Passer au contenu principal

Théo Rochette: «Je sais où j’en suis et ce que je veux faire»

L’ancien junior du LHC (16 ans) raconte son quotidien en Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), avec les Saguenéens de Chicoutimi.

DR

Il m’arrive parfois de tomber sur un article de presse qui parle de moi. Mais on va dire que généralement je ne cherche pas à savoir ce que les gens disent. Cela ne m’intéresse pas. De toute manière, je sais où j’en suis et ce que je veux faire.

Je ne nie pas avoir reçu des offres de la part de clubs suisses en vue du prochain championnat. Mais je n’y prête pas vraiment attention pour le moment car j’ai un plan en tête pour assouvir mon rêve d’évoluer en NHL. Et je pense actuellement que le Canada est le meilleur des chemins pour y parvenir, que la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est un tremplin idéal. D’autant que je me sens bien ici. On est entourés, on manque de rien, il y a du professionnalisme et les plages de récupération nécessaires.

La saison prochaine sera ma saison clé, dans le sens où elle sera celle qui précède la draft NHL pour laquelle je serai éligible. Je me dois de faire les bons choix pour l’aborder dans la meilleure position possible. Après une première année d’adaptation, de préparation, je vais essayer de prendre du poids et de la force durant l’été. J’espère être un joueur différent au début de l’exercice 2019-2020, un joueur plus mature mais aussi plus imposant physiquement, dans le but d’être un élément dominant de LHJMQ au cours des mois qui vont me conduire au repêchage de la NHL.

Voilà quel est mon plan de prédilection, malgré ce qui se dit dans les médias ou ce qui se racontera encore probablement ces prochains temps. À moi de rester dans ma bulle, focalisé sur mon jeu et mon objectif. Heureusement, je n’ai pas de peine à le faire. Tiens, cela me rappelle les comparaisons que les gens faisaient entre Nico Hischier et moi lorsque je suis arrivé en LHJMQ. C’est clair que c’est toujours un plaisir d’entendre ce genre de choses, mais je ne m’y fie pas. Je sais que j’ai un chemin différent du sien et que je dois surtout tracer ma propre route. Sans pression.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.