lausanne entame le tour de classement ce samedi sur la glace de Langnau (20h15). Faux départ fortement déconseillé. Plus...

Pour le LHC, le spectre du play-out existe bel et bien

Hockey sur glace Là où le grand huit déchaîne les passions, Lausanne doit composer avec la triste réalité du tour de classement. Mais l’enjeu est réel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.