Passer au contenu principal

Petteri Lindbohm: «Nous, on y a toujours cru»

Le défenseur du Lausanne HC disputera la finale du mondial avec la Finlande pour sa première participation.

Le «Lausannois» Petteri Lindbohm est «terriblement heureux de ce qui lui arrive».
Le «Lausannois» Petteri Lindbohm est «terriblement heureux de ce qui lui arrive».

Petteri Lindbohm, 24 ans, souhaitait venir en Suisse pour lancer sa carrière. Après un an à Lausanne - il est toujours sans contrat pour la saison prochaine -, le voilà en finale du championnat du monde après la victoire de la Finlande en demi-finale face à la Russie (1-0). L’arrière de Malley 2.0 a disputé 12’48’’ lors de cette victoire acquise de haute lutte. Et dire que les Nordiques n’ont quasi pas de joueurs de NHL dans leur vestiaire. Interview avec un homme heureux qui a passé plus d’un quart d’heure avec les médias de son pays avant de nous répondre.

Petteri Lindbohm, vous avez encore un peu de temps pour les médias suisses? (il rigole et se lance en français) Oui. Comment ça va?

Bien merci et vous? Super (il redevient sérieux). Bon assez parlé français. C’est un sentiment incroyable. Parfois un but peut suffire à ton bonheur. C’est arrivé aujourd’hui grâce à notre gardien qui a été absolument fantastique.

Pas grand monde n’aurait parié sur ce résultat tout de même.

Non, j’en suis bien conscient. Mais nous, on y a toujours cru. Même si nous n’étions peut-être pas l’équipe la plus forte sur le papier, l’état d’esprit dans le vestiaire est incroyable. Nous avons tous confiance l’un envers l’autre et nous appliquons parfaitement notre système de jeu. Nous avons beaucoup de jeunes et talentueux joueurs. Ces gars vont arriver en NHL dans pas longtemps. Mais notre travail d’équipe fait la différence. Une équipe sera toujours plus forte que le talent individuel.

Il s’agit de votre premier mondial. On peut dire que vous en profitez sacrément!

Exactement. A titre personnel, je suis terriblement heureux de ce qui m’arrive. Mais ce n’est pas terminé.

Vous êtes en fin de contrat. Mais y a-t-il une chance que Lausanne ait un champion du monde la saison prochaine?

Je n’ai que de bons souvenirs de mon année à Lausanne. J’aime mes coéquipiers, le club, les fans. Tout. Actuellement, je ne sais pas de quoi mon avenir sera fait pour être franc. Mais c’est toujours une option, oui. On verra.

Avec une nouvelle patinoire, en plus…

Exactement. Ça donne envie de voir à quoi cela va ressembler, non? Mais avant ça je dois encore terminer ma saison si vous le voulez bien. (rires)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.