Avec Dan Ndoye, le Lausanne-Sport a le complément parfait à son duo de buteurs

FootballÀ Kriens, le leader n’a cueilli qu’en fin de match un succès (1-2) aussi précieux que mérité.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Abondance de bien ne nuit pas», dit le proverbe. Et ce n’est pas Giorgio Contini qui affirmera le contraire. Samedi, sur le synthétique d’un adversaire toujours insidieux et qui traversait une période particulièrement faste ? avec les dix points récoltés lors de ses cinq dernières sorties, Kriens faisait presque aussi bien que le LS ?, le leader de Challenge League a une fois encore pu faire la différence grâce aux multiples talents qui animent son compartiment offensif. Ce dernier, contrairement à ce que pourraient laisser croire les chiffres, ne repose pas uniquement sur le redoutable duo Aldin Turkes-Andi Zeqiri.

Ce constat est à la fois rassurant et réjouissant au moment où une fatigue compréhensible semble un peu freiner les ardeurs de Zeqiri. Très sollicité, et souvent décisif, depuis juillet ? tant avec le LS qu’avec l’équipe de Suisse M21 ?, le jeune attaquant (20 ans), qui avait de surcroît connu une dernière saison perturbée par les blessures, est en effet passé à côté de son match à Kriens. Et pour contourner la solide et agressive défense lucernoise, les qualités et la belle débauche d’énergie de Turkes n’ont longtemps permis aux Lausannois que de partager l’enjeu.

Ce problème, Dan Ndoye s’est chargé de le régler à sa manière. Omniprésent dès le coup d’envoi, le dernier joyau de la Pontaise a été le bourreau de Kriens. Avant d’offrir une victoire méritée à ses coéquipiers d’une magnifique et difficile frappe d’une vingtaine de mètres, l’ailier avait non seulement servi parfaitement Turkes sur l’ouverture du score mais avait été de tous les bons coups lausannois.

Ndoye intenable

Intenable offensivement, Ndoye avait aussi apporté une intéressante contribution défensive dans les rares moments de pression adverse. Son match plein contrastait avec la performance brouillonne offerte une semaine plus tôt face à Wil. «Je n’étais moi non plus pas satisfait du tout de mon match le week-end dernier, raconte-t-il avec le sourire. Raison pour laquelle j’ai beaucoup travaillé devant le but la semaine suivante. Une répétition de gestes simples qui m’a permis de reprendre confiance. Sans ce travail, je ne sais pas si j’aurais osé tenter cette frappe en fin de rencontre contre Kriens. Quoi qu’il en soit, je l’ai fait instinctivement, sans me poser trop de questions.»

Même s’ils ont été acquis de façon plus laborieuse qu’à l’accoutumée, ces trois points ont récompensé en toute logique un LS dont le seul tort aura été de ne pas réussir à faire plus nettement la différence au cours d’une première mi-temps à sens unique. «Mais c’est aussi avec ce genre de victoires que l’on construit une promotion», résumait, hilare, Pablo Iglesias en quittant le Kleinfeld.

Créé: 01.12.2019, 20h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.