Passer au contenu principal

Timea Bacsinszky: «Malley a souvent porté l’équipe»

Depuis vingt ans, Timea Bacsinszky a encouragé les Lions depuis le virage ouest. La Lausannoise, aujourd’hui établie sur le circuit WTA, suit les résultats du club sur les réseaux sociaux.

En décembre dernier, Timea Bacsinszky a donné le coup d’envoi à Malley du match de championnat LHC-Berne. Un match forcément particulier puisque l’homme qui partage sa vie est Bernois.
En décembre dernier, Timea Bacsinszky a donné le coup d’envoi à Malley du match de championnat LHC-Berne. Un match forcément particulier puisque l’homme qui partage sa vie est Bernois.
DR

Timea Bacsinszky n’avait pas encore 10 ans lorsqu’elle a découvert pour la première fois «le chaudron» de Malley, comme elle l’appelle. «J’ai découvert le LHC grâce à mon frère, qui était déjà un grand fan, se remémore la joueuse de tennis. Ça devait être contre Gottéron sauf erreur. Je me souviens surtout de l’ambiance et des chants. Je voulais absolument aller dans le kop. A chaque fois que je reviens à Malley, je me souviens de cette première expérience magique.»

----------

A lire:«On doit tous élever notre niveau d’exigence d’un cran»

----------

Pendant des années, la Vaudoise a suivi son équipe préférée dans le virage ouest de Malley, et parfois même à l’extérieur. «Aujourd’hui, c’est plus compliqué d’aller voir un match debout, explique-t-elle. Les gens ont envie de me parler, de me demander des autographes ou des photos. C’est toujours sympa, mais c’est difficile de vivre le match.»

«Derbies» contre Berne

Aux quatre coins du globe tout au long de l’année, Timea Bacsinszky suit avec assiduité les résultats de l’équipe via les réseaux sociaux. «Le LHC, c’est le symbole de ma ville. Beaucoup de gens s’identifient au club. L’union fait la force, comme le dit le slogan. D’une certaine manière, j’essaie aussi de représenter Lausanne sur le circuit WTA.»

En décembre dernier, à l’invitation d’un partenaire commun au club, la Vaudoise a donné le coup d’envoi d’un match de championnat entre le LHC et Berne à Malley. «C’était impressionnant d’entendre son nom chanté dans les tribunes, d’être sur la glace avec les joueurs, se souvient-elle avec émotion. J’ai été très touchée d’avoir cet honneur.» L’affiche n’était d’ailleurs pas anodine pour celle dont l’ami est d’origine bernoise. «Evidemment, c’est un fan du SCB. On se vanne durant les matches. C’est marrant. Pour l’instant, Lausanne a plus souvent perdu contre Berne. Je compte sur le LHC pour ça change cette saison.»

Cette année, les supporters rouge et blanc devront s’habituer à ne plus vibrer dans la vénérable patinoire de Malley. «C’était un chaudron mythique, regrette «Timi». Le LHC est connu à travers le pays pour ses supporters. Malley a souvent porté l’équipe. Je rêverais d’avoir un public comme ça sur tous les matches autour du monde. Il n’y a que Roger qui a ça. Et encore.» (Rires.)

«C’est le public qui compte»

Timea Bacsinszky se montre optimiste pour l’avenir. «Même si on doit garder les bons moments vécus dans cet endroit, la perspective de la nouvelle patinoire est extrêmement réjouissante. Le développement des infrastructures sportives démontre que le canton de Vaud est une région dynamique, axée sur le sport.»

Et l’ambiance dans cette patinoire provisoire? «Ce n’est pas forcément la structure qui fait l’ambiance. Je ne me fais pas trop de soucis pour les fans lausannois. C’est le public qui compte. J’ai hâte de découvrir l’endroit en tout cas.»

----------

Êtes-vous incollables sur le LHC?

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.