Passer au contenu principal

Mesbah: «Je viens au LS pour montrer que je suis encore bien là»

Encore juste physiquement, Djamel Mesbah espère très vite apporter son expérience et sa rage de vaincre.

L’Algérien a disputé neuf saisons en Italie (112 matches en Serie A) et deux Coupes du monde.
L’Algérien a disputé neuf saisons en Italie (112 matches en Serie A) et deux Coupes du monde.
FLORIAN CELLA

Djamel Mesbah (32 ans aujourd’hui) quittait la Suisse par la petite porte il y a presque neuf ans. Prêté par Lucerne à Avellino, alors en Serie B, l’Algérien a depuis connu huit clubs en Italie, dont l’AC Milan. Il débarque à la Pontaise avec une centaine de matches dans l’élite et deux Coupes du monde à son actif.

Jeudi, la cinquième recrue lausannoise de l’été a vécu son premier entraînement. Une séance destinée aux tests physiques d’usage. Djamel Mesbah, encore à court de forme et de compétition, se donne une vingtaine de jours pour être au niveau. «J’ai hâte de commencer», confie-t-il.

– A dix jours de la reprise, comment jaugez-vous votre état de forme?

– Je dois travailler pour retrouver une condition acceptable. On le savait. J’en avais parlé avec Celestini avant la signature. Je suis quelqu’un qui aime bien les défis et qui bosse dur. Je veux arriver au niveau le plus rapidement possible.

– Votre dernière titularisation remonte au 19 mars dernier.

– En effet. Cela ne me fait pas peur. Ça m’est déjà arrivé par le passé, soit à cause de blessures, soit à cause du choix de l’entraîneur. Je suis un joueur, ou même un homme qui se bat. J’ai envie de bouffer du terrain.

– Quel regard portez-vous sur votre parcours en Italie?

– J’y ai appris énormément. Je suis devenu un joueur bien plus complet. Il y a eu des hauts et des bas. C’est dans les moments difficiles qu’on apprend. Ça fait partie d’une carrière. J’ai aussi vécu des choses extraordinaires.

– Vous sortez d’un exercice mitigé avec Crotone, néo-promu en Serie A.

– C’est vrai que huit titularisations, ce n’est pas le top. Humainement, c’était une super-aventure avec ce sauvetage incroyable. Sur le plan personnel, c’était plus compliqué. J’ai connu quelques petites blessures. Après mon départ à la CAN, je n’ai plus retrouvé ma place. Malgré tout, je suis toujours resté positif, au service du groupe.

– Que pourrez-vous apporter au vestiaire lausannois?

– Je veux aider les jeunes. J’ai envie d’apporter mon envie de gagner et de progresser. Je suis un homme de vestiaire, que ce soit en équipe nationale ou en club. Mes coéquipiers peuvent compter sur moi.

– Le système tactique (3-5-2) défendu par Celestini laisse beaucoup de responsabilité aux joueurs latéraux. Ce dispositif vous convient-il?

– C’est un système qui est très utilisé en Italie où les latéraux sont portés vers l’offensive. Pour moi, c’est juste parfait. J’ai commencé ma carrière comme ailier, avant d’alterner entre le milieu et la défense. Toujours à gauche.

– Le côté gauche a justement été occupé par Nicolas Gétaz la saison dernière au LS. Comment appréhendez-vous cette concurrence?

– Nous sommes deux pour un poste. J’ai toujours eu la volonté d’entretenir une concurrence saine avec mes coéquipiers. Il faut qu’on puisse s’entraider. Après, c’est clair. C’est le meilleur qui jouera.

– En tant qu’ancien Servettien, qu’est cela vous a fait de signer au LS?

– Je suis parti de Servette en 2004. Il s’est passé pas mal de choses depuis. C’est clair que si j’avais quitté Genève pour venir directement à Lausanne, cela aurait fait bizarre. Je suis très fier de pouvoir porter les couleurs du LS. Je viens ici pour montrer que Mesbah est encore bien là.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.