Quel visage pour le LHC version Yves Sarault?

Hockey sur glaceLe Canadien a dirigé jeudi son premier entraînement. Focus sur ses intentions avant le déplacement à Ambri vendredi (19h45).

Yves Sarault a cherché à imposer sa patte dès son premier entraînement, jeudi matin à Malley 2.0.

Yves Sarault a cherché à imposer sa patte dès son premier entraînement, jeudi matin à Malley 2.0. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est 10 h 57, jeudi, lorsque Yves Sarault pénètre dans l’arène de Malley 2.0. Le Canadien, promu chef de bande du LHC (ad interim) depuis l’éviction de Dan Ratushny la veille, dirige son premier entraînement chez les pros, à moins de 36 heures de son baptême du feu en match dans un tel rôle, à Ambri.

«Vu le timing, on va se contenter de quelques petits changements seulement, sans trop en demander», glisse celui qui jonglait mercredi matin encore entre son poste à la tête des juniors élite et sa fonction d’assistant de la première équipe. «Tout s’est vite enchaîné, mais j’ai l’avantage d’être un habitué de la maison (ndlr: il est arrivé en 2014) et d’avoir conscience de qui est capable de quoi au sein du groupe, poursuit-il. Et puis, avec Rikard Franzén (ndlr: toujours adjoint) à mes côtés, je peux compter sur quelqu’un qui connaît bien les atouts et les faiblesses de nos adversaires à force de les avoir analysées.»

Une heure, entrecoupée de plusieurs moments d’explications pratico-tactiques (une vingtaine de minutes de directives au total). C’est le temps qu’a duré la séance, dans une atmosphère studieuse. «J’ai vu de l’enthousiasme et de l’intensité.» Du tâtonnement, également. Normal, toutefois, quand un coach tente d’apporter certains remaniements, aussi légers soient-ils.

Le visage qu’il souhaite donner au LHC? Il semble à l’image d’Yves Sarault le joueur (en NHL, à Berne et à Genève notamment): passionné, énergique, rugueux. Des caractéristiques qui, justement, faisaient trop souvent défaut aux Lions depuis plusieurs mois. «Tout ne va pas se mettre en place en un claquement de doigts, mais j’aimerais voir du rythme, de la fluidité, de la projection rapide vers l’avant, des pucks sur le but et surtout de l’engagement physique dans les deux zones», appuie le Québécois d’un ton déterminé.

Yves Sarault (44 ans) sait ce qu’il se veut. Sur la glace, il n’hésite d’ailleurs pas à arrêter le jeu pour recadrer et conseiller ses troupes. Une chose est sûre, il prend son rôle particulièrement à cœur. Jusqu’à espérer que l’intérim qu’on lui a confié dure davantage que quelques semaines? «Je ne pense pas à ça, répond-il. J’ai saisi une opportunité qui s’offrait à moi et je vais essayer d’amener du positif. En avançant au jour le jour.»

Cartes redistribuées

Tout dépendra de la réussite que connaîtra «son» LHC (et également de la disponibilité de celui que Jan Alston aura jugé comme le successeur idéal de Dan Ratu­shny). Avec la nomination d’Yves Sarault, les cartes ont en tout cas été redistribuées à l’interne. Genazzi en attaque? Fini! Jeudi matin, le défenseur international était aligné en compagnie de Fischer au sein de l’arrière-garde. Conséquence: à Ambri, Gobbi pourrait occuper le poste de septième homme, derrière, les deux autres duos (Borlat-Junland, Trutmann-Frick) n’étant pas partis pour bouger.

Miéville en tribunes? Fini! Durant la séance, le centre apparaissait sur le troisième trio offensif, entouré de Herren et de Schelling. Conséquence: In-Albon évoluera sans doute à l’aile sur le quatrième bloc (aux côtés de Kneubuehler et de Nodari ou Simic), vendredi. Tandis que les deux triplettes de parade devraient regrouper – dans l’ordre – Ryser, Jeffrey, Danielsson, Zangger, Froidevaux et Pesonen.

Conz avec les juniors? Fini! Le recordman du nombre d’apparitions sous le maillot vaudois était présent à l’entraînement. «Il ne nous accompagnera toutefois pas en Léventine, explique Yves Sarault. Il n’a pas disputé la moindre rencontre cette saison et est logiquement en retard au niveau du tempo ainsi que du cardio. En revanche, je vous confirme qu’il fait bel et bien partie du contingent.» Ça bouge à Lausanne!

Créé: 12.10.2017, 18h22

L'avant-match







Articles en relation

Les dessous d’une séparation inévitable

Hockey sur glace Le LHC a licencié son entraîneur, Dan Ratushny, au lendemain d’une victoire face à Ge-Servette. Etonnant? Oui et non. Autopsie d’un divorce. Plus...

Alston: «C'était à notre tour de réagir»

Hockey sur glace Le directeur sportif s'explique sur le licenciement de Dan Ratushny intervenu mercredi, au lendemain de la victoire du LHC face à Genève (8-4). Plus...

LHC: Dan Ratushny démis de ses fonctions

Hockey sur glace Le club vaudois a annoncé le licenciement de son entraîneur canadien mercredi. Plus...

LNA

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...