Passer au contenu principal

Le LS a manqué de souffle face à ce GC qui n’avait rien d’un monstre

Lausanne ne prend plus de buts depuis trois matches. Mais il a beaucoup de peine à en marquer. Il n’en a donc pas fini avec les soucis.

Le gardien de GC, Joel Mall, rattrape le ballon du Lausannois Gabriel Arturo Torres Tejada. (Dimanche 2 avril 2017)
Le gardien de GC, Joel Mall, rattrape le ballon du Lausannois Gabriel Arturo Torres Tejada. (Dimanche 2 avril 2017)
Keystone

Même si joueurs et entraîneurs ont l’habitude de valoriser ce genre de résultats lorsqu’ils traversent une période compliquée, ce qui est bien entendu le cas des deux formations opposées dimanche après-midi sous la petite bise de la Pontaise, comment ne pas songer, tout de même, à cette opportunité qui s’offrait de battre un adversaire direct et de se donner ainsi un peu d’air au classement? Cette question se posait d’autant plus que Vaduz venait de s’incliner sur le fil au Stade de Suisse… et que ce GC-là paraissait bien faiblard.

«On a eu l’emprise sur le match. On espérait l’emballer et finir en beauté. Cela n’a pas été possible, mais nous sommes tout de même sur la bonne voie», notait ainsi Alexandre Pasche, l’un des Lausannois les plus actifs, au terme de la rencontre. Les chiffres sont d’ailleurs là pour confirmer son impression. Au cours de leurs trois dernières sorties – YB, à Vaduz, GC, pour un total de cinq points –, les Vaudois n’ont pas encaissé le moindre but, ce qui représente bien sûr une base intéressante pour l’opération sauvetage qui est en cours. En même temps, il faut aussi constater qu’ils n’en ont inscrit qu’un seul. Conclusion: l’équilibre, dans l’attitude générale, dans les forces qu’on met pour défendre ou pour attaquer, reste difficile à trouver.

Pourtant, le LS est entré dans cette partie avec une belle résolution et quelques idées intéressantes, notamment traduites par le remuant Lotomba côté droit. Et si le gardien Mall n’avait pas réussi une superbe parade sur un bon coup de tête de Ben Khalifa (9e minute), les choses auraient peut-être été plus simples pour l’équipe vaudoise. Mais après une prometteuse première demi-heure, l’hôte a paru se laisser entraîner dans le manque d’ambition d’un visiteur – l’absence de Dabbur n’explique pas tout – particulièrement inopérant.

Après la pause, les débats se sont même franchement équilibrés, dans la timidité des intentions et la médiocrité de leur réalisation. Ainsi, hormis sur un bon tir de Maccoppi (63e), Mall n’a plus été franchement inquiété. A cet égard, on peut regretter que Fabio Celestini n’ait pas tenté plus vite de modifier son dispositif, de donner davantage de souffle et donc d’envergure offensive à son équipe. L’introduction de Torres a paru bien tardive; et Mendez aurait pu amener cet art du déséquilibre si précieux face à une défense ni très sûre ni particulièrement rapide.

Le LS a donc eu du mal à mettre du rythme. Pire, il est resté jusqu’à la toute fin sous la menace des Zurichois, comme l’indique cette possibilité pour Brahimi sur un centre tendu de Sigurjónsson durant le temps additionnel. On peut ainsi estimer que ce partage des points ne lèse personne. Et que ces deux équipes n’en ont pas terminé avec les soucis.

Peu de créativité

«On n’a pas eu la dernière passe, le dernier geste qui nous aurait permis de tuer ce match, reconnaissait le défenseur Jérémy Manière. Il nous a manqué un peu de créativité dans les trente derniers mètres, c’est dommage.» La créativité, c’est bien ce qu’il y a de plus difficile à trouver lorsque la confiance n’est pas franchement au rendez-vous. Ou lorsque les esprits se laissent subitement rattraper par la peur de mal faire. Trop seul en pointe, Pak s’est épuisé à la tâche. Le positionnement de Ben Khalifa (couloir de gauche, en l’absence de Kololli blessé) l’a laissé très loin du but. Et l’ensemble a souffert du tout petit rendement de Campo en soutien.

Bref, les petits manques s’ajoutant les uns aux autres, Lausanne n’est pas parvenu à faire une différence qui aurait pu se traduire au tableau d’affichage. Y parviendra-t-il samedi, sur le synthétique de Thoune, où il n’est jamais facile de s’imposer?

----------

LS - Grasshopper 0-0

La Pontaise. 4332 spectateurs.

Arbitre: M. San.

Lausanne: Castella; Diniz, Manière, Monteiro, Taiwo; Lotomba, Campo (77e Torres), Maccoppi (67e Custodio), Pasche, Ben Khalifa; Pak (82e Margairaz).

Grasshopper: Mal; Lavanchy, Vilotic, Bergström, Antonov; Sigurjonsson, Pickel (86e Pnishi); Munsy, Andersen (91e Brahimi), Caio; Hunziker (64e Bajrami).

Avertissements: 38e Brahimi (sur le banc), 42e Ben Khalifa, 64e Manière, 67e Andersen, 86e Munsy, 93e Diniz.

Notes: Lausanne sans Kololli, Araz, Gétaz, Margiotta, Frascatore, Esnaider (blessés), Dominguez (malade); Ming avec le Team Vaud M21. GC sans Dabbur, Olsen (suspendus), Basic, Zesiger, Gubari (blessés).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.