Passer au contenu principal

Fabio Celestini: «Lâchez le frein à main!»

Après un 10e match sans victoire, l’entraîneur cherche comment inverser la tendance. Dimanche, Lausanne jouera à Bâle.

Fabio Celestini et les joueurs lausannois se sont remis au travail dès lundi matin.
Fabio Celestini et les joueurs lausannois se sont remis au travail dès lundi matin.
Olivier Allenspach

Pas la moindre victoire depuis celle obtenue face à Lugano le 2 octobre (4-1). Avec deux nuls pour huit défaites, le Lausanne-Sport tire la langue. Et la pause d’hiver n’a pas permis d’inverser la tendance. L’équipe court vainement après cette fraîcheur – mentale surtout – qui lui avait permis de rivaliser avec n’importe quel adversaire en début de saison. «Il y a, dans nos matches, plein de petits faits de jeu que nous n’arrivons plus à faire basculer en notre faveur», constate Fabio Celestini. Toute la semaine, l’entraîneur ne ménage pas sa peine. Mais, lorsque arrive le jour de la compétition, trop d’erreurs viennent briser chaque début d’élan collectif.

«Pour ce qui est de la confiance, on va au rythme des résultats, note le coach. Il est certain qu’elle n’est pas au mieux chez nous présentement. Mais elle ne doit pas être beaucoup plus grande à Grasshopper ou à Thoune. Il faut que nous arrivions à donner quelque chose en plus, aussi bien sur le plan technique, physique que mental. «Lâchez le frein à main!» c’est le message que j’ai adressé lundi matin aux joueurs.»

Conviendrait-il également de changer de système? Le passage en 4-4-2, par exemple, pourrait amener davantage de stabilité. «A Vaduz, avant Noël (1-1), nous avions joué à quatre derrière, rappelle Celestini à ce sujet. Et notre adversaire avait tiré 17 fois en direction de notre but. L’équipe se sent plutôt à l’aise dans notre système (ndlr: 3-5-2). Je ne crois pas que le problème se situe à ce niveau.»

Si l’effectif a grandi en quantité avec les arrivées récentes de Tomas et de Taiwo, on ne peut pas dire pour autant qu’il se soit étoffé. Défenseur central de métier, le premier ne possède ni le profil ni les qualités nécessaires pour véritablement bonifier le secteur défensif. On peut ainsi s’interroger sur le sens même de son engagement. Quant au second, il reste difficile de dire, au vu de sa condition physique actuelle, quelle pourra être exactement sa contribution ces prochaines semaines.

Certains joueurs déçoivent, d’autres courent après leur forme, d’autres encore (les moins expérimentés) éprouvent peut-être le besoin de digérer les premiers mois de compétition. Ainsi, l’effectif a été pas mal brassé. Ce qui peut aussi expliquer, en partie du moins, ce rendement insuffisant. Le problème, c’est que le temps commence à presser…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.