Entre Alain Rochat et le Lausanne-Sport, l'intérêt est réciproque

FootballLe défenseur vaudois des Young Boys a tout pour plaire au club de la Pontaise. Affaire à suivre.

Alain Rochat trouverait un contexte idéal sous la direction de Fabio Celestini.

Alain Rochat trouverait un contexte idéal sous la direction de Fabio Celestini. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A priori, le Lausanne-Sport entamera l’année 2017 avec le même effectif. Si Fabio Celestini n’a jamais caché qu’il s’appuierait volontiers sur quelques joueurs chevronnés pour faire progresser un groupe plein de talent, la réalité – financière surtout – limite les aspirations. Ce qui n’empêche pas d’imaginer quelques cas de figure, comme celui de l’arrivée d’un renfort en défense. Un candidat s’inscrirait particulièrement bien dans le projet lausannois. Son nom, Alain Rochat, qui joue présentement sous les couleurs des Young Boys. Vision du jeu, justesse technique, solide expérience, le Vaudois serait tout à fait capable de bonifier le compartiment défensif du néo-promu. Reste bien sûr à savoir quel est le pourcentage de chances de voir débarquer le gaucher du côté de la Pontaise.

Sous contrat jusqu’en 2018 dans le club de la capitale, Alain Rochat ne représente pourtant plus un premier choix en défense pour l’entraîneur Adi Hütter. Mais sa polyvalence – il peut jouer comme central, comme latéral, mais aussi devant la défense – reste un atout précieux, pour le joueur et pour le coach. Et puis, en revenant à Berne en 2013, Rochat avait pour objectif d’enlever un trophée. Comme il paraît difficile d’assouvir cette envie en championnat, vu la domination du FC Bâle, l’attention se reporte sur la Coupe, avec un bon tirage pour les Bernois début mars, à l’occasion des quarts de finale (visite de Winterthour au Stade de Suisse).

Reste que des affinités existent. Alain Rochat ne le cache pas. «On m’avait posé la question lorsque je suis rentré d’Amérique du Nord (ndlr: Rochat a joué en 2011 et 2012 en Major League Soccer, avec les Whitecaps de Vancouver). Et j’avais déjà indiqué qu’il me plairait bien de rejoindre un club romand, ce qui me permettrait en quelque sorte de boucler la boucle du foot professionnel (sa carrière avait débuté sous les couleurs d’Yverdon, alors entraîné par un certain Lucien Favre, avant de le voir passer par YB, Rennes et Zurich). Le LS fait donc partie des clubs que je suis avec attention.»

Motivation intacte

Sous la direction de Celestini, Rochat trouverait un contexte idéal. «J’ai eu la chance de jouer avec Fabio quelques fois, en équipe nationale. J’aime aussi sa philosophie un peu espagnole. Ce jeu avec ballon, ça me parle…» Le joueur ne souhaite pas en dire plus. Du moins pour l’instant.

Si la venue d’Alain Rochat ne devient pas effective ces prochaines semaines, elle pourrait l’être l’été prochain. Ce qui pose tout de même la question de l’âge du joueur, qui fêtera ses 34 ans en février. «Je me sens très bien et la motivation est intacte, assure-t-il. Je serai encore là pour un moment. Mais tout ce qui compte pour l’instant, c’est de faire une bonne préparation avec YB.» (24 heures)

Créé: 21.12.2016, 08h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.