De Preux fâché suite aux déclarations de Quennec

Hockey sur glaceLe président du LHC a réagi avec vigueur à l’interview du Canadien paru jeudi dans 24 heures.

Patrick de Preux, le président du conseil d’administration du LHC.

Patrick de Preux, le président du conseil d’administration du LHC. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après l’avoir fait dans 24 heures jeudi, Hugh Quennec, actionnaire principal de Genève-Servette et du Lausanne HC, a confirmé à la Ligue son retrait imminent de l’actionnariat de la société anonyme du Lausanne Hockey Club. Le Canado-Suisse l’a précisé par écrit à la Commission des licences.

Peu avant Noël, le conseil d’administration du LHC avait lancé un ultimatum à Hugh Quennec et avait placé sous les projecteurs un homme qui cultive la discrétion. Une modification du Code des obligations a également eu pour effet de précipiter les événements puisque depuis le 1er janvier de cette année, les membres du conseil d’administration doivent connaître le nom des actionnaires des sociétés.

La Ligue annonce vouloir intégrer dans ses règlements cette déclaration obligatoire pour les actionnaires et ainsi empêcher un seul et même actionnaire de pouvoir être présent au niveau stratégique et opérationnel de plusieurs clubs au sein de la même ligue.

«C’est totalement faux!»

Joint par téléphone à l’étranger par l’ATS, le président du conseil d’administration du LHC Patrick de Preux n’a pas franchement apprécié de lire l’interview accordée à 24 heures: «Je suis surpris de voir Monsieur Quennec s’exprimer alors que l’on s’était juré de ne rien dire tant que la situation ne serait pas claire. Mais ce que je ne tolère pas, c’est qu’il prétend que tout le monde était au courant depuis 2007 de son implication dans le club. C’est totalement faux! Ce n’est qu’au mois de septembre dernier que nous avons enfin pris connaissance des membres de l’actionnariat. Je suis très fâché que l’on nous traite de menteurs alors que cet homme agit dans la plus grande opacité. Je n’accepte pas que l’on dise que c’est de notre faute.»

Concernant les six repreneurs potentiels mentionnés par Hugh Quennec dans 24 heures de jeudi (quatre Suisses, dont deux Vaudois, et deux Nord-Américains) Patrick de Preux en connaît un: «Nous. Soit trois membres du conseil actuel plus des autres personnes. Il me semble que le Conseil d’Etat a également un candidat, mais pour le reste je n’en ai aucune idée. Nous avons soumis une offre mais je n’ai pas l’impression que notre proposition sera retenue. Ce qui est sûr c’est que j’en ai marre de ces histoires.»

Hugh Quennec espère pouvoir boucler l’affaire dans l’idéal avant l’assemblée générale de la Ligue nationale le 17 février.

Par l’intermédiaire d’un communiqué de presse publié jeudi soir, le conseil d’administration du LHC a déclaré rester à son poste et continuer à maintenir sa participation au groupe de travail mené par le conseiller d’Etat Philippe Leuba, et cela jusqu’au 17 février au moins (dernier délai).

Créé: 28.01.2016, 21h16

Articles en relation

Le LHC met la pression sur Hugh Quennec

Hockey sur glace Le conseil d’administration lausannois a lancé un ultimatum à son propriétaire canadien, lequel refuse à la fois d’investir dans le club et de céder la majorité du capital. Plus...

Quennec semble prêt à lâcher du lest, reste à savoir à quel prix

Hockey sur glace Ge-Servette et le LHC devraient échapper aux sanctions. Le Canadien, lui, se dit décidé à prendre des mesures. Plus...

Un front anti Quennec se crée au Genève-Servette

Hockey sur glace Un comité se présentera contre l’actuel président de l’Association lors de la future assemblée générale extraordinaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.