Ville Peltonen: «Rester humbles à tout prix»

Hockey sur glaceLe coach finlandais sait que son équipe est plus forte que la saison dernière. Mais il sait aussi que le LHC n’obtiendra rien sans rien.

Ville Peltonen, le regard fixé sur ses objectifs, cette saison, à la tête du LHC.

Ville Peltonen, le regard fixé sur ses objectifs, cette saison, à la tête du LHC. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A deux jours de la reprise du championnat, vendredi à Lugano, Ville Peltonen évoque son équipe et les changements qu’elle a subis à l’intersaison. Avec les ajustements qui en découlent, notamment dans la manière de gérer le groupe. Le Finlandais a retenu quelques leçons de sa première année en tant que coach principal. Et il compte bien les mettre à profit afin de continuer à faire progresser le LHC.

Alors, Ville, prêt?
Toujours! Bon, on n’est jamais un produit fini, mais disons qu’on est en compétition depuis quelque temps désormais. J’ai d’ailleurs vraiment apprécié ces rencontres de Champions League. Jouer pour des points, disputer des matches qui comptent, c’est le jour et la nuit par rapport aux parties amicales. Et puis, à chaque fois, l’équipe a engrangé des points. Elle est revenue dans des rencontres mal embarquées. Cela veut déjà dire beaucoup sur son état d’esprit.

Avez-vous trouvé votre alignement type? Ou vous manque-t-il quelque chose, un ailier étranger par exemple?
La plupart des organisations de la Ligue cherchent encore à améliorer leur contingent. C’est comme ça. Personnellement, j’aime mon équipe et mes gars tels qu’ils sont aujourd’hui. Et je me focalise sur notre tâche principale, à nous le staff: développer les joueurs à disposition. Et cela à l’intérieur du groupe, afin qu’ils puissent rendre ce même groupe meilleur, ce qui nous conduira à une progression au niveau des résultats. On possède des fondations solides, avec une culture, des valeurs que l’on a commencé à inculquer. Maintenant, il s’agit de construire là-dessus. L’avantage par rapport à l’exercice dernier, c’est que l’on a une année de vie commune derrière nous.

Vous avez différentes options et surtout d’une colonne vertébrale plus riche que jamais, là où le poste de centre vous avez fait défaut la saison passée en play-off avec la blessure de Jeffrey.
C’est une position très importante. Les responsabilités y sont multiples. Alors y posséder des alternatives et plusieurs éléments capables de gagner des engagements, c’est positif.

Être moins dépendant de Jeffrey, ça l’est également, non?
Un joueur avec un tel Q.I. hockey, qui amène autant de sagesse dans un vestiaire et qui répond présent dans les moments décisifs est forcément un pion essentiel. Je pense que l’on dépend de beaucoup de choses. Pas seulement de Jeffrey. Mais aussi de Jeffrey.

Vous disposez de davantage d’hommes forts. De quoi mieux distribuer les responsabilités et les temps de jeu?
Je me réjouis de ce point. C’est l’un de mes objectifs: diviser le temps de jeu différemment de la saison dernière. Autrement dit: moins solliciter certaines individualités.

Qui dit plus d’hommes forts dit par ailleurs difficulté à satisfaire tous les ego, non?
C’est ainsi que fonctionne la concurrence. Et chaque joueur qui joue moins, ou dont le rôle est de moindre envergure, sait ce qu’il a à faire pour se donner les moyens de grimper dans l’alignement. Le tout est de faire en sorte que tout le monde accepte cette concurrence et bosse dans la même direction. Cela ne me fait pas peur car notre équipe est soudée, unie. À nous, le staff, d’être à l’écoute des gars, de leur expliquer clairement nos décisions. La communication, c’est primordial. C’est l’une des choses que j’ai apprises lors de l’exercice passé. Et ce sera plus aisé de se connecter sur le plan humain cette saison, avec un vécu d’un an avec la majorité du vestiaire.

Dans quels compartiments surtout votre équipe est-elle meilleure qu’il y a douze mois?
Sur le papier, elle est plus homogène. Elle a plus d’expérience. Mais ça, c’est le papier. Il faut travailler correctement pour que cela se répercute sur la glace. Une chose est certaine: notre groupe est consciencieux et il sait qu’il a encore du pain sur la planche pour atteindre le niveau auquel il aspire.

Avec du recul, qu’est-ce qui avait le plus manqué au LHC la saison dernière?
De la vitesse et de l’intensité dans nos offensives. Cela nous avait conduit à beaucoup trop de situations où nous étions confinés dans notre zone, en donnant l’impression d’être passifs. Cela venait d’un manque d’énergie et d’émotion. D’une gestion du puck parfois pauvre. On commençait trop de shifts sans la rondelle. C’est surtout sur ce point qu’on veut progresser; dans notre capacité à mettre puis maintenir notre adversaire sous pression.

On a envie de dire qu’on attend également un Lausanne plus autoritaire, plus mature dans sa manière de gérer les événements. Un Lausanne plus constant.
Moi aussi. Et la constance vient des habitudes, des standards de travail quotidiens. C’est mon job d’établir ces standards et de tout faire pour que les joueurs y adhèrent.

Quel est l’objectif de Ville Peltonen cette saison? Faire mieux? Donc faire mieux que demi-finaliste?
C’est vrai que la trêve a duré 15 jours de trop cet été… au mois d’avril (ndlr: soit durant la finale). Après, on sait à quel point la National League est compétitive. Il s’agit d’être calmes, humbles. On l’est. C’est d’ailleurs l’une de nos forces. Mais on doit le rester à tout prix. Évitons de nous projeter n’importe où trop vite. Une chose après l’autre. D’abord la qualification pour les play-off. Ensuite on verra.

Créé: 10.09.2019, 19h31

Sierre-LHC, l'avant-match

Genazzi forfait, Junland et Vermin incertains Le Lausanne Hockey Club s’alignera sans Joël Genazzi, mercredi soir à Sierre (Swiss League), à l’occasion des 16es de finale de la Coupe de Suisse (20h15). Touché au haut du corps (vraisemblablement une commotion), le défenseur n’est pas encore prêt pour un retour sur la glace. Mardi, il était d’ailleurs absent de l’entraînement collectif. À l’instar de Jonas Junland et de Joel Vermin, annoncés incertains pour le déplacement en Valais. «Ils sont victimes de petits bobos et ne joueront que s’ils sont à 100%», a expliqué Ville Peltonen.

Quand Peltonen plaisante «On va aborder ce match de manière très sérieuse et avec un seul objectif en tête: la qualification. En Coupe, on a la possibilité de remporter un titre en cinq rencontres, alors on va jouer chaque coup à fond.» C’est signé Ville Peltonen. Et c’était juste avant que celui-ci se mette à calculer le nombre de «compétitions» dans lesquelles est engagé son LHC cette saison. «Championnat, Coupe, Champions League, exhibition face à une équipe de NHL. Si vous avez autre chose à nous suggérer, on est preneurs…» Qui a dit que le coach finlandais n’avait pas d’humour? J.R.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.