Giorgio Contini est-il capable de relever les Lausannois?

FootballLe coach du LS avait bien su gérer les périodes difficiles sur le banc de Vaduz. Mais il peine à fédérer dans son vestiaire actuel.

En 2017, alors qu’il était coach de Saint-Gall, Contini avait permis au Lausannois Torres de se relever. Qu’en sera-t-il aujourd’hui?

En 2017, alors qu’il était coach de Saint-Gall, Contini avait permis au Lausannois Torres de se relever. Qu’en sera-t-il aujourd’hui? Image: LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À trois journées de la fin du championnat, le Lausanne-Sport se retrouve en ballottage défavorable. Une situation précaire qu’il n’imaginait même pas il y a quelques semaines seulement. Mais aujourd’hui, plus que le point de retard qu’ils comptent désormais sur Aarau, c’est cette attitude proche de la résignation affichée par les Vaudois face à Servette, vendredi, qui suscite un vif pessimisme chez ses supporters.

Les deux principales questions que chacun se pose au moment où le LS s’apprête à recevoir un FC Schaffhouse en lutte pour le maintien sont les suivantes: Giorgio Contini est-il encore capable de remobiliser ses troupes avant cette ultime ligne droite? Cette équipe est-elle en mesure de rebondir après deux cinglantes défaites?

Ils croient au miracle

Le Servettien Steven Lang, qui avait joué un an sous les ordres de l’entraîneur zurichois à Vaduz, se souvient d’un homme à même de gérer les situations délicates. «Lors de cette saison 2014-2015, raconte-t-il, bien que néo-promus en Super League, nous avions réussi à assurer notre maintien sans trop souffrir si mes souvenirs sont bons. Nous n’avions pas connu de grosses périodes de crise mais des moments difficiles que Giorgio Contini avait bien su maîtriser. À Vaduz, il était très proche de ses joueurs, nous faisait confiance et nous laissait pas mal de liberté. Une méthode qui avait bien fonctionné. Maintenant, la situation est peut-être très différente à Lausanne, plus difficile aussi à gérer.»

Pour Gabet Chapuisat, les rapports entre le coach et ses joueurs semblent compliqués depuis un bon bout de temps déjà. «À voir la gabegie qui règne depuis des mois sur le terrain, j’en viens à me demander s’il ne l’a pas perdu très vite, son vestiaire. Comment sinon expliquer le manque flagrant de motivation ou l’extrême anxiété des joueurs lausannois à Genève? Il appartient à un entraîneur de tout mettre en œuvre pour que son équipe entre sur le terrain dans les meilleures dispositions possible. À mon avis, il lui sera donc très difficile de le récupérer pour cette fin de saison.»

«Je ne suis donc pas sûr du tout que les Argoviens remporteront leurs trois derniers matches. Un carton plein que le LS est en revanche en mesure de réaliser»

Un scepticisme qui n’empêche pas Chapuisat de croire en un petit miracle. «Parce qu’Aarau n’est pas une équipe qui domine son sujet, souligne l’ancien entraîneur. C’est un groupe composé de nombreux préretraités, qui traverse une période euphorique et qui a en plus la baraka. Je ne suis donc pas sûr du tout que les Argoviens remporteront leurs trois derniers matches. Un carton plein que le LS est en revanche en mesure de réaliser. À condition que les joueurs en soient eux-mêmes convaincus.»

En termes différents, Steven Lang et Gabet Chapuisat se disent étonné pour le premier et déçu pour le second par le parcours du LS cette saison. «Je pensais vraiment que Giorgio Contini allait contribuer à ce que le LS réalise un bel exercice, assure l’actuel Servettien et ancien Lausannois. Non seulement parce qu’il parle bien français, mais encore parce qu’avec Vaduz, il aimait nous voir bien jouer. Je me souviens aussi qu’il n’hésitait pas à changer de système de jeu et à faire beaucoup tourner son effectif. Pour que chacun se sente concerné. Et puis il a son caractère et sait aussi se faire respecter dans le vestiaire lorsque les circonstances l’exigent.»

Recrutement défaillant

Ce Giorgio Contini version liechtensteinoise appartient-il au passé? Les deux licenciements qu’il a connus, à Vaduz au printemps 2017, puis à Saint-Gall un an plus tard, l’ont-ils changé? «Je n’y crois pas, soupire Chapuisat. Je n’ai d’ailleurs pas en mémoire qu’avant son arrivée au LS, ses équipes étaient connues pour privilégier l’offensive et pratiquer du beau jeu. Mais ce que je reproche surtout à Giorgio Contini, c’est d’être un roi de la bricole. Il prépare ses matches plus avec l’idée de contrer les qualités des adversaires qu’en pensant à imposer celles de son équipe. Or il est impensable de réfléchir de cette façon lorsque l’on est à la tête d’un LS animé par de grandes ambitions et en Challenge League de surcroît.»

Mais pour Gabet, le Zurichois n’est pas le seul responsable d’un exercice qui sera synonyme d’échec pour le LS, même en cas de participation au barrage. «Le recrutement effectué l’été dernier n’était pas à la hauteur du défi lancé par les dirigeants de la Pontaise. Des lacunes que les mêmes personnes n’ont malheureusement pas réussi à corriger en janvier.»

Créé: 14.05.2019, 18h55

L’avant-match

Pontaise, mercredi 20 h

Deux absents
Cabral est suspendu pour le match de ce mercredi soir. Lausanne compte un autre absent: Joao Oliveira. Le jeune milieu offensif, sorti blessé en première mi-temps contre Servette, ressent toujours les effets de sa commotion.

Serial passeur
Margiotta (18 assists) n’est pas le meilleur passeur du championnat, mais il possède l’un des meilleurs ratios parties jouées/assists délivrés. En moyenne, il réussit une passe décisive tous les deux matches. Le problème pour le LS, c’est que le Transalpin a été à l’origine du but vaudois vendredi dernier. J.CZ

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...