Le Lausanne-Sport se sépare de Margiotta et apprend à maîtriser la canicule

FootballLes températures très élevées prévues cette semaine ne perturbent pas un groupe dont l’Italien ne fait plus partie.

Francesco Margiotta a signé pour trois ans à Lucerne.

Francesco Margiotta a signé pour trois ans à Lucerne. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mardi après-midi, lorsque Adilson Cabral et consorts ont repris l’entraînement après avoir bénéficié de 36 heures de récupération suite à leurs efforts du week-end, le thermomètre titillait la barre des 30 degrés.

Des conditions, encore acceptables, que Francesco Margiotta n’a pas pu apprécier. La veille, l’attaquant italien de 26 ans avait vidé son casier pour se rendre à Lucerne où il a paraphé un contrat pour les trois prochaines saisons. Un transfert définitif qui a l’avantage de faire le bonheur du club alémanique de Super League, du joueur, de Giorgio Contini et du Lausanne-Sport, même si la somme versée dans les caisses lausannoises est probablement très éloignée du million d’euros investi par Ineos, il y a dix-huit mois. Malgré cela, on a maintenant, du côté de la Pontaise, le secret espoir que le départ du plus gros salaire du club permette à Pablo Iglesias d’offrir à son coach ce buteur expérimenté et très motivé qui a tant manqué au LS la saison dernière. Un deuxième renfort – après le gardien français Mory Diaw, officiellement engagé mardi pour les six prochains mois – qui laisse espérer que les Lausannois franchiront alors un indispensable palier sur le plan offensif. À condition, bien entendu, de ne pas se tromper, cette fois.

Des considérations qui n’intéressent pas Sébastien Devillaz, l’homme qui a la délicate mission de devoir préparer au mieux l’équipe sur le plan physique. Une tâche a priori encore compliquée par les températures annoncées. «Depuis plusieurs années, explique le Français, nous connaissons une ou plusieurs périodes de canicule durant l’été. Les joueurs y sont donc habitués. Pour ce qui concerne la préparation physique, ces conditions ne changent qu’éventuellement les horaires des séances. En cas de forte chaleur, on avancera simplement un peu l’entraînement du matin et on retardera celui de la deuxième partie de journée.»

À quelques très rares exceptions près, l’intensité et la charge de travail ne subiront, elles, aucune modification. «Dans de telles conditions, poursuit Sébastien Devillaz, la récupération est plus importante encore. Pour qu’elle soit optimale et adaptée aux exigences individuelles, des tests hydriques sont effectués sur chaque joueur afin de calculer la perte en eau, qui peut être très différente d’un individu à l’autre. Pour ce qui concerne les moments passés en dehors de la Pontaise, nous donnons à chacun un programme d’alimentation personnalisé, notamment en quantité d’eau à boire, qu’ils se doivent de suivre le plus scrupuleusement possible.»

Une façon de faire qui semble bien convenir aux joueurs. «Personnellement, je ne souffre pas trop de la chaleur, admet Andi Zeqiri. Et je n’ai pas remarqué que l’un ou l’autre de mes coéquipiers éprouve de grosses difficultés dans de telles circonstances. Du coup, je préfère rester ici que de partir quelques jours à la montagne pour y rechercher un peu de fraîcheur.»

Créé: 26.06.2019, 07h07

Andrea Binotto:

Au Stade-Lausanne-Ouchy, cette semaine de canicule est presque considérée comme une bonne chose.

Les joueurs du SLO n’iront pas souffrir le martyre ce mercredi à Crans-Montana. Le match amical prévu contre le FC Sion a en effet été annulé en raison d’une épidémie de gastro-entérite dans les rangs valaisans. «Comme il est impossible de trouver un autre adversaire, soupire Andrea Binotto, nous nous contenterons d’une opposition interne.» Elle se déroulera au stade Samaranch et sous une forte chaleur, comme tous les entraînements qui suivront, cette semaine. «Cette canicule n’influencera ni les horaires ni l’intensité de nos séances, sourit Andrea Binotto. Je ne vois aucune raison de modifier notre planification. Si la chaleur est trop intense, nous ferons davantage de pauses pour que les joueurs s’hydratent bien. C’est tout.»
L’entraîneur du SLO considère même les conditions extrêmes actuelles comme un avantage. «Nous pourrions très bien les retrouver plus tard, en championnat. Disons que cette semaine nous permet de mieux nous préparer à les affronter.» A.B.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.