Et si Quennec ne vendait pas toutes ses actions?

Hockey sur glaceLe nouveau règlement de la Ligue pourrait permettre au Canadien de conserver moins de 25% du capital-actions du LHC.

Indirectement, la Ligue pourrait autoriser Hugh Quennec à rester actionnaire minoritaire du Lausanne Hockey Club.

Indirectement, la Ligue pourrait autoriser Hugh Quennec à rester actionnaire minoritaire du Lausanne Hockey Club. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau règlement de la Ligue permettra-t-il indirectement à Hugh Quennec de conserver quelques billes au sein du Lausanne Hockey Club? Soulevé par l’homme d’affaires canadien – actionnaire majoritaire du Genève-Servette HC et du LHC – au cours d’une interview parue jeudi dans les colonnes de 24 heures, le cas de figure n’est pas écarté par Ueli Schwarz, directeur de l’instance nationale.

«Actuellement, les clubs n’ont pas reçu la proposition de loi sur laquelle ils seront amenés à voter le 17 février, lors de notre assemblée générale. Je ne veux donc pas encore me prononcer à ce sujet dans le détail, commence-t-il. Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous souhaitons changer le règlement dans le sens de la modification récente du Code des obligations.»

En résumé: depuis le 1er janvier 2016, les personnes morales détenant 25% ou plus du capital-actions de sociétés suisses sont contraintes de s’identifier auprès du conseil d’administration et doivent indiquer qui sont leurs ayants droit économiques. Afin d’empêcher un seul actionnaire d’avoir une fonction opérationnelle ou stratégique dans plusieurs clubs de même division, la Ligue intégrera ces directives à son règlement.

Fixera-t-elle également sa limite aux individus possédant 25% du capital-actions? «On n’en sera pas loin, glisse Ueli Schwarz. Une chose est sûre, il nous sera impossible de demander de connaître le nom de tous les actionnaires de l’ensemble des clubs, jusqu’à ceux qui ne détiennent que 1%.»

Les personnes disposant de moins de 25% (ou un pourcentage proche de celui-là) du capital ne seraient ainsi pas dans l’obligation de se déclarer. Voilà qui pourrait permettre à Hugh Quennec – lequel ne voulait pas partir – de ne pas vendre la totalité des actions qu’il possède au LHC. Et d’y garder un pied. Dans l’ombre. «C’est vrai, avoue le directeur de la Ligue. Mais, au moins, son potentiel pouvoir opérationnel et stratégique existerait à Genève uniquement.»

Administrateurs en danger?

Certes. Il n’empêche qu’une telle hypothèse ne serait pas optimale, le cordon étant désormais complètement coupé entre le Québécois et le conseil d’administration du LHC. Minoritaire, Hugh Quennec perdrait de sa mainmise. Mais qui dit que l’actuel propriétaire lausannois ne tentera pas d’influencer le futur repreneur dans le but d’évincer Patrick de Preux et son équipe? Le prochain actionnaire majoritaire pourrait par ailleurs débarquer de lui-même avec son propre conseil.

«Est-ce qu’on nous gardera?» s’interroge le président des Lions. L’éventualité contraire priverait le club vaudois d’une sacrée valeur, tant en termes d’apports de sponsors que de réseaux, les administrateurs en place bénéficiant d’une grande confiance auprès des autorités et du Centre intercommunal de glace de Malley (CIGM).

«Grâce à tout cela, n’importe quel repreneur sera content que le conseil tel qu’il est composé aujourd’hui reste, rassure un proche du dossier. Et puis, dans le processus de vente du LHC, le CIGM ainsi que les pouvoirs publics sont là pour s’assurer que Hugh Quennec ne transfère pas ses actions à un prête-nom ou à quelqu’un de douteux. En tant que propriétaire de la patinoire, le CIGM a un droit de veto et a la capacité de fixer des conditions.»

Le Canadien a jusqu’au 16 février à 23 h 59 pour procéder à la vente du club. «S’il ne trouve pas de terrain d’entente avec ses potentiels repreneurs de prédilection, il devra accepter l’offre de rachat formulée par le «clan de Preux», raconte un autre proche de l’affaire. Dans une telle configuration, Hugh Quennec n’aurait plus son mot à dire. Et je vois mal comment il pourrait ne pas quitter l’actionnariat du LHC.»

Créé: 29.01.2016, 22h38

Articles en relation

LHC: Hytönen de retour dans l'alignement

Hockey sur glace Le Finlandais remplacera Louis Leblanc, samedi à Langnau (19h45). Plus...

De Preux fâché suite aux déclarations de Quennec

Hockey sur glace Le président du LHC a réagi avec vigueur à l’interview du Canadien paru jeudi dans 24 heures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.