Où est passé ce Yannick Herren, si dominant en début de saison?

Hockey sur glaceLe Valaisan du LHC est en plein doute. Un contraste saisissant avec ses coéquipiers qui carburent, eux, à plein régime.

Après quelques semaines de compétition, Yannick Herren, en pleine confiance, était le meilleur compteur de la ligue.

Après quelques semaines de compétition, Yannick Herren, en pleine confiance, était le meilleur compteur de la ligue. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fin septembre, Yannick Herren était flamboyant. Flanqué du robuste Ronalds Kenins et du lumineux Dustin Jeffrey, l’ailier marquait quasi les yeux fermés. Résultat de ce début de saison plein? Quatre matches, sept points et un statut de meilleur compteur de la ligue à la clé. Rien que ça.

Offensivement, le serial buteur était dangereux à chaque présence comme l’indiquent ses statistiques. Avec une moyenne de 10,33 tirs cadrés toutes les 60 minutes de jeu, il était le Vaudois le plus remuant. De loin. «Quand tu as un rôle offensif et que tu as du temps de jeu, tout est plus simple», détaille-t-il. Ses 16’28” de présence par soirée confirment ses dires. D’autant plus qu’il évoluait constamment sur l’une de deux premières lignes du LHC avec fréquemment Dustin Jeffrey avec lui. Un atout majeur.

Coup d’arrêt
La différence avec la situation d’aujourd’hui est immense. Presque cruelle. «C’est vrai que cela semble bien loin, soupire-t-il. En hockey comme dans beaucoup de domaines de la vie, le mental joue un rôle majeur. Actuellement, on peut dire que je ne suis pas en pleine confiance. Depuis mon retour de blessure, je travaille beaucoup. J’espère être récompensé bientôt.»

Lors du dernier match face à Bienne, il n’a patiné que durant… 1’36”. Condamné à poncer le banc à la suite d’une erreur en zone offensive, Herren a assisté de loin à la belle victoire lausannoise. «Ce n’était pas une punition, a tempéré son entraîneur, Ville Peltonen. Mais il y avait des joueurs qui devaient en faire plus. Et j’ai modifié mon alignement pour essayer quelque chose. Cela a fonctionné.»

Rôle moins en vue
Mais toujours est-il que le N° 11 des Lausannois n’est plus l’une des pièces majeures du puzzle de l’entraîneur des Lions comme il l’était dans un passé proche. Aujourd’hui, il patine tantôt en quatrième ligne, tantôt avec le statut peu enviable de 13e attaquant. Ses 9’30” par match ne lui permettent pas de s’exprimer aussi naturellement que par le passé. «Tu perds forcément un peu le rythme, mais c’est à moi de m’adapter», souffle-t-il.

Moins de temps de jeu avec un rôle moins offensif. Nul besoin d’aller chercher plus loin les raisons de sa baisse de régime. Un constat que ne partage pas Ville Peltonen. «Dans cette équipe, que tu joues en 1re ou en 4e ligne, tu dois faire les mêmes choses sur la glace. Il n’y a pas de rôles offensifs et de rôles défensifs.» Certes, mais il est tout de même plus aisé de briller avec, au hasard, Dustin Jeffrey à ses côtés. Et la forme, dans tout ça? Habituellement rapide sur son aile, Yannick Herren semble avoir rétrogradé d’une vitesse depuis son retour au jeu, début janvier. «Je le ressens aussi, admet-il. Je travaille sur l’explosivité pour tenter de revenir à mon meilleur niveau.»

Une chance à Davos?
Écrire que le Valaisan est au fond du trou serait excessif. L’humeur semblait bonne jeudi, d’autant plus qu’il fêtait ses 28 ans. «C’est important de ne pas perdre l’objectif commun de vue, détaille-t-il. Mais à titre personnel, j’espère qu’il verra comment je m’entraîne et que je ne triche jamais. J’espère qu’il décidera de me faire jouer davantage.» Ce «il» fait évidemment référence à Ville Peltonen, entraîneur du LHC. Le technicien finlandais regrette également la situation actuelle de son N° 11. «Il a été blessé au moment où les joueurs commencent à travailler en vue des play-off, détaille-t-il. Là où la montée en puissance s’effectue. Ce n’était pas le meilleur moment.

Désormais j’attends de lui une progression. Ce n’est pas le seul, mais il fait partie des joueurs qui doivent apporter plus.»

Paradoxe de la situation? Yannick Herren veut une opportunité pour montrer qu’il peut apporter plus, tandis que le coach attend que Yannick Herren apporte plus avant de lui donner une autre opportunité. Et si le hasard, qui n’a pas servi récemment la cause de l’ancien junior de Viège, venait à sa rescousse? Avec la possible absence de Ronalds Kenins (lire ci-contre), les cartes offensives pourraient être redistribuées. Une place pourrait se libérer sur la triplette de Cory Emmerton et du nouveau venu Mika Partanen.

Cantonné au rôle de treizième attaquant, Yannick Herren piaffe.

Créé: 07.02.2019, 21h19

L’avant-match

Vaillant Arena, vendredi (19 h 45)

La surprise


Luca Boltshauser, de retour à l’entraînement depuis peu, était absent jeudi. Une rechute? Absolument pas. Le gardien assistait à la naissance de son second enfant.

Kenins: l’inquiétude

«Mon dos me gêne.» Après quelques minutes d’entraînement, Ronalds Kenins s’est confié au préparateur physique. Peu après, il a quitté ses coéquipiers. «Il a un souci depuis quelque temps», admet Ville Peltonen. Le Letton est incertain pour le match à Davos.

L’effectif

Jonas Junland n’est pas encore prêt à revenir au jeu, tout comme Torrey Mitchell. Tim Traber, lui, s’est entraîné normalement.

Articles en relation

Huet: «La peur du vide? Il y avait un peu de ça»

Hockey sur glace Le Franco-Suisse a préféré ne pas faire de break entre sa fin de carrière et sa reconversion au sein du staff du LHC. Entretien. Plus...

LHC: Un défenseur débarque

Hockey sur glace Le club vaudois a engagé le Français Simon Barbero jusqu'au terme de la saison. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...