«Entre deux équipes déjà un peu énervées, il y aura du spectacle»

Hockey sur glaceSandro Zangger et le LHC ont eu de la peine à digérer le faux départ de jeudi à Genève. Mais, battu à domicile samedi, Zoug est lui aussi en colère.

Sandro Zangger et le LHC ont un faux départ à effacer, ce mardi à Zoug.

Sandro Zangger et le LHC ont un faux départ à effacer, ce mardi à Zoug. Image: Vanessa Cordoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le calendrier n’est pas le meilleur ami du LHC, cette saison. Avec six de leurs huit premiers matches programmés à l’extérieur, les Lions n’ont pas été gâtés par le sort. «C’est un détail auquel nous ne devons pas accorder trop d’importance, relativisait Dan Ratushny, la semaine dernière. En fin de compte, nous disputerons tous le même nombre de matches à la maison. Et puis, nous sommes aussi capables de gagner loin de chez nous.»

Il le faudra, si possible dès ce mardi à Zoug, pour que le doute ne commence pas à s’instiller dans les esprits. Important lorsque l’on constate, année après année, l’influence d’un bon ou d’un mauvais départ sur la réussite d’un championnat régulier.

Battu à Genève jeudi, le LHC se doit donc de réagir. Malheureusement pour lui, il aura en face de lui un adversaire, Zoug, qui vient lui aussi de tout juste subir un revers. De surcroît entre ses murs, face à Lugano. Perdre deux fois de suite devant son public ne serait assurément pas digne d’une équipe qui, faut-il le rappeler, a disputé la finale des derniers play-off. «C’est vrai que le contexte ne semble pas idéal pour nous, sourit Sandro Zangger. Mais pour eux non plus! Disons alors qu’entre deux équipes déjà un peu énervées, il y aura du spectacle.» Plus qu’aux Vernets en tout cas où, jeudi, l’ambitieux LHC avait eu tout faux. «C’est le genre de choses qui peuvent arriver lors d’un premier match, remarque Zangger. La préparation de ce derby avait pourtant été très bonne, avec plusieurs séances vidéo pour cerner au mieux les qualités de Ge-Servette. Mais, une fois sur la glace, nous n’avons pas été capables de reproduire tout ce qui avait été prévu face à un adversaire qui nous a mis sous pression durant une trentaine de minutes, ou presque.»

Une prestation à oublier que les Lausannois ont pourtant dû ruminer cinq jours durant. «Cette minipause après un seul match c’est quelque chose d’assez spécial, poursuit Zangger. Normalement, on joue deux parties en 24 heures pour commencer. Et on a alors tout de suite la possibilité d’effacer un faux pas. Mais, pour être positif, disons qu’au moins on a eu la possibilité de bien analyser nos erreurs et de préparer au mieux notre prochaine échéance…»

Gagner pour lancer sa saison

Et, pour le nouveau No 94 du LHC, de peaufiner ses automatismes avec Froidevaux et Herren, ses deux partenaires de ligne. «Même si ça ne s’est pas vu à Genève, admet Zangger, nous nous entendons déjà très bien sur la glace. Et avec le temps, notre complicité ne pourra que s’améliorer.»

A commencer par ce mardi dans une enceinte et contre un adversaire que Sandro Zangger connaît à la perfection, lui qui a passé à Zoug ces deux dernières saisons avant de céder aux sirènes lausannoises. «C’est vrai que ce déplacement à Zoug arrive très vite, mais c’est peut-être mieux comme ça. Au début, il y aura bien sûr un peu d’émotion lorsque je reverrai des joueurs qui sont, pour la plupart, devenus des amis. Mais très vite, il faudra me concentrer sur mon boulot. Et faire attention à ne pas laisser trop d’espaces à des attaquants très rapides. Sans oublier qu’il nous faudra éviter au maximum les pénalités. Les qualités de Zoug en supériorité numérique sont bien connues…»

Il va sans dire que gagner dans l’antre du vice-champion serait la meilleure façon pour le LHC de parfaitement lancer sa saison. Pour y parvenir, les Lions devront commencer par montrer un tout autre visage qu’à Genève. (24 heures)

Créé: 12.09.2017, 08h14

L'avant-match

Les infos

Comme ce fut déjà le cas à Genève jeudi, seul Eric Walsky manquera à l’appel contre Zoug.
Une indisponibilité qui pourrait s’avérer de longue durée, selon Dan Ratushny. «Il souffre toujours d’une commotion, regrette
le coach lausannois.
Eric va maintenant consulter des spécialistes qui, on l’espère, vont trouver une solution à son problème. Quoi qu’il en soit, son absence sera probablement longue. On ne devrait pas le revoir en jeu avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.»

Le baromètre

Sandro Zurkirchen
Fidèle à ses habitudes, Dan Ratushny ne dévoilera que ce mardi le nom du gardien qui défendra la cage lausannoise à Zoug. Il y a toutefois gros à parier pour que Sandro Zurkirchen fasse ses grands débuts sous ses nouvelles couleurs face à son club formateur. Dont il avait défendu les buts en LNA jusqu’en 2013 et un départ à Ambri.

L’adversaire

Viktor Stalberg

Les chiffres ne disent pas tout mais quand même. Débarqué cet été à Zoug des Sénateurs d’Ottawa, après avoir évolué en NHL depuis 2009, Viktor Stalberg n’a pas raté ses débuts en NL. Avec trois buts à son actif en deux sorties – sur les quatre inscrits par son équipe – le puissant ailier (191 cm pour 90 kg) fait déjà figure d’épouvantail.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.