Fabio Celestini: «On attend les premières impulsions»

FootballLe point avec l'entraîneur du Lausanne-Sport à l'heure où le club vient de passer aux mains du boss d'INEOS.

Fabio Celestini, l'entraîneur du LS.

Fabio Celestini, l'entraîneur du LS. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

– Le LS vient de changer de propriétaire. Quels sont les premiers échos dans l’entourage de l’équipe?
– Tout le monde a entendu le discours, imaginé ce que cela pouvait représenter pour le futur. Il y a de l’excitation. Mais on attend les premières impulsions, les premières décisions.

– Participerez-vous aux discussions?
– Je suis un employé du club depuis presque trois ans. Dans la structure actuelle du LS, il y avait surtout l’entraîneur et Alain Joseph, le président, qui aujourd’hui n’est plus là. Je suis donc la personne qui connaît le mieux la maison, le club, la ville, le canton. Il est normal que les nouveaux dirigeants s’appuient sur moi pour prendre les bonnes infos. Et que je contribue ainsi à mettre en place les stratégies.

– Mais il faudra avoir un peu de patience…
– C’est à partir de janvier qu’on devrait voir les premiers effets. Pour l’instant, le budget et l’équipe sont les mêmes. Il n’y a donc pas de raison de changer d’objectif sportif.

– Jusque-là, le LS a vécu par séries, mauvaise, bonne, puis à nouveau plus difficile. Que faut-il en déduire sur le fonctionnement de l’équipe?
– On a effectivement connu un début de saison difficile (1 point en 5 matches), avant de vivre une série extraordinaire avec 15 points en 7 rencontres, soit une moyenne de 2,14. J’ai l’impression que tout le monde se trompe en regardant nos résultats. Aujourd’hui, comme l’indiquent notre budget et la structure du club, le LS doit se battre contre la relégation. Nous en sommes conscients, en sachant que nous passerons par de mauvais moments.

– D’accord, mais ces séries…
– Nous avons une caractéristique: nous savons précisément ce que nous voulons faire avec le ballon et nous avons envie d’avoir un jeu ambitieux avec nos moyens. Quand les choses nous sourient, nous avons beaucoup de contenu à proposer. À d’autres moments, quand l’équipe n’est plus qu’à 100% au lieu d’être à 110%, on a plus de peine à gagner des matches. Nous avons donc des très hauts et des très bas. Aujourd’hui, Lucerne et Sion sont derrière nous, alors que ces deux clubs ont des moyens bien supérieurs aux nôtres. Et eux aussi connaissent des séries.

– Les deux matches en dix jours que vous avez récemment livrés face à Grasshopper (en Coupe puis en championnat) ont dégagé une impression d’impuissance qu’on n’avait jamais eue auparavant…
– Les deux formations jouaient un peu le même système. Et il était assez clair que celle qui marquerait en premier l’emporterait. Ce sont les Zurichois qui l’ont fait, mais cela s’est joué à peu de chose. Les deux équipes avaient une phase de repli intéressante; eux passaient très vite du pressing au repli. Et nous n’avons pas su en faire suffisamment sur le plan offensif. Si notre équipe n’arrive pas à changer de rythme, nous avons alors un jeu qui peut devenir monocorde et stérile. En revanche, dans d’autres matches, avec des joueurs lausannois plus vifs ou un opposant plus allongé, l’équipe devient plus intéressante. Le LS ne rechigne jamais à jouer, mais on doit accepter d’avoir des périodes très différentes.

– Le LS est aujourd’hui 6e…
– Après le début de saison qu’on a connu, on aurait signé pour en être là. On va maintenant défendre cette 6e place. Le football n’est pas une science exacte et c’est souvent une histoire de détails. Lucerne sera encore une fois l’histoire d’un match. On verra…

Créé: 17.11.2017, 17h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.