La cure d’amaigrissement du LS touche à sa fin

FootballLes départs de Zidane, Margiotta, Rapp et Cie ont déjà diminué la masse salariale de plus de 2,5 millions. Et Brandão vient de signer à Porto.

Brandao semble dire «au revoir» à Dominguez. Le Portugais s'est engagé vendredi soir avec le FC Porto.

Brandao semble dire «au revoir» à Dominguez. Le Portugais s'est engagé vendredi soir avec le FC Porto. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au Lausanne-Sport, les excès du début de l’ère Ineos, avec David Thompson dans le rôle du très généreux président, appartiennent plus que jamais au passé. Depuis seize mois et l’arrivée de Bob Ratcliffe – d’abord en tant que CEO puis à la présidence, dès mars dernier –, le club de la Pontaise a commencé à réduire son train de vie. Une tendance qui s’est confirmée cet été, puisque le LS est déjà parvenu à diminuer de plus de 2 millions et demi de francs sa masse salariale pour l’actuel exercice. Tout cela en réaffirmant sa ferme volonté d’inaugurer la Tuilière en Super League en mai prochain.

Comment une telle somme a-t-elle pu être économisée? Tout simplement en se séparant de Diego Berchtold, Jérémy Manière, Roman Buess, Lukas Pos, Tiago Escorza et, surtout, de Simone Rapp, Francesco Margiotta et Enzo Zidane. Huit départs qui n’ont été compensés que par les arrivées de Mory Diaw et Aldin Turkes. Deux renforts qui ont débarqué sans somme de transfert à débourser et dont les salaires correspondent à leur statut et à leur catégorie de jeu actuelle.

Brandão au FC Porto

Le dégraissage a continué ce vendredi. Gonçalo Brandão (33 ans en octobre) a vu en effet son souhait de quitter la Pontaisese concrétiser: il s’est engagé avec le FC Porto, avec à la clé des fonctions importantes et un contrat de longue durée. «Ce départ est une grosse perte pour nous, admet Pablo Iglesias. Brandão est non seulement important sur le terrain grâce à son expérience, mais aussi dans le vestiaire. Le défenseur est parti au Portugal pour finaliser son accord avec le FC Porto. Il intégrera dans un premier temps la deuxième équipe du club portugais, qui vient d’être promue en deuxième division.» Le LS voit ainsi ses économies salariales dépasser les 3 millions de francs.

Ces deux derniers mois, le LS a, de surcroît, encaissé un montant global bien supérieur au million de francs grâce à la vente de Margiotta à Lucerne, la rupture de contrat – voulue par le clan du joueur – de Zidane ainsi qu’au prêt payant de Rapp au FC Thoune. Et si l’on tient compte de la «vente» de Brandão et celles des jeunes Okoh à Salzbourg et Ribeiro à la Juventus, on peut, sans risque de se tromper, ajouter quelque 3,5 millions de francs supplémentaires dans les caisses lausannoises.

Ce régime minceur voulu par Bob Ratcliffe ne s’est pas arrêté aux mouvements de joueurs. Depuis la reprise, il y a six semaines, de nouvelles habitudes ont aussi été imposées par le very big boss du LS. Par exemple, les jours de matches à domicile, l’équipe ne se retrouve plus dès le matin pour passer ensuite la journée ensemble. Sur le terrain puis dans un hôtel de la place. «Je ne vous cache pas que ce changement m’embête, soupire Giorgio Contini. Le jour du match est le plus important de la semaine. Lorsque des joueurs se retrouvent au stade trois heures avant le coup d’envoi, on a plus l’impression de ressembler à un club amateur que professionnel. Mais bon, Kriens ou Stade-Lausanne-Ouchy fonctionnent de cette façon, alors il ne nous reste qu’à nous adapter à cette nouvelle orientation.»

La semaine, les joueurs et le staff avaient aussi l’habitude de manger ensemble à midi. Aux frais du club. «Désormais, chacun ira se nourrir de son côté», sourit le coach du LS.

Un troisième renfort?

Malgré ces nombreuses économies, il faut rester honnête et garder à l’esprit que le LS dispose toujours, et largement, du plus gros budget de Challenge League, avec Grasshopper. «Tous ces changements ne doivent pas nous servir d’alibi, admet Giorgio Contini. Nos moyens restent supérieurs à ceux de la plupart de nos concurrents. C’est notre mode de fonctionnement qui s’est rapproché du standard de notre catégorie de jeu actuelle. Nous n’avons plus, comme la saison passée, les privilèges que l’on accorde à une équipe de Super League.»

Le départ de Brandão présente l’avantage de libérer une place pour enrôler un renfort étranger. Ce qui faciliterait grandement la tâche de Pablo Iglesias pour dénicher une véritable valeur ajoutée au groupe actuel. Avec, cette fois, la bénédiction de Bob Ratcliffe. Citation

Créé: 27.07.2019, 07h59

L'avant-match

Les dernières infos sur le LS

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...