Koura n’est pas venu au LS pour s’éterniser en Challenge League

FootballL’ex-international junior français sait que pour relancer sa carrière une promotion en Super League est impérative.

Après une expérience difficile à Nancy, Koura est en passe de retrouver sa confiance au LS.

Après une expérience difficile à Nancy, Koura est en passe de retrouver sa confiance au LS. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis trop longtemps, les transferts ratés – ou douteux – sont une triste habitude au Lausanne-Sport. L’arrivée d’Ineos puis celle de Pablo Iglesias n’ont pas changé cette tendance. Du moins jusqu’en janvier dernier. Même si, après moins de trois mois de compétition, il est un peu tôt pour tirer un bilan, les prémices sont plutôt encourageantes pour les récentes recrues que sont Nikola Boranijasevic et Anthony Koura.

Sur le côté droit, le Serbe s’est en effet montré beaucoup plus convaincant que son prédécesseur, Igor Nganga. Touché contre Servette, le défenseur ne devrait toutefois pas réapparaître avant une quinzaine de jours. Au mieux. Quant à Anthony Koura, auteur de trois buts en huit matches, il est tout simplement le meilleur buteur lausannois de cette deuxième phase, à égalité avec Maxime Dominguez (dont deux penalties).

Le parcours du talentueux attaquant franco-burkinabé n’incitait pourtant pas forcément à l’optimisme avant qu’il ne débarque à la Pontaise en janvier. À 25 ans, Koura venait de vivre deux saisons et demie plus que tourmentées à Nancy. Un club où il n’a jamais réussi à s’imposer puisque, après un premier exercice très moyen (un but en 15 matches joués), ponctué d’une relégation en Ligue 2, son rendement n’a guère été plus positif à l’étage inférieur les dix-huit mois suivants (25 présences/2 buts). D’où son envie de changer d’air. «Dès le début, rien n’a fonctionné comme je l’espérais à Nancy, raconte Anthony Koura. Mon adaptation a été difficile car je ne m’y sentais pas bien. Et puis j’ai eu un peu de poisse avec plusieurs blessures. Mais je ne cache pas que je porte aussi une part de responsabilités dans cet échec. En fait, j’aurais dû partir en 2017 déjà, mais on ne fait pas ce qu’on veut quand on est sous contrat.»

«Une question de temps»

Cette mauvaise expérience a fait perdre près de trois ans à un attaquant auquel un brillant avenir semblait pourtant promis, il y a quelques années. Lorsqu’il était international M17, M18 et M19, Anthony Koura partageait le vestiaire de ces différentes sélections françaises, dont il était le buteur redouté, avec Paul Pogba, Raphaël Varane ou Geoffrey Kondogbia. «S’ils évoluent maintenant au plus haut niveau mondial, c’est qu’ils le méritent, sourit le petit (173 cm) et véloce attaquant. Ils ont travaillé très dur pour cela. Quant à moi, je préfère regarder l’aspect positif de mon parcours. Contrairement à d’autres de mes coéquipiers de l’époque, j’ai la chance de pouvoir vivre du football et espérer encore rebondir.»

Cette ambition, l’international burkinabé pense pouvoir la réaliser au LS. «Si l’on m’avait dit, il y a quelques années, que j’allais jouer en 2e division en Suisse je n’y aurais pas cru. Mais c’est un choix que je ne regrette pas. Bien au contraire. Lausanne est non seulement très ambitieux mais, au niveau de ses structures et de son organisation, il tient aussi la comparaison avec bien des clubs de Ligue 2. Et puis j’y ai surtout été très bien accueilli. J’avais quelques craintes en changeant de pays, mais en fait mon adaptation a été plus rapide et bien meilleure que je ne l’imaginais. Sur le terrain, je suis globalement satisfait de mes performances même si je sais que je peux beaucoup mieux faire. Il ne faut pas oublier que j’ai très peu joué ces deux dernières années et que j’ai d’abord dû retrouver une bonne condition physique, mes sensations puis chercher à créer des automatismes avec mes coéquipiers. Maintenant, il ne me manque plus que davantage de constance et un peu de confiance face au but adverse. Car je suis bien conscient que j’aurais pu inscrire davantage de buts jusqu’ici. Mais ce n’est qu’une question de temps, j’en suis certain.»

Enchaîner les victoires

Ce déclic définitif serait d’autant plus précieux que les échéances déterminantes vont vite s’enchaîner pour le LS et Anthony Koura. «Mon objectif est le même que celui du club, assure l’attaquant. Je veux jouer en Super League dès la saison prochaine. Et, croyez-moi, même si nous n’avons pas choisi la voie la plus simple, nous avons les moyens de nos ambitions. Le groupe est de qualité mais il manque encore de confiance en lui. Quand on rate quelque chose, on se décourage trop vite. J’ai l’impression que nous sommes notre premier ennemi. Pour inverser cette tendance et aborder le barrage dans les meilleures conditions, il n’y a que les victoires.»

Dans cet ordre d’idées, le déplacement à Chiasso pourrait permettre au LS de s’en aller cueillir un troisième succès consécutif. Trois points supplémentaires qui le placeraient en position idéale avant un triptyque, probablement décisif, face à Winterthour, Aarau et Servette.

Créé: 20.04.2019, 11h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 29 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...