Passer au contenu principal

Le LS vit dans la douleur, inquiétante confirmation

A Saint-Gall, les Vaudois ont affiché trop de lacunes pour récolter autre chose que la défaite.

Kololli (aux prises avec Hefti) avait obtenu l’égalisation peu avant l’heure de jeu.
Kololli (aux prises avec Hefti) avait obtenu l’égalisation peu avant l’heure de jeu.
KEYSTONE

L’impression mitigée laissée une semaine plus tôt ne s’est malheureusement pas dissipée. Le LS vit bel et bien dans la douleur en ce début d’année 2017. Friables sur le plan défensif, timorés dans l’entrejeu, les Vaudois ont de surcroît une peine inouïe à amener un tant soit peu de danger devant le gardien adverse. Face à Lucerne (4-4), ils avaient transformé en buts la totalité de leurs possibilités. Dimanche, ils n’ont finalement obtenu que le juste salaire de leur manque d’envergure offensive, l’égalisation, signée Kololli sur coup franc excentré, venant surprendre un Lopar pas vraiment à l’aise avec son premier poteau. «On a souffert, techniquement, physiquement. Saint-Gall a mérité cette victoire.» Au coup de sifflet final, Fabio Celestini avait pris la mesure de la performance lausannoise, bien trop petite pour espérer cette fois-ci éviter la défaite.

«On a souffert, techniquement, physiquement. Saint-Gall a mérité sa victoire»

Et pour ce journaliste alémanique qui lui demandait ce qui séparait le LS si frais du début de saison de cette équipe en perte de vitesse, l’entraîneur avait cette réponse: «Nous sommes revenus à la réalité. Désormais, les adversaires nous connaissent, nous respectent et font un match important contre nous. Il faudrait donc que nous arrivions à élever le niveau de notre jeu. Mais pour ce qui est du pourquoi du comment, je n’ai pas forcément la réponse.» On serait tenté de dire que lorsque les lacunes ont à ce point colonisé une équipe, il devient compliqué de mettre en avant un manque plus qu’un autre afin d’expliquer le manque de résultats. «On aborde les matches moins sereinement», osait Thomas Castella en guise de début d’explication.

L’apport de Barnetta

L’aspect psychologique joue sans doute un rôle important dans ce qui arrive au Lausanne-Sport. Si la volonté de jouer de même que le schéma restent perceptibles, identifiables, tout ce qui permettrait de donner la fluidité nécessaire fait désormais défaut. Trop de duels perdus, trop de pertes de balle trop faciles, trop de courses qui ne viennent pas, la machine est grippée.

Dimanche après-midi, devant un nombreux public venu fêter le retour de Barnetta sur sol suisse, les Brodeurs ont ouvert le score sur balle arrêtée, Haggui venant de loin pour placer sa tête dans une défense trop lâche. Et après l’égalisation du visiteur, ils ont repris l’avantage suite à… un coup franc offensif du LS. Tafer a alors pu lancer Ajeti dans le dos d’une défense en déficit d’attention. Une poignée de secondes plus tard, le trio arbitral a superbement ignoré un penalty (grossière faute de main du Saint-Gallois Wittwer) en faveur du LS et, dans le prolongement, Monteiro a commis une faute synonyme de second carton jaune, et donc d’expulsion. Dans le même ordre d’idées, on signalera encore que M. Pache et ses deux acolytes avaient invalidé une volée victorieuse de Barnetta (24e minute) pour une position de hors-jeu qui n’en était pas une. Certes, ils ne sont pas directement responsables de la piètre prestation et de la défaite du LS, mais eux non plus n’étaient pas en grande forme.

Quant à Saint-Gall, il a fait preuve de générosité, a poussé constamment vers l’avant, a mis de l’envie et pas mal de vie sur les côtés. Dans ce contexte, Barnetta a confirmé que son expérience et sa qualité apporteraient beaucoup à son club ce printemps.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.