Loïc Meillard fait coup double et remporte «un globe au rabais»

Ski alpinLe trophée attribué dimanche au skieur d’Hérémence fait débat dans le milieu. Il est question de légitimité

Loïc Meillard (à gauche) a appris dans la zone d’interview qu'il avait gagné la Coupe du monde de slalom géant parallèle.

Loïc Meillard (à gauche) a appris dans la zone d’interview qu'il avait gagné la Coupe du monde de slalom géant parallèle. Image: GUILLAUME HORCAJUELO/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ski alpin, à l’image aussi vieillissante que le président de sa fédération (76 ans), cherche le chemin du renouveau à tâtons. Dernière idée en date: mettre le paquet sur les épreuves parallèles. Ainsi, pour la première fois de l’histoire, un globe de cristal du slalom géant parallèle a été attribué dimanche à Chamonix. Le lauréat? Un Suisse, en la personne de Loïc Meillard, vainqueur de l’épreuve haut-savoyarde sans pour autant afficher une mine triomphale. «Soyons honnête, c’est un globe au rabais, soufflait le Valaisan. D’ailleurs, j’ai appris dans la zone d’interview que je l’avais gagné. Avec deux courses au programme seulement dans cette discipline (ndlr: Alta Badia et Chamonix, donc), ce n’est pas professionnel.»

Au centre des critiques, outre le peu d’épreuves agendées, l’iniquité du format. Dès les huitièmes de finale, les skieurs se voient attribuer leur tracé aléatoirement et s’affrontent sur une seule manche. Problème? Malgré des parcours tracés au laser, une piste est inévitablement plus rapide que l’autre. «À partir des huitièmes, c’est une loterie, estime Tanguy Nef. Il suffit de tirer les bons parcours pour aller au bout.» Dimanche à Chamonix, la piste bleue offrait un avantage décisif: Loïc Meillard en a profité à chaque fois. «La bleue était clairement plus rapide, confirmait-il. J’ai eu de la chance de tomber sur elle lors des tirages au sort. C’est dommage d’en arriver là, ça enlève un peu de valeur à ma performance et ça ne rend pas service à l’image de notre sport.»

Réduire les risques

Parmi les meilleurs temps des qualifications, Alexis Pinturault a été éliminé en huitièmes de finale, la faute à cette satanée piste rouge. «C’est rageant, fulminait le Français, qui compte chaque point dans la lutte pour le classement général de la Coupe du monde. Le sport devrait être équitable. Là, c’est tout l’inverse. Me retrouver éliminé alors que j’étais intrinsèquement plus rapide, j’ai l’impression de m’être fait volé.»

«Ça n’engage que moi, mais j’espère que ce genre d’épreuves n’incarne pas l’avenir du ski, lâchait de son côté Daniel Yule, éliminé dès les qualifications. C’est sympa à regarder, ces formats de duels, mais tant que la formule ne sera pas équitable, la crédibilité manquera. Quand le public voit qu’une compétition est faussée, il zappe.» La solution résiderait dans l’organisation de manches aller-retour, mais le format télévisuel compact (moins d’une heure d’antenne) cher à la fédération internationale perdrait alors toute sa pertinence.

Autre grief, et pas des moindres: la sécurité. Dimanche encore, Thomas Tumler n’est pas passé loin de percuter Tommy Ford. «Les athlètes évoluent très près l’un de l’autre, et les carres des skis sont comme des couteaux, prévient Daniel Yule. Si une collision devait survenir, à plus de 70km/h, je n’ose pas imaginer la catastrophe. Il faut y penser, sinon on court au drame.» Afin de réduire les risques, la distance entre les tracés a été augmentée de 2mètres et des combinaisons spéciales anticoupures sont dans les tiroirs de la FIS.

Créé: 10.02.2020, 12h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...