Lukas Frick, taille patron

Hockey sur glaceLe défenseur de 25 ans a pris du galon au Lausanne Hockey Club. Une question de mentalité et de confiance.

Lukas Frick monte en puissance depuis son arrivée au LHC il y a deux ans et demi.

Lukas Frick monte en puissance depuis son arrivée au LHC il y a deux ans et demi. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsque vous faites remarquer à Lukas Frick qu’il réalise la meilleure saison de sa carrière, sa réaction est limpide: «Je sais surtout que je peux encore progresser.» Idem lorsque vous lui demandez s’il s’attend à être de la sélection suisse au prochain Mondial, après avoir participé aux deux derniers tournois, médaille d’argent à la clé en 2018. «Ah non, coupe-t-il. Je n’attends rien. J’espère. Et je vais tout entreprendre pour y être. C’est différent.» Persévérance et humilité. C’est Lukas Frick, «un exemple sur le plan de la mentalité, un joueur qui représente les valeurs que l’on essaie de cultiver, complimente Ville Peltonen. Il se remet sans cesse en question, est toujours à l’écoute et cherche à sortir de sa zone de confort pour franchir les échelons.»

Lukas Frick ne le dira donc pas. Mais à 25 ans il réalise bel et bien la meilleure saison de sa (jeune) carrière. En suivant la courbe de progression qui est la sienne depuis son arrivée au LHC. «Cela fait deux ans et demi que je suis là et désormais je me sens solidement intégré. Je connais tout le monde au sein du club. Cela a son importance.» Le défenseur saint-gallois semble avoir besoin de repères et d’un certain cadre pour être en confiance. Ce n’est sans doute pas un hasard si ses premiers pas à Lausanne avaient été compliqués. Il y avait le facteur intégration. Et il y avait un coach qui faisait la part belle aux libertés sur la glace (Dan Ratushny).

«C’est vrai, acquiesce le principal intéressé. Et une chose est sûre: je me sens vraiment bien dans le système de jeu de Ville Peltonen. Mon rôle est clair et il me convient parfaitement. Je suis censé patiner avec le puck, distiller des passes depuis l’arrière, rejoindre l’attaque. C’est tout ce que j’aime. Et puis il y a Petteri Lindbohm, avec qui je fais la paire depuis deux ans maintenant. On se connaît sur le bout des doigts, je sais exactement ce qu’il va faire dans chaque situation. Cela aide.»

Des responsabilités

Avec 20 assists (22 points), Lukas Frick est l’actuel cinquième passeur de la Ligue parmi les défenseurs. Il est même celui qui en offre le plus hors situations spéciales (14). Conséquence de la redistribution des responsabilités effectuée par son coach durant l’été, il patine en moyenne deux minutes de plus par match que la saison dernière. Parce qu’il s’est fait une place sur le box play depuis septembre. Et parce qu’il a rejoint depuis peu les unités de power play (2 assists dans cet exercice vendredi passé). «Les responsabilités, ça donne confiance, commente-t-il. Mais ça met aussi une certaine pression dans le sens où il faut toujours être au top.»

Son rôle en vue, l’ex de Kloten l’a gagné, plaçant au passage son recrutement au rayon des très bonnes idées à mettre au crédit de Jan Alston. Et cela en démontrant la faculté de Ville Peltonen à développer des joueurs. «On a travaillé pour renforcer ses qualités et pour combler quelques petites lacunes, explique l’entraîneur finlandais. Le résultat est très convaincant. Lukas est un véritable défenseur moderne, complet, efficace, capable de faire face aux meilleurs attaquants du championnat et de participer à la production offensive. Et puis, ce qu’il y a de très positif, c’est qu’il dispose d’une marge de progression. Notamment aux niveaux physique et mental.»

Bientôt une priorité

Le No 38 des Lions taille patron. Mais il doit encore s’affirmer pour devenir l’un des tauliers de l’équipe. Si Lausanne veut se contenter d’aligner un seul défenseur étranger la saison prochaine, cela passe par là également. Musique d’avenir. Comme l’est la gestion de sa prolongation de contrat, qui arrivera à échéance au printemps 2021 et qui sera bientôt une priorité pour Jan Alston. Lukas Frick ne pense pas à tout cela. «Ce qui compte, c’est maintenant, lance-t-il. C’est aller le plus loin possible. Aller au bout. Je suis convaincu qu’on peut le faire. On est un groupe bourré de qualités, dans lequel chacun accepte son rôle.»

Au LHC de surfer sur sa bonne série du moment (8 victoires en 11 rencontres) – et en particulier sur sa prestation de vendredi dernier face à Zurich (4-2) – pour continuer à monter en puissance. Les play-off, c’est déjà dans dix matches.


D’emblée un rôle en vue pour Grenier

Arrivé en cours de semaine, Alexandre Grenier sera directement propulsé sur le devant de la scène, samedi soir face à FR Gottéron. Un alignement à l’aile aux côtés de Dustin Jeffrey et de Joel Vermin ainsi qu’un rôle en power play; c’est ce qui semble promis au nouvel attaquant du LHC selon la configuration de l’entraînement de vendredi. «On me fait d’emblée confiance, a souri le Québécois (28 ans). A moi de justifier cela sur la glace en essayant d’apporter quelque chose en plus à l’équipe avec mes qualités.»

A quel type de joueur faut-il s’attendre? «A un attaquant physique (ndlr: 195 cm pour 91 kg) au jeu complet et doté d’un bon shoot», a-t-il précisé. Débarqué en provenance des Iserlohn Roosters en Allemagne (23 points en 32 matches cette saison), l’homme aux neuf rencontres de NHL avec Vancouver tente de s’intégrer au plus vite. «Cela se passe vraiment bien. Il faut dire que je peux compter sur deux ex-coéquipiers avec Jeffrey et Kenins (ndlr: côtoyés chez les Utica Comets en AHL). Leur aide m’est précieuse car ce n’est jamais évident d’arriver dans une équipe aussi tard.» J.R.


LHC - FR Gottéron, l'avant-match

Toujours sans Kenins Ronalds Kenins ne s'est pas entraîné, vendredi matin. La semaine de pause n'a visiblement pas suffi à l’attaquant letton à licence suisse pour récupérer la pleine possession de ses moyens. Touché au bas du corps, il est absent de l’alignement depuis le 25 janvier. Et devrait encore l’être samedi.

Furrer de retour Côté fribourgeois, Benjamin Chavaillaz et Andrei Bykov sont annoncés blessés, alors que David Desharnais, convalescent, est très incertain. Philippe Furrer fera quant à lui son retour dans la défense des Dragons après une indisponibilité de plus d’un mois.

Stalder dira stop A 34 ans, Ralph Stalder raccrochera ses patins à la fin du présent championnat. Le défenseur de Gottéron, joueur du LHC durant sept saisons entre 2009 et 2016 (483 matches de National League à ce jour), a confié à la Liberté qu’il comptait partir s’installer au Canada. J.R.


Abonnez-vous à notre nouvelle newsletter LHC

Vous êtes fan du Lausanne Hockey Club et vous ne voulez manquer ses dernières actualités sous aucun prétexte? N'attendez plus! Inscrivez-vous dès maintenant à notre nouvelle newsletter, «La Tribune des Lions», et recevez chaque mardi de match toutes les infos sur votre équipe préférée et bien plus encore.

Créé: 07.02.2020, 17h19

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.