Le LHC est-il mûr pour le palier supplémentaire?

Hockey sur glaceL’heure de la reprise approche en National League. Avec des Vaudois renforcés mais dont certains dossiers doivent être réglés.

Josh Jooris est l’un des cinq renforts lausannois de l’été. L’attaquant canadien à licence suisse semble déjà bien intégré dans l’effectif.

Josh Jooris est l’un des cinq renforts lausannois de l’été. L’attaquant canadien à licence suisse semble déjà bien intégré dans l’effectif. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On y est. Elle est enfin là. Au bout d’une dernière ligne droite qui va nous emmener jusqu’à vendredi, 19 h 45. La reprise n’est plus qu’à quelques encablures. Et il faut dire que le parfum de la saison 2019-2020 nous fait franchement saliver. À Lausanne, elle est synonyme d’entrée dans une patinoire flambant neuve aux sources de revenus multiples; autrement dit dans une nouvelle dimension. Alors on veut savoir.

On veut savoir à quel point la quête d’une place durable parmi les cadors de National League – à la lutte pour le titre – est proche de la réussite. Après un exercice historique mais fait d’inconstances, on veut savoir si le LHC est prêt pour le palier supplémentaire. Si son introspection post saison 2018-2019 ainsi que son recrutement lui ont permis de gagner en homogénéité, en équilibre, en autorité et donc en maturité.

Le début de campagne de Champions Hockey League a apporté de premiers éléments de réponse. Sur le papier, déjà, avec un alignement enrichi. Devant les buts (engagement de Stephan) comme sur le front de l’attaque, où les Lions disposent désormais de trois triplettes potentiellement dominantes (arrivées de Jooris et d’Almond) et d’un quatrième trio sur lequel on retrouvait dimanche des hommes forts d’un temps pas si lointain (Froidevaux et Herren). Sans parler d’une colonne vertébrale plus fournie que jamais (Jeffrey, Jooris, Emmerton, Froidevaux, Almond, Vermin et Bertschy peuvent jouer au centre).

Qui dit davantage de leaders dit responsabilités mieux diluées. Sur les deux derniers matches de Champions League, un seul attaquant a passé plus de 40 minutes sur la glace: Bertschy avec 40’24. Et puis il y a les domaines physique (ajoutez le recrutement d’Heldner) et expérience, qui semblent également avoir pris l’ascenseur. «Ce que je retiens de ce que j’ai vu jusqu’ici, c’est le caractère de l’équipe, relève de son côté Jan Alston. On a été menés dans trois des quatre rencontres que l’on a disputées et les gars n’ont rien lâché (ndlr: mieux, ils n’ont pas encore perdu dans le temps réglementaire)

Le cas Herren

Au final, de quoi surfer sur les certitudes emmagasinées la saison passée? «Le noyau a été étoffé et Ville (Peltonen, le coach) a des options, répond le directeur sportif lausannois. À nous de tout entreprendre pour continuer à grandir, même si notre championnat ne sera pas de tout repos. Je pense notamment au déménagement qui nous attend (inauguration de la Vaudoise aréna le 24 septembre; prise de possession des lieux prévue le 21) et aux Jeux olympiques de la jeunesse, qui vont influencer notre calendrier en janvier (3 matches en 2 semaines puis 5 matches en 8 jours)

Autre facteur à prendre en considération: la gestion des ego dans cet alignement new look. Le LHC proposerait Yannick Herren à des organisations de National League dans le but de s’en séparer? Selon nos informations, il s’agit aussi d’une volonté de départ de l’attaquant, lequel aspirerait à plus de temps de jeu. Une chose semble certaine: Lausanne mettra fin au contrat qui le lie au Valaisan (jusqu’en juin 2020) uniquement s’il obtient une contrepartie intéressante. Lisez un échange de joueur(s) satisfaisant.

Le terme est éventuellement à utiliser au pluriel car malgré les options dont il dispose, le LHC ne cracherait sans doute pas sur davantage de profondeur d’effectif. Au rayon suisses comme étrangers, d’ailleurs. Sur les quatre éléments importés sous contrat, Emmerton n’était que la cinquième roue du carrosse en première partie de saison dernière alors que Junland peine à retrouver son niveau depuis sa triple fracture de la clavicule (décembre 2018).

Quel renfort étranger?

Lausanne a besoin d’un ailier étranger. Histoire de mettre un coup de pression sur le quatuor actuel et d’offrir des alternatives supplémentaires majeures à Peltonen. «On sonde toujours le marché dans ce sens», commente Jan Alston, un œil sur les camps d’entraînement de NHL qui feront sous peu quelques déçus, et l’autre sur Sierre – mercredi en Coupe de Suisse – puis Lugano, vendredi, jour de reprise. On en salive.

Créé: 09.09.2019, 19h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.