Le LS profite d’une éclaircie pour s’imposer

FootballDans des conditions de jeu rendues difficiles par le brouillard, les Vaudois ont logiquement pris le meilleur sur Kriens.

Sur un corner tiré par Christian Schneuwly, Noah Loosli (à g.) surgit pour ouvrir le score de la tête.

Sur un corner tiré par Christian Schneuwly, Noah Loosli (à g.) surgit pour ouvrir le score de la tête. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On savait déjà que ce Lausanne-Sport version Giorgio Contini n’était guère à son aise sur les pelouses enneigées ou gorgées d’eau. La saison dernière, dans des conditions de jeu à la limite du tolérable, les Vaudois avaient en effet laissé filer de nombreux et précieux points contre Kriens, Servette et Aarau. Plus récemment, ils avaient de nouveau sombré sous le déluge à Chiasso. Pour le coup, le brouillard qui inondait la Pontaise dimanche après-midi insinuait presque logiquement quelques petits doutes dans les esprits. Et dans ceux des arbitres aussi, puisque M.Gianforte n’a finalement donné le coup d’envoi de la rencontre que très exactement vingt-huit minutes après l’horaire prévu.

Toutes ces incertitudes expliquent en partie le début de match raté des Lausannois, selon Noah Loosli. «Nous avons d’abord eu un peu de peine à bien gérer l’attente, dit le défenseur central. Puis des conditions difficiles pour une équipe qui, comme la nôtre, cherche à faire le jeu et à bien construire ses actions. Sur un terrain aussi lourd et inégal, tout devient tout de suite plus compliqué. C’est d’ailleurs à cause de cela que Kriens a pu ménager sa seule véritable occasion de but de la partie.»

Le défenseur zurichois fait allusion à cette glissade de Nikola Boranijasevic, après septante secondes de jeu seulement, qui offrait à Follonier une gigantesque possibilité d’insinuer un vrai doute dans les têtes vaudoises. Mais, heureusement pour le LS, le Valaisan, pourtant seul à 6mètres de Thomas Castella, ratait le cadre. Cette frayeur a au moins eu le don de remettre très vite un peu d’ordre dans les esprits du leader. Alors que le brouillard leur laissait un répit momentané, les Lausannois avaient la bonne idée d’appuyer sur l’accélérateur. Un effort qui trouvait une juste récompense peu après. Grâce au premier but de la saison de Noah Loosli. «Marquer n’est pas une chose habituelle pour moi, sourit le défenseur, et ça me fait donc doublement plaisir. D’autant plus quand le but est aussi important que celui-ci. Mais une partie du mérite revient à Christian Schneuwly. Son corner était si bien tiré que je n’ai eu qu’à mettre ma tête pour marquer. Une fois par semaine, l’accent est mis sur les coups de pied arrêtés, à l’entraînement. Un travail qui paie.»

Manque de réalisme

Un début de match encourageant qu’un LS bien supérieur à son adversaire ne parvenait toutefois pas à faire fructifier davantage. Malgré plusieurs grosses occasions. «Comme à Schaffhouse, explique Noah Loosli, nous n’avons pas su faire preuve de réalisme face au but adverse. Mais je suis convaincu que ce manque d’efficacité n’est que passager. Il faut juste un peu de temps à nos attaquants pour retrouver leurs bonnes habitudes de la première partie de championnat.»

De petits réglages qui semblent déjà effectués en défense. Malgré une légère incertitude liée à l’étroitesse du score, Castella a en effet passé une fin d’après-midi des plus tranquilles après cette frayeur initiale. Une tâche il est vrai un peu facilitée aussi par l’expulsion du Lucernois Mijatovic peu avant la mi-temps. «Le mérite en revient surtout au gros travail que font les milieux et les attaquants», souligne Loosli. Et à la pauvreté offensive d’un adversaire que l’on avait vu, malgré deux revers, plus audacieux et inspiré lors des deux premières confrontations. Heureusement car, pour son premier match officiel de l’année, Elton Monteiro a semblé plus fébrile et emprunté qu’en automne. Une simple question de remise en jambes, probablement. Comme pour Andi Zeqiri d’ailleurs, moins tranchant que dans ses meilleurs jours.

Même si ce succès n’a été assuré qu’à un quart d’heure du terme seulement grâce à Koura, qui a conclu facilement une belle initiative de Boranijasevic sur le flanc droit, il présente le précieux avantage de creuser un peu plus le trou sur les poursuivants. Avec désormais neuf points d’avance sur Grasshopper, le LS confirme qu’il est bel et bien le seul à pouvoir se compliquer la vie, cette saison.

Créé: 02.02.2020, 20h14

Lausanne - Kriens 2-0 (1-0)

Pontaise, 2206 spectateurs

Arbitre: M. Gianforte.

Buts: 13e Loosli 1-0, 74e Koura 2-0.

LS: Castella; Boranijasevic, Loosli, Monteiro, Flo; Pasche (62e Koura), Kukuruzovic, Schneuwly (85e Lukembila); Oliveira (71e Dominguez), Turkes, Zeqiri (78e Bares).

Kriens: Osigwe; Fäh, Elvedi, Berisha; Costa, Wiget, Kukeli (79e Yesilcahir), Mijatovic; Follonier (59e Ulrich), Dzongalic (64e Texeira); Siegrist (76e Abubakar).

Avertissement: 52e Pasche,

Expulsion: 40e Mijatovic (faute grossière sur Boranijasevic).

Notes: LS sans Geissmann (suspendu), Cabral, Ndoye ni Puertas (blessés). Kriens sans Sadrijaj (suspendu), Bürgisser ni Fanger (blessés).

Un retour réussi pour Alex Pasche, soulagé

Aussi étonnant que cela puisse sembler, Alexandre Pasche a connu dimanche sa première titularisation de la saison. Une très longue attente pour un joueur qui était un authentique titulaire lors du dernier exercice. «Commencer enfin un match est d’abord bon pour mon moral, admet celui qui était encore vice-capitaine il y a moins d’un an. Ces derniers mois n’ont pas été faciles, mais je n’ai jamais cessé de lutter chaque jour à l’entraînement pour montrer au coach que je méritais une nouvelle chance.»

Durant l’heure de jeu que lui a accordée Giorgio Contini, Alex Pasche a incontestablement rempli son contrat. «Je suis globalement satisfait de ma prestation. D’autant plus que je n’avais que très peu joué jusque-là. Pour le coup, je me suis d’abord appliqué à ce que l’équipe ne ressente pas l’absence de Geissmann.» Une première qui risque bien de ne pas avoir une suite immédiate avec le retour de suspension de l’habituel titulaire. «Je le sais mais, de mon côté, je vais continuer à me préparer du mieux possible pour profiter d’une éventuelle nouvelle occasion. Nous avons cet objectif commun qui est la promotion et auquel je cherche à contribuer comme je peux.»

En fin de contrat en juin, Alex Pasche est aujourd’hui loin d’être certain de voir sa collaboration avec le LS prolongée. Mais l’ovation que lui a réservée le public à sa sortie prouve qu’il occupe encore une place à part dans le cœur des supporters lausannois. «La seule chose que je peux dire à ce sujet, c’est que cette marque d’affection m’a vraiment touché.»

A.B.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...