Un papillon rarissime oblige le LS à modifier ses plans

FootballLe nouveau centre d’entraînement du club ne se fera pas à Boussens. En raison, entre autres, de la présence d’un lépidoptère protégé.

Futur centre
d’entraînement

Voulu par Ineos, le centre d’entraînement réservé à la 1re équipe du LS ainsi qu’aux joueurs du Team Vaud M21 et M18 ne pourra pas être réalisé sur la commune de Boussens. A cause de la présence sur le site choisi de l’Azuré de la Sanguisorbe, un papillon protégé.

Futur centre d’entraînement Voulu par Ineos, le centre d’entraînement réservé à la 1re équipe du LS ainsi qu’aux joueurs du Team Vaud M21 et M18 ne pourra pas être réalisé sur la commune de Boussens. A cause de la présence sur le site choisi de l’Azuré de la Sanguisorbe, un papillon protégé. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Entre le bilan sportif catastrophique du Lausanne-Sport en 2018 et la récente confirmation qu’il faudra patienter une année de plus pour inaugurer le nouveau stade de la Tuilière, Ineos espérait bien en avoir fini avec les soucis et les contretemps. À entendre David Thompson, il n’en est pourtant rien. La semaine passée, à l’occasion d’une interview accordée à «24 heures», le président du LS confirmait ainsi une rumeur qui se faisait de plus en plus insistante ces dernières semaines: le grand projet de centre d’entraînement voulu par le propriétaire du LS connaît lui aussi un coup d’arrêt. «On pensait avoir trouvé l’endroit idéal pour notre centre d’entraînement, expliquait David Thompson, mais cela n’a malheureusement pas pu se faire.»

L’azuré de la sanguisorbe

Une information que Stefan Nellen confirme et détaille un peu plus. «C’est juste, soupire le vice-président lausannois. Alors que nous avions un préavis favorable de la Municipalité de Boussens et que les premiers plans avaient été dessinés, nous avons récemment dû renoncer à y construire notre centre d’entraînement. Même s’il restait quelques étapes à franchir, nous nous imaginions déjà très bien sur un site très tranquille, idéal même, car entouré aux deux tiers par la forêt.»

Quant à la raison pour laquelle ce projet a dû être abandonné, elle n’est pas ordinaire du tout. «D’après ce que je sais, continue Stefan Nellen, le site choisi a des qualités environnementales très particulières. Il recèle un grand nombre de richesses végétales et animales. On y a même, paraît-il, découvert un papillon très rare qu’il aurait été impossible de transporter ailleurs.»

Ce papillon est un azuré de la sanguisorbe

Cheffe de la division Biodiversité et paysage du canton de Vaud, Catherine Strehler Perrin apporte quelques précisions supplémentaires: «Dès que la Direction générale de l’environnement a eu connaissance de ce projet, elle a tout de suite prévenu le Lausanne-Sport que ce terrain est attenant à un marais d’importance nationale comprenant plusieurs espèces protégées, dont un papillon rarissime, l’azuré de la sanguisorbe. Mais, sourit Catherine Strehler Perrin, il serait aussi un peu injuste de prétendre qu’il est le seul responsable dans cette histoire.»

La surprise de la syndique

L’ancienne conservatrice de la nature du canton de Vaud ne nie toutefois pas que la présence de l’azuré de la sanguisorbe – ou Maculinea teleius pour les initiés – a joué un rôle clé. «Ce papillon, dont la présence sur ce site a été signalée pour la première fois en 2009 avant d’être confirmée en 2017, est protégé en Suisse, avec un statut d’espèce en danger, donc à préserver prioritairement. La modification, voire localement la disparition de son habitat, aurait entraîné aussi la perte de l’espèce. Or nous avons une responsabilité de conservation pour sa survie en Suisse. Quant aux travaux nécessaires aux terrains d’entraînement dans cette zone inondable, ils auraient amené à détruire tout ou partie de la végétation spécifique dont dépend l’espèce. Avec les conséquences que l’on peut imaginer. Je tiens aussi à préciser que les zones humides se font de plus en plus rares sur le Plateau. D’où l’importance de les préserver. Ce que les dirigeants du Lausanne-Sport ont bien compris en renonçant tout de suite à ce site de Boussens.»

Une sage décision qui soulage aussi un peu Stéphanie Borgeaud, la syndique de Boussens. «Il est clair que d’un côté je regrette que ce centre d’entraînement ne puisse pas se faire à Boussens, dit-elle. Même si plusieurs étapes devaient encore être franchies, nous avions donné un premier accord pour procéder à des études de faisabilité plus poussées. Elles ont eu l’énorme avantage de nous permettre de découvrir une richesse végétale et animale que peu de gens imaginaient. Nous avons de véritables trésors sous nos yeux.»

Une surprise que Catherine Strehler Perrin ne partage naturellement pas. «C’est une zone dont la valeur était connue et qui fait l’objet de mesures et projets de gestion, conclut la responsable de la division Biodiversité et paysage du canton. Nous n’y sommes donc pas allés par hasard.»

Créé: 06.02.2019, 06h53

Deux alternatives à Boussens ont déjà été trouvées

La déception de devoir renoncer au site de Boussens a vite été digérée du côté de la Pontaise. «Avec l’aide de Philippe Leuba et de Jacqueline de Quattro, nous nous sommes tout de suite remis à la tâche», raconte Stefan Nellen. Des recherches qui ont débouché sur une nouvelle possibilité intéressante, selon le dirigeant lausannois. «Pour l’instant, je ne peux pas trop m’avancer car les premiers contacts avec la commune remontent à quelques jours. Mais j’ai l’impression que ce nouveau site présente tous les avantages.»

«Sans oublier, continue Stefan Nellen que, pour nous, l’option Romanel reste toujours valable. En plus de se situer très près de la Tuilière, ce site, que nous avions pris en considération en tout premier, réunit lui aussi toutes les qualités requises. C’est-à-dire de se situer au maximum à une vingtaine de kilomètres de Lausanne et être bien desservi par les transports publics. Il faut également que la Commune et sa population soutiennent notre projet.»

Pour en savoir plus sur le choix définitif, il faudra donc probablement attendre encore quelques mois. Du coup, l’inauguration de ce centre d’entraînement destiné à la première équipe du LS ainsi qu’aux joueurs du Team Vaud M21 et M18 ne pourra plus être organisée, comme espéré, en même temps que le stade de la Tuilière, en été 2020.

Pour entrer un peu plus dans les détails, et si l’on se base sur le projet de Boussens, ce futur centre comprendra quatre terrains – deux en herbe et deux en gazon synthétique – et un grand bâtiment d’une surface au sol de quelque 1500 m2. «Il devra, entre autres, abriter plusieurs vestiaires, un fitness, différents locaux techniques, une salle de conférences, une cafétéria et un réfectoire», précise Stefan Nellen.

Quant au budget, il est très difficile à estimer car il dépendra en partie du prix du terrain sur lequel il sera construit. Mais évoquer un montant d’une dizaine de millions pourrait être assez proche de la réalité.

Articles en relation

LS ou Servette? Les «anciens» se mouillent

Football À l’heure de la reprise en Challenge League, l’opposition entre les deux candidats à la promotion directe est exacerbée. Les pronostics de cinq joueurs historiques. Plus...

Lausanne doit se jouer des petits avant de croquer les gros

Football Le LS a laissé filer des points évitables en 2018 et veut corriger cela. Plus...

David Thompson: «Se contenter des barrages est beaucoup trop dangereux»

Football Le président du LS a peu apprécié le parcours de l’équipe jusqu’à présent. Pour la reprise, le patron hausse le ton. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...