LS et la tranquille balade des footballeurs heureux

FootballVainqueur d’Aarau 1-0, le leader vaudois a encore accentué son avance. La promotion se rapproche à grand pas.

Grâce à une réussite de l’inévitable Loosli (à dr.), le Lausanne-Sport a pu engranger trois nouveaux points et rendre 
hommage à son fidèle public.

Grâce à une réussite de l’inévitable Loosli (à dr.), le Lausanne-Sport a pu engranger trois nouveaux points et rendre hommage à son fidèle public. Image: Valentin Flauraud/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ces dernières années, les spectateurs de la Pontaise, confrontés à des séries de contre-performances répétées, n’avaient pas souvent été gâtés par ce qui leur était proposé. Mais les temps changent et il doit être fort agréable d’être cette saison un supporter du Lausanne-Sport. Comme en témoigne la tranquille balade du leader vaudois de Challenge League, ayant comme unique horizon une autoroute dégagée, sans risque de bouchon, conduisant directement dans l’élite helvétique.

Non contents de maîtriser jusque-là leur sujet avec suffisamment d’aisance pour éviter le coup de la panne prolongée toujours redouté, les footballeurs de Giorgio Contini ont aussi pu bénéficier des (multiples) sorties de route de Grasshopper, leur adversaire supposément le plus dangereux, dont le changement de conducteur – débarqué au lendemain du couac contre SLO, Forte a cédé les clés du camion à Djuricin – n’a nullement empêché un nouveau couac, concédé cette fois à domicile contre Kriens en ouverture de la 22e journée, à la suite d’un autogoal de Cvetkovic (0-1).

Une avance record

Lausanne ne s’est pas fait prier pour en profiter. A la faveur de son court succès contre Aarau combiné au nul de Vaduz accroché sur sa pelouse par Chiasso, le club a accentué encore son avance pour porter celle-ci à désormais 13 points. Une avance record qu’aucun leader ne s’était encore jamais offert depuis la création de la Swiss Football League en 2003. À ce stade de la compétition, le précédent record était l’apanage conjoint du FC Saint-Gall (saison 2011-2012, 52 points) et du… LS (saison 2015-2016, 48 points), comptant chacun à l’époque onze unités d’avance sur leur poursuivant le moins éloigné.

Dimanche, le joyeux public de la Pontaise a donc pu fêter ses héros comme il en a l’habitude, la seule question n’étant plus de savoir si Lausanne inaugurera son stade de la Tuilière en Super League – tant sa promotion paraît dorénavant acquise – mais quand ses joueurs toucheront officiellement au but.

Il serait pourtant faux de croire que l’après-midi du LS a été de toute quiétude. Longtemps, il ne s’est trouvé personne pour sortir de sa douce torpeur un leader apparu ronronnant. La faute aussi à des ailiers ne trouvant pas la solution, faute de parvenir à faire la différence individuellement en cherchant l’exploit personnel à tout prix. Avec davantage de réussite si l’on songe à celle qui a fui ses attaquants, tous demeurés muets, les Vaudois auraient certes pu gagner 4-0 un match au terme duquel – et c’est là tout le paradoxe du rendez-vous – ils auraient tout aussi bien pu abandonner deux points. Les spectateurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et ce n’est pas un hasard s’ils ont désigné Thomas Castella homme du match. Le dernier rempart s’est notamment fait l’auteur d’une parade monstrueuse en détournant en corner, au prix d’un réflexe prodigieux (27e), un ballon de Marco Schneuwly qui filait au fond. Peu après l’heure de jeu, Lausanne fut aussi très heureux de voir Aarau galvauder un contre mené pourtant à trois contre l’unique Castella.

Après avoir frisé pareillement la correctionnelle, l’échappé de la Pontaise allait s’en remettre à une balle arrêtée selon un schéma convenu: corner de Kukuruzovic et tête chercheuse de Loosli. Déjà buteur contre Kriens deux semaines plus tôt, le défenseur a libéré les siens, trouvant cette ouverture qui se refusait à ses attaquants. «Face à un adversaire aussi regroupé, convenait-il, on a éprouvé de la peine à trouver la solution. On a aussi manqué de justesse technique.»

Aucun but encaissé en 2020

Si Lausanne a su l’emporter en imposant aussi sa solidité défensive, ce qui a permis à Castella de préserver son invincibilité (aucun but encaissé en 2020 après 360 minutes), il n’y a pas lieu de fanfaronner non plus, ce à quoi s’interdit du reste le buteur du jour. «On a peut-être 13 points d’avance, mais ce n’est pas le moment de s’exciter ou de s’emballer. Ce que je sais, c’est que l’on possède le caractère pour les conserver.»

Pour Contini, qui devait souligner la maîtrise contenue du leader, pas question de baisser la garde, avec une mobilisation qui ne faiblit pas. «Même si l’on a parfois souffert, observait le coach, on a fait ce qu’il fallait faire.» Ni plus, mais ni moins non plus. Une promotion se gagne aussi sur ce type de rencontres. Aux Plaines-du-Loup, le délicieux compte à rebours est enclenché. Au rythme qui est le sien, et compte tenu de la faiblesse de l’opposition, Lausanne pourrait acter sa promotion bien plus vite qu’il ne l’imaginait au coup d’envoi d’un exercice qui, pour lui, est celui de tous les bonheurs.

Créé: 16.02.2020, 22h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.