«Nous sommes en plein management de crise»

Hockey sur glaceLe CEO du LHC Sacha Weibel évoque les thèmes qui font l’actualité du hockey suisse et de son club.

Sacha Weibel, CEO du Lausanne Hockey Club.

Sacha Weibel, CEO du Lausanne Hockey Club. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’annulation du Mondial a-t-elle des conséquences pour le LHC?
Nous étions très impliqués dans l’organisation sportive et au niveau de la restauration. Il y a un impact financier, un manque à gagner à court terme, mais ce n’est pas ce qui nous perturbe le plus, parce que ce Mondial, j’espère vraiment que nous l’aurons en 2021. Ce qui est plus embêtant, c’est que nous avons engagé un nombre d’employés qui correspond à un chiffre d’affaires et à un total de prestations à fournir sur l’année qui ne sont plus les mêmes. Aujourd’hui, nous avons trop de monde sous contrat.

Heureusement, la Confédération a fait le nécessaire afin de favoriser le chômage technique.
En effet. Pour nous, le recours au chômage technique était primordial. Actuellement, cela concerne la restauration et le staff administratif du club. Vis-à-vis des joueurs, nous voulons honorer nos engagements. Pour autant que cela soit possible. Nous avons besoin d’aide.

Il y a ce soutien de 100 millions de francs, dont 50 millions prévus sous forme de prêts pour les clubs professionnels, que le Conseil fédéral a annoncé.
C’est vrai. Mais il est encore trop tôt pour savoir comment cette somme sera répartie. Le moment venu, il faudra aussi voir plus précisément où nous en sommes et quelles sont les conditions de ces prêts.


Lire aussi: Un homme d’affaires tchèque parmi les repreneurs du club?


Entre l’annulation du Mondial et celle de la fin de la saison de National League (il y a deux semaines, on parlait de plus d’un million de francs pour ce point), peut-on chiffrer la perte qui vous frappe?
Elle dépendra de l’aide que nous recevrons.

Qu’en est-il des spectacles que vous êtes censés organiser dès juin?
Tout sera sans doute repoussé; mais pas annulé. Et la seule chose que nous pouvons faire, c’est nous tenir prêts pour le moment où la vie recommencera normalement.

Certains de vos sponsors vous ont-ils déjà fait part de leur impossibilité de tenir leurs engagements la saison prochaine?
Toute l’économie est en difficulté. Nos sponsors n’échappent pas à la crise. J’aimerais justement insister sur ce mot: c’est une crise. Cela sous-entend que les choses vont rentrer dans l’ordre.

Êtes-vous armés pour traverser cette crise?
A la base, nous ne l’étions pas. Mais nous essayons de trouver des solutions. Nous sommes en plein management de crise.

Où en est le litige avec la télévision? Allez-vous devoir rétrocéder une partie des revenus liés aux droits TV?
Il n’y a jamais eu de litige. UPC est un partenaire. Nous sommes tous sur le même bateau. Tout le monde souffre et veut s’entraider. Nous, les clubs, avions tout fait pour pouvoir jouer sans spectateurs, pour la télévision et pour les fans, à travers leur écran. D’un point de vue juridique, nous n’y sommes pour rien dans l’annulation du championnat.

A propos des fans, allez-vous dédommager vos supporters?
Chez nous, les play-off ne sont pas inclus dans l’abonnement de saison, sauf pour certaines catégories (ndlr: notamment les VIP et les loges). Après, il y a le cas de la dernière journée de l’exercice régulier, disputée à huis clos. Mais j’ai l’impression que tout le monde comprend le caractère unique de la situation. Les réclamations sont loin d’être légion. Ce qui est certain, c’est que nous allons trouver des solutions ensemble.

Rallonger la prochaine saison pourrait-il permettre de compenser quelque peu les parties concernées?
Personnellement, je suis partisan d’un championnat à 54 journées, avec deux groupes de six équipes: un à l’ouest (ndlr: Genève, Lausanne, Fribourg, Bienne, Berne, Langnau) et un à l’est. La Ligue juge que le calendrier est trop serré. Mais selon moi, la situation actuelle doit permettre des mesures exceptionnelles.

Où en êtes-vous dans votre quête d’un nouveau directeur sportif?
Nous sommes en train de regarder comment nous pouvons restructurer nos départements, dans toute l’entreprise. C’est le bon moment pour le faire. Notamment parce que nous devrons à l’avenir gérer toujours plus d’événements. La restructuration englobe également le secteur sportif. Le processus est en cours, mais aucun choix n’est arrêté.

Quid des transferts et des éventuelles prolongations de contrat (Lindbohm, Antonietti)?
On ne va pas communiquer au sujet de joueurs dont les championnats ne sont pas terminés. La NHL est en pause, par exemple. Par ailleurs, il y a actuellement pas mal d’incertitudes sur le marché. Certains contrats qui étaient signés ont été révoqués. Ce n’est pas le cas chez nous, mais disons que de nouvelles perspectives potentielles s’offrent parce que le marché est hyper dynamique. Dans le même temps, il est pour l’heure difficile de se projeter précisément sur le budget de la saison 2020-2021. Et puis, est-ce que l’on veut partir à quatre ou cinq étrangers? De la réponse à cette question dépendra aussi la composition de notre contingent suisse.

Vous ne souhaitez toujours pas commenter notre information selon laquelle Craig MacTavish va rester à la bande du LHC?
Toutes les annonces seront faites simultanément.

Créé: 25.03.2020, 07h35

Articles en relation

LHC: un homme d’affaires tchèque parmi les repreneurs?

Hockey sur glace Selon plusieurs sources concordantes, le multimillionnaire Zdenek Bakala souhaiterait racheter une partie du capital du club vaudois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.