Andi Zeqiri: «Je m'imagine disputer la Ligue des champions avec le LS»

FootballA la Pontaise, l’attaquant du Lausanne-Sport a changé de statut et explique les raisons de son éclatante métamorphose.

Andi Zeqiri a changé de dimension. Devenu titulaire, le jeune homme a mûri autant qu’il a gagné en assurance.

Andi Zeqiri a changé de dimension. Devenu titulaire, le jeune homme a mûri autant qu’il a gagné en assurance. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au cruel désenchantement d’un exercice raté a succédé la douce (mais parfois dangereuse) euphorie d’une saison bien emmanchée. Voici douze mois, Lausanne, seulement 3e à la pause hivernale, avait déjà laissé filer Servette, accusant sept points de retard sur le leader et futur promu du bout du lac. Aujourd’hui, le club vaudois, comptant un confortable matelas sur son premier poursuivant, Grasshopper, relégué à six points, s’est glissé à son tour dans l’habit de champion, un titre qu’il lui faudra continuer d’assumer dès la reprise (à Schaffhouse le 24 janvier).

Andi Zeqiri incarne à merveille l’avènement de ce nouveau LS, davantage conscient de son potentiel et surtout plus à même de l’exploiter. Alors que son compteur personnel s’était arrêté à sept buts la saison passée, l’attaquant de la Pontaise, en lice avec son coéquipier Turkes pour le titre de meilleure gâchette du pays, en a déjà inscrit douze durant la première partie de championnat. Pour autant, rien n’est déjà gagné, encore moins acquis pour le leader vaudois de Challenge League. «Rien n’est fait, c’est vrai, observe Andi Zeqiri. Il reste l’autre moitié du chemin à parcourir, sans parler que nos adversaires commencent à nous connaître […]. On sait tous ce que l’on veut, avec l’objectif d’évoluer en Super League dans notre nouveau stade de la Tuilière en juillet prochain.»

Mécanique bien huilée

Pour un LS flamboyant, qui a déjà claqué 50 buts (2,8 de moyenne par match), d’où pourrait surgir la menace qui l’empêcherait d’être promu ce printemps? La réponse fuse du tac au tac. «De nous-même! On gagne les matches grâce à nous, on les perd à cause de nous. Sans doute le fait de ne compter que six points d’avance représente-t-il aujourd’hui un avantage. Avec neuf points ou même plus d’avance, Lausanne aurait peut-être pu se relâcher inconsciemment, ce qui ne sera pas le cas.» Après les cafouillages de la saison dernière, le collectif dégage dorénavant l’image d’une mécanique bien huilée, offrant une sérénité bienvenue. «On se connaît et l’on s’entend mieux, reprend notre interlocuteur. Quand on est sur le terrain, on se comporte comme des amis. Si je perds le ballon, je sais que mon défenseur est là pour rattraper mon erreur.» Appelons cela une force d’équipe, l’illustration d’un état d’esprit qui n’est pas de façade.

À 20 ans, Zeqiri a lui-même très clairement changé de dimension. Devenu un titulaire indispensable, ce qu’il n’était pas lorsque les différents coaches lui marchandaient encore leur confiance, l’homme a mûri autant qu’il a gagné en assurance. Plus épanoui, il s’est aussi assagi. «Par le passé, reconnaît-il, mon côté chien fou a pu me jouer des tours. Je nourrissais beaucoup d’injustice à ne pas davantage jouer alors que je brûlais d’envie d’être sur le terrain pour démontrer ce que je sais faire. Peut-être n’étais-je alors pas prêt à vivre tout ce qui m’arrivait. Je me suis construit avec cette frustration. Je sais d’où je viens et pourquoi j’ai dû travailler plus pour surmonter cette injustice. Ce n’est pas l’âge qui joue, c’est le talent…»

Le regard d’Iglesias

Aux Plaines-du-Loup, le footballeur, très vite catalogué surdoué, s’est aussi désormais débarrassé de l’étiquette d’éternel espoir qui lui collait aux basques. «Aux yeux des gens, j’ai longtemps été le petit junior qui devait jouer mais qui ne jouait pas assez. Mes mois de galère m’ont fait comprendre ce que je devais changer pour grandir. Comme troisième capitaine, je suis devenu un joueur important dans l’équipe. Je me fais aussi plus confiance, ce qui se remarque au niveau des gestes que je tente. En tant qu’attaquant, on se nourrit de buts…» Sur une échelle allant de 1 à 10, quelle note Andi s’attribue-t-il pour sa première partie de saison? «Un bon 7, s’amuse-t-il. Je dois encore apprendre à devenir plus régulier à l’intérieur d’un même match.»

