Passer au contenu principal

Patrick de Preux: «On ne l’a pas vu venir»

Le président du conseil d’administration a souhaité sortir du bois pour donner son ressenti sur la situation du LHC. Autocritique au rendez-vous.

«Notre principal tort est de ne pas avoir suffisamment anticipé les choses», dixit Patrick de Preux.
«Notre principal tort est de ne pas avoir suffisamment anticipé les choses», dixit Patrick de Preux.
Keystone

Mercredi matin, lendemain de nouvelle défaite pour le LHC (la 27e de la saison et la 5e en 6 matches). Notre téléphone sonne, le numéro de Patrick de Preux apparaît sur l’écran. «On est capables d’être magnifiques contre Berne, puis de passer deux minutes à 5 contre 6 sans toucher le puck face à Fribourg. C’est incompréhensible.» Le président du conseil d’administration fait référence à la période de danse du scalp qui avait amené la troisième réussite de Gottéron la veille. Une séquence symptomatique de la passivité affichée par les Lions lors du tiers initial, malgré le caractère capital du déplacement de la BCF Arena dans la lutte pour les play-off.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.