Le LHC espère embarquer son public et ses recettes

Patinoire provisoireEvaluée à 10,6 millions de francs, l’enceinte temporaire de Malley aura une capacité de 6700 places. Locataire durant deux ans, le club vaudois veut y limiter les pertes d’exploitation.

Ce à quoi devrait ressembler l'intérieur de la patinoire provisoire de Malley.

Ce à quoi devrait ressembler l'intérieur de la patinoire provisoire de Malley. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Optimiser la rentabilité, dans une infrastructure au coût «acceptable» permettant le déménagement de sa communauté actuelle. C’est le défi que s’est fixé le Lausanne Hockey Club, qui disputera ses deux prochains exercices (le temps pour le futur complexe sportif de Malley de voir le jour) dans une patinoire provisoire. Une arène dont le projet final, évalué à 10,6 millions de francs, a été présenté mercredi par les différentes parties concernées.

Situé sur la zone des anciens abattoirs de la ville, le stade temporaire aura une capacité de 6700 places (2090 debout). C’est 900 de moins que Malley, «mais ça offre la garantie à tous nos abonnés (ndlr: ils sont environ 4500 cette saison) de pouvoir nous suivre dans cette aventure», souligne le directeur général du LHC, Sacha Weibel. «On tenait à sauvegarder l’âme de notre club», appuie le président du conseil d’administration, Patrick de Preux, en faisant référence au soutien populaire.

Il en va de même pour les partenaires. Loges (20), sièges en bord de glace et zone d’hospitalité VIP feront naturellement partie du concept. «L’idée, c’était de transférer une infrastructure sportive en maintenant au maximum sa compétitivité et ses fonctionnalités dans tous les domaines, explique Chris Wolf, directeur commercial du club vaudois. Embarquer tout le monde, contenter tout le monde, c’était le pitch. Histoire de conserver notre communauté et notre rentabilité, car il s’agit tout de même de limiter le manque à gagner.»

Dans ce sens, la solution d’un déménagement à Morges a rapidement été mise de côté. «On a creusé cette piste, poursuit Chris Wolf. Sur deux ans, on aurait perdu davantage en exploitation que ce que coûte l’enceinte éphémère. D’autant qu’il aurait également fallu investir pour mettre la patinoire des Eaux-Minérales (3200 places) aux normes de la Ligue nationale A. Et puis frustrer la moitié de nos fans parce qu’ils n’ont pas accès aux matches, ce n’était pas admissible.»

Pas de secteur visiteurs

Confié à une entreprise suisse spécialisée dans les constructions temporaires (Nüssli), le montage a démarré il y a peu et devrait être bouclé au mois de juillet. La structure sera métallique, les gradins en tubulaires ultrasolides, les bureaux administratifs ou autres locaux installés dans des containers préfabriqués. Tandis que les bandes, les plexiglas et le vidéotron seront importés depuis l’actuelle arène de Malley. Au contraire du secteur debout réservé aux supporters visiteurs. «Il n’y en aura pas, pour des raisons d’accessibilité et donc de sécurité», justifie Sacha Weibel.

Les alentours du stade? Ils ressembleront à une sorte de fan zone, avec ses food trucks, ses buvettes, son espace fondue, sa boutique officielle… De quoi garantir un certain chiffre d’affaires au niveau du merchandising et de la restauration, en dépit de la disparition du Restaurant de la Patinoire durant deux ans, travaux de démolition et de reconstruction obligent.

Un emprunt de 7,5 millions

Si les équipes de hockey de Renens et de Prilly, ainsi que le Club des patineurs de Lausanne seront aussi logés dans cette enceinte provisoire, le LHC en sera le locataire principal. Il financera d’ailleurs plus de 7,5 des 10,6 millions de francs du coût de l’opération, environ 2,5 millions étant pris en charge par le Centre sportif de Malley (CSM, anciennement CIGM). Comment les dirigeants vaudois comptent-ils s’y prendre? «Par un emprunt cautionné par le CSM et l’Etat de Vaud que nous rembourserons par tranches de 750 000 francs sur dix ans. Car nous n’avons évidemment pas cet argent en caisse», avance Patrick de Preux. «Sans le soutien du CSM et du Canton, la réalisation de ce projet aurait du reste été impossible», ajoute Sacha Weibel.

«Ce sera une aventure inédite. Et qui dit nouveauté dit forcément inconnues»

Le directeur général a en outre confirmé que les prix pratiqués (sur la billetterie notamment) dans l’arène temporaire seront identiques aux tarifs de l’actuel Malley. Avant de terminer sur une note incertaine: «Ce sera une aventure inédite pour un club d’élite. Et qui dit nouveauté dit forcément inconnues. On a essayé de tout optimiser au mieux, mais c’est compliqué d’estimer avec précision le manque à gagner qui résultera des deux prochaines saisons. Tout dépendra de nos supporters et de nos partenaires. Vont-ils nous suivre? On l’espère, car on a besoin d’eux.»

Time-lapse de la construction de la patinoire provisoire de Barcelone, montée il y a deux ans par Nüssli, l'entreprise en charge de l'arène temporaire de Malley:
(24 heures)

Créé: 01.02.2017, 22h00

Articles en relation

Des entrepreneurs locaux expriment leur déception

Vaud Plusieurs patrons vaudois déplorent l’attribution hors marché public d’une partie de la construction à une entreprise grecque. Le club se défend: c’est la seule solution. Plus...

LHC: feu vert pour la patinoire provisoire

Hockey sur glace Le permis de construire de l’enceinte qui hébergera le club vaudois durant les deux prochaines saisons a été délivré mardi matin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.