Directeur sportif du LS, Pablo Iglesias a vécu de l’intérieur l’avènement de sa pépite. «Andi a gagné en maturité, en tant que personne et dans sa manière de raisonner, explique-t-il. Il prend plus de responsabilité. Dans sa tête, il s’est fixé des objectifs très clairs, extrêmement élevés. Il a en lui une ambition concrète et il met tous les moyens pour y parvenir.»

Un élément courtisé

Après avoir affolé la Toile avant Noël (lire l’encadré), Andi Zeqiri est aussi devenu un élément courtisé. Plusieurs grands clubs européens l’ont déjà repéré, et le doublé qu’il a signé avec la Suisse M21 contre la France en novembre à Neuchâtel n’a fait que renforcer sa réputation naissante. Comme en témoigne une valeur marchande qui a (provisoirement) grimpé à 1,8 million de francs. Alors que Lausanne s’envolera ce vendredi pour un camp d’entraînement espagnol de huit jours à Jerez, pas de quoi faire tourner la tête de l’intéressé. «Ce ne sont là que des chiffres. Ce qui compte, c’est de prendre du plaisir sur le terrain, l’endroit où je me sens le mieux et où j’aime m’exprimer pour devenir encore meilleur... J’ai toujours eu des objectifs élevés et la volonté de les atteindre, en franchissant chaque fois des paliers. À 20 ans, je ne suis encore arrivé nulle part, le plus dur m’attend. Je ne suis qu’au début de quelque chose.»

Comme on lui demande où il s’imagine être dans cinq ans, Andi Zeqiri va droit au but. «En train de disputer la Ligue des champions...» Euh, avec Lausanne? «Oui avec Lausanne ou ailleurs…» L’ambition, toujours l’ambition. Celle chevillée au corps d’un gamin devenu adulte, prêt à suivre le destin doré qu’il s’est construit.

Créé: 07.01.2020, 19h15

Le joyau du LS a changé de manager

Entre Noël et le réveillon, Zeqiri a signé un transfert important en changeant de représentant. Il a quitté Jorge Mendes, l’agent des stars, et sa société Gestifute (qui comprend notamment Cristiano Ronaldo et Angel Di Maria) pour rejoindre l’écurie Gold Kick du Valaisan Michel Urscheler, qui, en Suisse, gère déjà les intérêts, entre autres, de Guillaume Hoarau (YB), Bastien Toma (Sion) ou Benjamin Kololli (Zurich).

Comment justifier un tel choix? «J’ai voulu privilégier une structure plus familiale, une relation de proximité, répond le No9 de la Pontaise. M. Urscheler a l’habitude d’entourer ses joueurs. Avec lui, on ne parle pas que de foot. Cela permet aussi de soulager mon papa, qui croulait sous les demandes...» Sous contrat à Lausanne jusqu’en juin 2021, Zeqiri est jugé «intransférable» par son employeur, Ineos.

Un buzz malgré lui

Durant les Fêtes, l’ailier a aussi créé le buzz avec la diffusion sur la Toile, bien malgré lui, d’une photo le montrant rayonnant aux côtés d’Agim Ademi, le président de la fédération kosovare. Un cliché qui allait donner le coup d’envoi à de multiples interprétations, dont celle, diffusée par les médias de Pristina, de l’apparente volonté de Zeqiri de s’engager sous peu avec la sélection de Bernard Challandes.

Il n’en sera rien, l’intéressé se chargeant lui-même d’éteindre l’incendie. «Durant mes vacances, je me trouvais à Pristina dans le même hôtel que les dirigeants kosovars pour y faire du fitness. On a ensuite bu un café, ils ont voulu faire une photo et cela a aussitôt créé une bombe. En même temps, cela a provoqué une petite alerte pour la Suisse (rires).» Quitte à faire des déçus dans son pays d’origine, Andi Zeqiri dissipe l’ultime doute. «Je suis exclusivement focalisé sur la Suisse», conclut l’actuel meilleur buteur des M21 helvétiques (6 buts en 7 matches).

Articles en relation

Pour rejoindre la Super League, le LS choisit de ne rien changer

Football Emmené par son percutant duo Turkes-Zeqiri, le leader de Challenge League ne modifiera pas son groupe cet hiver. Plus...

Les serial buteurs de la Pontaise assomment Wil

Football Andi Zeqiri et Aldin Turkes ont largement contribué à une nouvelle et nette victoire du LS. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.