Dans un creux, le LS de Martin Rueda a-t-il vraiment les moyens de rebondir?

FootballLausanne reste sur trois défaites et 10 buts encaissés. Le point avec le coach avant la venue du FC Sion, dimanche à la Pontaise. Publié le 16 août 2011.

Des raisons de s’inquiéter pour Martin Rueda qui, bien sûr, cherche les meilleures solutions pour son équipe.

Michel Perret/Archive

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au soir du 30 juillet (2e?journée de Super League), après la victoire face à Zurich (2-1), l’encadrement du LS parlait d’une seule voix. «Nous avons une véritable équipe, avec un vrai banc», entendait-on.

Quant au coach, il soulignait le cœur et la passion affichés par ses joueurs. Deux semaines et trois revers plus tard, le tableau s’est un peu assombri. Et les premières interrogations surgissent: le LS peut-il s’en sortir sur la longueur, les nouveaux joueurs sont-ils les renforts attendus? Dimanche (17h15), Lausanne reçoit le FC Sion, avant un déplacement particulièrement important à Neuchâtel. Nous avons soumis six thèmes à l’entraîneur Martin Rueda.

1. Trois défaites de rang, c’est beaucoup trop

Il n’est jamais anodin de perdre trois matches de suite. Le dénouement face à Lucerne (but décisif concédé à la 93e?minute, suite à un coup franc qui n’aurait jamais dû être accordé par l’arbitre) a marqué une fracture.

A Genève, trois jours plus tard, l’équipe n’avait digéré ni l’effort fourni ni la frustration ressentie. A Thoune, dimanche, elle a flotté, oubliant de jouer ensemble. Seule circonstance atténuante pour ces trois rencontres, les grossières erreurs d’arbitrage – dernière en date, l’expulsion de Lang à Thoune – qui ont accablé le néo-promu.

L’avis de Rueda: «Imméritée, la défaite contre Lucerne nous a fait beaucoup de mal. Plus dérangeants sont les deux revers qui ont suivi. L’équipe n’a pas bien joué défensivement et cette remarque concerne tout le monde. Chacun semblait jouer pour soi».

2. L’équipe est-elle trop «joueuse» en Super League?

On a souvent loué le bon esprit de cette équipe qui, malgré des moyens limités, s’efforce toujours de jouer. Dimanche, certains joueurs mettaient l’accent sur la nécessité de trouver un meilleur équilibre entre la défense et l’attaque. Faut-il y percevoir la tentation de fermer le jeu?

L’avis de Rueda: «La saison passée, toutes les équipes qui ont privilégié le jeu défensif – genre Bellinzone ou Xamax – ont tout de même accumulé les défaites. Je le répète, nous devons jouer de façon courageuse, en tenant cette équipe «court».

Peut-être n’avons-nous pas les mêmes moyens que nos adversaires, mais à quoi servirait-il de jouer de longs ballons vers l’avant en priant pour qu’il se passe quelque chose de positif? D’ailleurs, nous n’avons pas pris de buts parce que nous jouions «trop»; beaucoup d’erreurs individuelles nous ont pénalisés. C’est ce qu’il faut corriger».

3. Les nouveaux joueurs ne répondent pas à l’attente

Coltorti, Page, Muslin, Lang, Marin, Kamber, Lyng ou Negrao, qui sort vraiment son épingle du jeu? Lang, d’accord. Pour les autres? Si tout le monde est vraiment à son affaire, si l’équipe reste compacte, comme lors des trois premiers matches, le LS peut rivaliser. Lausanne a donc une équipe, c’est vrai. Quant à savoir si les transferts effectués représentent vraiment une valeur ajoutée…

L’avis de Rueda: «Dans notre situation, il est naturel de se tourner vers les nouveaux. Et c’est vrai que nous attendions davantage d’eux en termes d’expérience. Sur les neuf buts encaissés contre Servette et Thoune, nous nous sommes laissés prendre comme des néophytes. Cela dit, il est trop tôt pour décréter que les nouveaux ne sont pas les renforts attendus. Lausanne a fait de bons transferts, sachant que la Super League est difficile».

4. Silvio n’a pas été remplacé

La générosité de Silvio, sa vitesse et son talent ont laissé un vide. Le Brésilien faisait la transition entre le milieu de terrain et l’attaque. A cet égard, le fait de ne pas avoir su conserver le Brésilien (parti à Union Berlin, en 2e Bundesliga) représente véritablement un échec pour les dirigeants du LS. Actuellement, Moussilou donne encore trop souvent l’impression de ne pas être intégré à la manœuvre collective.

L’avis de Rueda: «Ce que réalisait Silvio, personne en effet ne parvient à le faire aujourd’hui. Il était souvent le premier joueur libre qu’on pouvait trouver. Au-delà de ces caractéristiques, les joueurs offensifs qui nous ont rejoints accusent du retard sur le plan physique; nous essayons de le combler, mais ça prendra encore un peu de temps».

5. Dimanche, Sion sera vulnérable

Le FC Sion vit une période mouvementée, sur le terrain et en dehors. Engagée jeudi soir à Glasgow, l’équipe sédunoise n’aura pas la fraîcheur souhaitée, dimanche à la Pontaise. Elle sera donc vulnérable.

L’avis de Rueda: «Je ne crois pas à cette hypothèse. L’entraîneur sédunois a une trentaine de joueurs à sa disposition. Même si l’effectif tourne, Sion alignera une très bonne équipe à Lausanne».

6. Dans le travail actuel du coach, l’aspect mental est primordial

A côté de la mise en place de l’équipe, du choix des joueurs et de la tactique, l’aspect mental occupe une place prépondérante lorsqu’il s’agit d’éviter que le doute ne s’installe. Le coach lausannois a déjà passé cette épreuve avec succès au printemps passé. Il s’agit maintenant de répéter ce travail à l’échelon supérieur.

L’avis de Rueda: «Dès lundi, nous avons analysé le match de Thoune, décortiqué nos erreurs. Le foot est ainsi fait, qui offre l’occasion de se réhabiliter très vite. Il faut donc regarder vers l’avant, en se souvenant aussi des bons matches que nous avons livrés».

Créé: 16.12.2011, 15h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...