«Pas de panique mais un sentiment d’urgence»

Hockey sur glaceLe directeur sportif du LHC Jan Alston est resté serein durant la période compliquée par laquelle le club vient de passer.

Le directeur sportif du Lausanne HC est demeuré confiant malgré la tourmente récente.

Le directeur sportif du Lausanne HC est demeuré confiant malgré la tourmente récente. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un café dans la main et un œil sur ses gars qui s’entraînent. Jeudi matin, Jan Alston, comme souvent, était présent pour jauger son équipe. «Comme vous pouvez le voir, tout le monde travaille bien chaque jour», nous précise-t-il. Avec trois victoires de rang, les Lausannois ont fait oublier les sept défaites en huit matches. Cette série avait fait planer de sérieux nuages sur Malley 2.0. Sont-ils dissipés? Non, mais l’atmosphère s’est détendue.

Jan Alston, on imagine que vous dormez mieux?
Les résultats ne doivent pas influencer les décisions. Vous savez, je tâche souvent de regarder plus loin que le score final. La manière a plus d’importance à moyen et long terme. Et je voyais que cette équipe n’était pas malade.

Ne nous faites pas croire que sept défaites en huit matches, cela ne vous a pas contrarié…
Bien sûr que cela me touche. Ces joueurs, s’ils sont là, c’est que je les apprécie et que je sais ce qu’ils sont capables de nous amener. Mais j’aurais été bien plus perturbé si nous ne jouions pas bien. Prenez l’exemple du match à Langnau. Nous perdons 4-2 en donnant trois buts à notre adversaire. À force, les joueurs étaient dans une spirale négative dont ils ont peiné à sortir.

Comment l’expliquez-vous?
Nous avons dû intégrer de nombreux joueurs et un nouveau coach. Dans ce contexte, il y a souvent une euphorie initiale. Mais ensuite, un coup de mou est fréquent. C’est une phase à laquelle je m’attendais. Peut-être pas si compliquée, mais je ne suis pas surpris.

Ce bon début de saison a-t-il desservi votre équipe?
On peut le voir ainsi. Il y a peut-être eu un relâchement. Ces derniers temps, j’ai à nouveau perçu ce sentiment d’urgence du début. Il n’y a par contre jamais eu de panique.

Y a-t-il un manque de leaders?
Quels ont été les joueurs qui nous ont fait gagner, selon vous?

Bertschy-Vermin-Kenins…
Vous avez la réponse à votre question précédente.

Ces joueurs n’auraient-ils pas pu éviter cette minicrise?
Tout le monde voulait en faire plus. Mais nous avons dû repartir des bases. En anglais, on dit less is more. En faire un peu moins permet d’avoir de meilleurs résultats. Revenir aux fondamentaux nous a aidés à sortir de ce creux. Mais attention, je ne veux pas dire que nous sommes tirés d’affaire. J’étais juste convaincu que la réponse se trouvait dans le vestiaire.

Que voulez-vous dire par «tout le monde voulait en faire plus»?
Lorsqu’une équipe traverse une période compliquée, il n’est pas simple de sortir de cette spirale. Nous perdions souvent sur des erreurs en fin de match après avoir été bons durant 50 minutes. Une équipe en confiance fait confiance à son système durant 60 minutes. Une équipe qui se pose des questions peut quitter son plan de jeu. Nous avons dû le rappeler aux gars.

Ne manque-t-il pas un peu de profondeur dans l’équipe?
Niveau qualité ou quantité?

Les deux…
L’idéal, c’est dix défenseurs et quinze attaquants. Je n’ai jamais caché qu’il faudrait un attaquant de plus. Mais concernant la qualité, je suis satisfait de la réponse collective. Notre mentalité c’est: lorsqu’il manque un gars, le prochain doit être prêt. Les gars ont répondu présent.

Créé: 01.11.2018, 21h27

L'avant-match

Malley 2.0, vendredi (19h45)

L’infirmerie Froidevaux est passé dire bonjour à ses coéquipiers. Les conséquences du choc à la tête qu’il a subi à Langnau le forcent à patienter encore. Il est d’ores et déjà forfait pour les deux matches du week-end. Zangger s’est testé jeudi et une décision sera prise ce vendredi.

Le choix du gardien Absent mardi pour une blessure au bas du corps, Boltshauser était de retour ce jeudi devant le filet. Mardi, Zurkirchen a capitulé à quatre reprises dont un but gag. Est-ce à dire qu’il cédera sa place à Boltshauser dès ce vendredi soir? Ville Peltonen ne dévoile pas ses plans, mais cela semble très probable.

Junland puissance huit Avec ses quatre (!) passes décisives de mardi, Junland a poursuivi sa série de matches avec au minimum un point. Elle se monte désormais à huit rencontres consécutives. Leader avec 20 points, le défenseur compte quatre longueurs d’avance sur son plus proche poursuivant au classement des compteurs.

Articles en relation

Il est trop tôt pour assurer que le LHC est guéri

Hockey sur glace Lausanne vient d’aligner trois victoires d’affilée avec un haut taux de réussite. Après le sous-régime, le surrégime. Plus...

Le LHC enchaîne grâce à son jeu de puissance surtout

Hockey sur glace Les Lions ont fait la différence en marquant quatre fois en supériorité numérique lors du tiers médian, mardi à Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...