Théo Rochette: «Mon cœur balance entre la Suisse et le Canada»

Mon exil vers le rêveL'ancien junior du LHC (16 ans) raconte son quotidien en Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), avec les Saguenéens de Chicoutimi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’ai quitté Chicoutimi lundi, direction le Nouveau-Brunswick. J’ai été convoqué par Hockey Canada – comme 65 autres joueurs – pour faire partie de l’une des trois sélections à la feuille d’érable qui participent au Défi mondial M17 avec les États-Unis, la Russie, la Suède, la Finlande et la République tchèque. Ça ne se refuse pas. D’autant que j’avais décliné une première invitation durant l’été, pour un camp. Il tombait en même temps que la Hlinka Cup que j’étais censé jouer avec la Suisse M18 et, en tant que capitaine, je ne voulais pas lâcher mes coéquipiers au dernier moment.

Et puis le Canada c’est le Canada: ça fait rêver et c’est l’un des meilleurs programmes de formation du monde. Je me réjouis de cette expérience de près de deux semaines car je vais pouvoir jauger mon niveau et profiter des conseils de coaches ultraconfirmés. Je m’attends aussi à une question qui pourrait bien revenir régulièrement au cours des prochains mois en raison de ma double nationalité: «Alors Théo, au final, tu vas choisir le Canada ou la Suisse?»

«La Suisse est un moyen d’essayer de sortir du lot, d’être un leader»

Tant que je n’ai pas disputé de championnat du monde M18 ou M20, aucune décision n’est définitive. J’ai encore du temps devant moi. D’autant qu’il n’est pas certain que je puisse me rendre au Mondial M18 en avril 2019 si je suis toujours engagé en play-off avec Chicoutimi.

À l’heure où j’écris ces lignes, mon cœur balance. Je suis né en Suisse et j’y suis resté une grande partie de ma jeunesse. Mais ma famille est surtout au Canada, où j’ai vécu quatre ans et où j’ai passé tous mes étés. Sportivement, il y a d’un côté la perspective d’évoluer au contact des meilleurs juniors de la planète, de remporter des titres internationaux et donc potentiellement davantage de probabilités d’être en bonne position lorsque le moment de la draft NHL sera venu. Mais avec l’impressionnant vivier de joueurs et la concurrence ainsi que l’incertitude que l’on connaît. De l’autre côté? Les possibilités de titre et de mise en évidence sont plus restreintes. Mais la Suisse est un moyen d’essayer de sortir du lot, d’être un leader, et le chemin vers l’équipe nationale A est moins tortueux. Tout ça me travaille. Laissons déjà passer ce Défi mondial M17 et on verra.»

Créé: 31.10.2018, 16h30

Articles en relation

Théo Rochette: «Bienvenue chez moi, au Québec»

Mon exil vers le rêve L'ancien junior du LHC (16 ans) raconte son quotidien en Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), avec les Saguenéens de Chicoutimi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...