Passer au contenu principal

Lausanne n’avait pas le souffle nécessaire pour en faire plus

Après un superbe but de Margiotta, les Vaudois n’ont plus réussi à mettre en danger le FCZ.

Le milieu Victor Palsson (à g.) à la lutte avec Francesco Margiotta, le buteur de la soirée pour le LS.
Le milieu Victor Palsson (à g.) à la lutte avec Francesco Margiotta, le buteur de la soirée pour le LS.
Keystone

Le Lausanne-Sport n’a pas pu rééditer le coup de Bâle. Une fois encore menés au score dès le milieu de la première période, les joueurs de Fabio Celestini sont certes revenus, mais sans trouver les ressources et le souffle nécessaires pour menacer véritablement un FCZ qui reste ainsi invaincu cette saison.

Dans le même temps, et même si la statistique a le don d’énerver les Vaudois, on signalera tout de même qu’il s’agit du 18e match sans victoire à la Pontaise et qu’on «fêtera» bientôt (le 2 octobre) le 1er anniversaire de cet étrange record.

S’il a connu quelques bonnes séquences offensives – du moins dans l’approche –, en première mi-temps surtout, le LS a tout de même singulièrement manqué d’envergure et de substance offensive. Si l’on excepte le but égalisateur, on ne recense en effet pas de grandes frayeurs pour le gardien Vanins.

Un point précieux

C’est donc Zurich qui s’est ménagé l’essentiel des occasions, par Rodriguez sur coup franc (bel arrêt de Castella, 22e), Frey de la tête (superbe parade du même Castella, 64e), ou encore Kone, qui a raté l’immanquable à quelques mètres du but ouvert (79e). Dans ces conditions, le point pris apparaît assurément comme un bien précieux.

Les adversaires connaissent bien sûr l’envie indéfectible et quasi systématique du LS de bâtir son jeu depuis derrière. Si la plupart cherchent à empêcher très tôt, et donc très haut, ces intentions louables, tous ne le font pas avec la même hargne et la même efficacité. Ce mercredi soir, les Zurichois ont souvent posé un problème difficile à régler pour leurs hôtes. C’est d’ailleurs suite à une balle trop facilement perdue à 25 mètres par Maccoppi que le FCZ a pu ouvrir le score. On remarquera tout de même qu’à cet instant-là on ne comptait pas moins de quatre blancs disponibles dans la surface vaudoise. Et c’est Sarr qui a pu servir Rodriguez côté droit, lequel a trompé Castella d’une frappe tendue au premier poteau.

La première d’Asllani

Lausanne, qui aurait tout de même dû bénéficier d’un penalty pour une faute de Pa Modou sur Campo, a égalisé juste avant la pause lorsque ce même Campo a pu mettre un long ballon que l’habile Margiotta a utilisé pour mettre dans le vent le lourd Nef, adressant ensuite une frappe limpide hors de portée du gardien. Magnifique! C’est ensuite que le LS a déçu, dans cette incapacité qu’il a montrée à profiter de cet élan favorable pour tenter davantage et appuyer plus clairement ses envies offensives. Au contraire, les Lausannois se sont progressivement éteints. Dans les couloirs, le jeune Asllani (18 ans), issu du Team Vaud et titularisé pour la première fois, a certes donné de jolis aperçus de son dynamisme et de ses qualités techniques sur le côté gauche. A droite, en revanche, Kololli a déçu. Au final, malgré les initiatives de Campo dans l’axe, Margiotta a été insuffisamment alimenté.

Au final, Lausanne réussit quand même un troisième match consécutif (en championnat) sans défaite (3/5). C’est sans doute le signe d’un virage amorcé vers le mieux, même si l’équilibre défense-attaque semble encore compliqué à trouver. On y verra plus clair dans une semaine, après les deux déplacements qui attendent le LS, samedi à Lucerne puis mercredi à Sion.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.