La marche était trop haute pour Lausanne

Hockey sur glaceBattu pour la quatrième fois par Zoug, jeudi soir à la Bossard Arena (5-2), le LHC est éliminé des play-off.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Miracle il n’y a pas eu, jeudi soir à la Bossard Arena. Malgré le retour au jeu de Jeffrey. Pour que l’étincelle se produise, il aurait fallu éviter les traditionnels cadeaux. Mais là où Zoug n’a quasi rien donné durant cette demi­finale, Kenins (9e), Emmerton (12e) et Moy (21e, avec le concours d’un télescopage entre Frick et Kenins) ont précipité une nouvelle défaite (5-2). Celle de trop pour Lausanne, expédié en cinq matches direction les vacances.

L’heure du bilan a sonné. Il se fera calmement au sein du club vaudois ces prochains jours. Force est toutefois de constater que le LHC a fait ce qu’on attendait de lui. Sans plus. Oui, il a grandi, en témoigne le cap historique qu’il a franchi. Mais il faut aussi dire qu’il a atteint ses objectifs par les poils. À l’image d’une troisième place qualificative pour la Champions Hockey League décrochée lors de la dernière journée de l’exercice régulier. Et d’un ticket pour les demi-finales des play-off obtenu au bout d’un septième acte de tous les dangers face à Langnau.

Inconstance

Personne ne pourra cependant enlever aux Lions ce qu’ils ont réalisé. Ce qui est acquis est acquis. S’ils ont tremblé à plusieurs reprises cette saison, c’est en raison de leur inconstance. De leur incapacité à maintenir un certain niveau de rigueur, de discipline, sur la longueur. Le système prôné par Ville Peltonen, efficace mais exigeant physiquement comme mentalement, a-t-il joué un rôle là-dedans? N’oublions pas qu’il a également permis à Lausanne d’aller jusqu’où il est allé, en créant une véritable unité et en nourrissant la confiance du vestiaire.

Toujours est-il que la constance est le domaine dans lequel la marge de progression des Lausannois semble la plus grande, dans leur apprentissage de la ­culture de la gagne. Elle leur a en tout cas manqué en quarts, au moment de tuer la série à 3-1. Au lieu de cela, le LHC a dépensé de l’énergie qui aurait pu se révéler utile en demi-finales, où les leaders ont paru de moins en moins en jambes au fil des actes. La gestion de Peltonen a-t-elle aussi participé à ce phénomène, avec des hommes forts utilisés à toutes les sauces (box play compris)?

Lausanne a souffert de la comparaison avec Zoug, à tous les niveaux. On attendait davantage de certains joueurs. On aurait également voulu voir ce qu’aurait donné cette série avec un Jeffrey en pleine possession de ses moyens. Face à une équipe qui semble mûre pour aller chercher le titre, la marche était trop haute pour des Lions en développement. Notamment dans la gestion des événements et des émotions à ce stade de la compétition.

Et maintenant?

Le Lausanne HC a pu constater le chemin qu’il lui reste à parcourir dans l’assouvissement de ses ambitions. Les transferts estivaux (Tobias Stephan, Fabian Heldner, Victor Oejdemark, Josh Jooris et Cody Almond sont déjà annoncés) lui permettront-ils de combler ses lacunes les plus importantes, y compris sur le plan physique?

Créé: 04.04.2019, 22h58

Zoug-Lausanne 5-2 (2-0 2-1 1-1)

Bossard Arena, 7200 spectateurs (guichets fermés).
Arbitres:
MM. Hebeisen, Salonen; Wüst, Progin.
Buts: 9e Senteler (Simion) 1-0, 12e Leuenberger 2-0, 21e Suri (Martschini) 3-0, 25e Senteler (Lammer) 4-0, 30e Kenins (Emmerton/5c4) 4-1, 58e Genazzi 4-2, 59e Suri (cage vide) 5-2.
Zoug: Stephan; Diaz, Morant; Schlumpf, Zgraggen; Thiry, Alatalo; Zryd; Klingberg, Roe, Everberg; Martschini, Flynn, Suri; Lammer, Senteler, Simion; Leuenberger, Albrecht, Schnyder; Zehnder.
Lausanne: Zurkirchen (25e Boltshauser); Junland, Genazzi; Lindbohm, Frick; Trutmann, Grossmann; Nodari; Bertschy, Jeffrey, Vermin; Moy, Emmerton, Kenins; Zangger, Froidevaux, Leone; Antonietti, In-Albon, Herren; Traber.
Pénalités: 3x2’ contre Zoug; 4x2’ + 1x10’ (32e Grossmann) contre Lausanne.
Notes: Zoug sans Stadler, McIntyre ni Widerström (surnuméraires). Lausanne sans Mitchell (blessé), Borlat, Schelling, Barbero, Partanen
ni Roberts (surnuméraires). Tirs de pénalité manqués: 1re Martschini, 52e Senteler. Tir sur la transversale: 41e Bertschy.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.