Alston: «La solution se trouve à l’intérieur du vestiaire»

Hockey sur glaceLe directeur sportif du LHC évoque le début de saison décevant des Lions. Il compte sur Dan Ratushny et ses leaders pour réagir.

Pour Jan Alston, le LHC n’a pas encore véritablement lancé son championnat, Il est temps que ça change.

Pour Jan Alston, le LHC n’a pas encore véritablement lancé son championnat, Il est temps que ça change. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jan Alston, on imagine que le début de saison du LHC est en dessous de vos attentes…
Surtout au niveau de la manière. Après, si on avait battu Bienne (défaite 3-2 ap) et Kloten (défaite 2-1 à 9 secondes de la troisième sirène), on ne serait pas en train de discuter de cette situation. Mais voilà, la réalité est telle qu’elle est. Et on doit prendre conscience qu’il faut en faire davantage, que ce qu’on montre est insuffisant. Nos leaders doivent hausser le ton, les joueurs se sont d’ailleurs parlé mardi matin. En tout cas, je suis persuadé que la solution se trouve à l’intérieur du vestiaire et non en allant chercher des renforts.

Vous n’êtes donc pas des plus inquiets…
Si l’équipe tournait à plein régime, mon discours serait différent. Or, ce n’est pas le cas. J’ai l’impression qu’on n’a pas encore véritablement lancé notre saison. Certes, il y a un nouvel environnement (Malley 2.0), un calendrier délicat (6 déplacements en 8 journées), des gars qui jouent avec des petits bobos (Junland, Genazzi, Gobbi et Herren, en plus des blessés que sont Vermin et Walsky)… Mais ce ne sont pas des excuses! Il faut que les joueurs prennent leurs responsabilités et réagissent. On doit être plus conquérants sur la glace, moins attentistes. Et, ça, ce n’est pas une question de talent. C’est du ressort de l’attitude. Et puis, ce qui nous coûte des matches, aujourd’hui, c’est notre gestion des situations spéciales. Le point positif c’est que ça se corrige.

Pensez-vous que l’équipe ronronne depuis son historique 4e place du championnat passé (4 victoires en 23 sorties depuis le 17 janvier)?
Une chose est certaine: il ne faut pas croire que l’on fera automatiquement aussi bien, voire mieux, parce qu’on s’est renforcés durant l’été. En Suisse, plusieurs clubs ont de l’avance sur les autres (Berne, Zurich, Davos, Zoug, Lugano). A ce propos, quand on dit qu’on est ambitieux, c’est qu’on aspire à combler cet écart, à aller se frotter à eux à moyen terme. Je vous rappelle qu’on est encore en chantier. Un chantier qui grandit, mais qui est toujours en construction. Pour revenir à votre interrogation, j’ose espérer que la saison dernière est oubliée dans l’esprit des joueurs. On n’a de toute façon pas le choix. Par contre, je pense que la période que l’on traverse fait partie de notre processus d’évolution. Car ce qu’on veut faire ne se réalise pas au bout d’un long fleuve tranquille. On est en train de passer une sorte de test. Il faut apprendre à le gérer, en étant concernés, pour avancer.

Le travail de l’entraîneur n’est donc à l’heure actuelle pas remis en question…
Dan Ratushny n’est pas en danger, non. A nouveau, si l’équipe fonctionnait à plein régime, l’analyse serait peut-être différente. Reste que celle-ci n’est pas encore en marche et que certains joueurs sous-performent. Les gars susceptibles de faire tourner notre power play, on les a.

En revanche, les éléments à même de faire le sale boulot, notamment en box play, semblent manquer depuis la décision de se séparer de Déruns, d’Antonietti, d’Augsburger ou de Conz…
De nouveaux joueurs sont aujourd’hui censés faire ce job et en sont capables. Tout le monde peut faire le sale boulot! Il faut simplement travailler davantage.

Vendredi à Kloten, deux défenseurs de métier (Schelling et Nodari) et un junior Elite (Simic) apparaissaient au sein des quatre trios d’attaque. Estimez-vous toujours que votre compartiment offensif est suffisamment fourni?
On dit qu’on n’a pas de profondeur; ça me surprend. On a des solutions, la preuve avec cet alignement. Par contre, en effet, on n’a pas d’internationaux sur notre quatrième bloc… Mais, contrairement à ce que les gens croient, on est loin d’avoir le même budget que les cadors du pays. Là n’est pas le problème. On a assez d’attaquants, Schelling en est d’ailleurs un. Au besoin, Nodari peut occuper ce rôle, on a des juniors qui remplissent leur mandat…

Le saut paraît tout de même grand pour un Simic, par exemple…
Mais on ne lui demande pas de jouer sur les deux premiers trios. Il fait partie du projet de formation que l’on mène en parallèle. J’entends aussi qu’on risque de le griller… La saison passée, il a disputé 76 matches, en encaissant des déplacements qui sont bien plus importants, en Amérique du Nord. Il ne découvre rien.

Avez-vous trop spéculé sur l’arrivée dès le début de l’exercice de Christoph Bertschy?
Je ne spécule pas. Et il a un contrat ainsi qu’une ambition en NHL. Mais arrêtons d’essayer de trouver de telles pistes d’explication. On a un bon groupe, dans lequel les leaders doivent désormais élever leur niveau de jeu.

Il y a l’aspect offensif et il y a surtout une organisation défensive défaillante…
Tout le monde le voit, oui. Il faut commencer à défendre en équipe, de manière compacte, en étant solidaire. Si nos gardiens affichent des pourcentages d’arrêts de 88% (Zurkirchen) et de 90% (Huet), c’est parce qu’ils sont trop souvent livrés à eux-mêmes, malheureusement.

L’arrière-garde est-elle un secteur de jeu à renforcer prioritairement pour l’avenir?
Après avoir réussi à attirer davantage de qualité en attaque, c’est le domaine sur lequel on planche en vue de la saison prochaine, oui.

Créé: 03.10.2017, 17h55

Articles en relation

Au LHC, les petits bobos ne manquent pas

Hockey sur glace Outre Vermin et Walsky (blessés), Huet, Genazzi, Gobbi et Herren n'ont pas griffé la glace mardi matin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.