Lillehammer a conservé intact son esprit olympique

Jeux olympiques de la jeunesseLa ville norvégienne sert la même recette qui a fait son succès il y a 22 ans.

Les Jeux de 1994 ont laissé un souvenir impérissable.

Les Jeux de 1994 ont laissé un souvenir impérissable. Image: Allsport

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lillehammer est balayée par un vent glacial. Le lac Mjosa qui borde la ville est presque totalement gelé. Seul un petit courant d’eau serpente en son centre. Dans les rues, les drapeaux norvégiens flottent dans cet air nordique. Quelques bannières des Jeux olympiques de la jeunesse sont disposées ici et là. Mais les passants ne semblent pas y prendre garde, préférant assurer leurs pas sur les plaques de glace qui recouvrent le sol. Quelques heures avant la cérémonie d’ouverture, le calme règne. Mais ce n’est que partie remise, les Norvégiens connaissent la recette qui mène au succès d’un tel rendez-vous.

Tomas Holmestad incarne à merveille l’esprit de Lillehammer. Le directeur général des JOJ 2016 se souvient parfaitement des Jeux de 1994. A tel point qu’ils font partie intégrante de son éducation. «Je n’avais que 13 ans, mais j’ai pu me rendre compte de l’immensité de l’événement.» Les pupilles écarquillées devant ces Jeux à dimensions humaines, l’ado qu’il était a l’ADN des Jeux en lui. Comment oublier les images des 300 000 supporters norvégiens venus s’amasser le long de la piste de ski de fond lors du 50 km messieurs? La foule avait encouragé le Russe Smirnov dans ses derniers kilomètres, comme s’il s’agissait d’un Norvégien. Pour être aux premières loges, quelque 40 000 d’entre eux avaient campé dans la forêt, par une température de moins 25 degrés. Ces spectateurs, toujours à la hauteur de l’événement, poussaient les concurrents attardés encore plus fort que les premiers. L’esprit olympique dans toute sa splendeur

D’un point de vue écologique, les Norvégiens avaient frappé fort. Rien n’avait été surévalué. Les installations ont été utilisées par la population durant de longues années. Elles ont aussi servi pour accueillir des épreuves de Coupes du monde de ski de fond, de ski alpin ou de luge.

Vingt projets de durabilité ont été menés durant ces Jeux. Le comité d’organisation a même été primé à six reprises pour son implication dans la protection de l’environnement. Pendant 15 jours, il était interdit de circuler en voiture au centre de cette petite ville de 27 000 âmes, située à 180 km au nord d’Oslo. Même les assiettes des stands de nourriture étaient écologiques, puisque comestibles! Aujourd’hui encore, les sites olympiques des JOJ sont les mêmes. La cérémonie d’ouverture d’hier avait pour théâtre le même stade qu’il y a 22 ans. Même la vasque est identique. «Nous n’aurions jamais pu organiser ces Jeux sans ceux de 1994», admet Holmestad.

Bain de jouvence

Après les Jeux olympiques, Lillehammer a pris un véritable bain de jouvence. Le nombre d’étudiant a pratiquement décuplé après la quinzaine, passant de 500 à 4800, grâce aux logements qui ont été créés. Après les JOJ, cette capacité sera encore augmentée, puisque 360 appartements ont été construits.

Des Jeux faits pour les jeunes, par les jeunes: le comité des JOJ de Lillehammer est l’illustration parfaite de la vague de fraîcheur qui souffle sur la Norvège. 57% des volontaires ont moins de 30 ans et 800 d’entre eux n’ont même pas fêté leur 20e anniversaire. «Notre vision, c’est: Allons plus loin et créons notre lendemain», claironne le jeune directeur général. Ainsi, 20 000 écoliers norvégiens ont été invités à ces JOJ. Une façon idéale de passer le relais.

Créé: 13.02.2016, 13h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...