Passer au contenu principal

Privé de tout, et d’abord de lui-même, le LS a sombré

Défaite vaudoise inattendue et bien sûr inquiétante, qui offre à Vaduz le droit d’espérer.

Les joueurs du Lausanne-Sport abattus. (29 avril 2017)
Les joueurs du Lausanne-Sport abattus. (29 avril 2017)
Keystone

«Lausanne n’a pas joué. Il n’y avait qu’une équipe sur le terrain. Et je ne m’attendais pas à ça.» Abasourdi, Fabio Celestini n’avait pas d’explication rationnelle pour apprécier ce qu’il venait de voir. Ou plutôt de ne pas voir. Des questions, oui, peut-être quelques suppositions, mais bien peu de réponses en vérité. «A Sion, j’avais vu un LS courageux, combatif, vaillant. Comment est-il possible de montrer ça, alors qu’on vit la même semaine et qu’on a fait le même travail les jours précédents? Gagner ou perdre, cela peut arriver. Mais le minimum, c’est d’aller sur le terrain et de se battre. Aujourd’hui, on a vu une équipe qui n’a rien fait. Elle a frôlé la faute professionnelle.»

Le plus souvent, au cours de cette saison yo-yo, l’entraîneur du LS a pris la parole dans l’intérêt de ses joueurs. Avec lucidité et honnêteté. Pour relever leurs mérites même lorsque la victoire n’était pas au rendez-vous. Ou alors freiner l’euphorie naissante lors de prestations moins convaincantes mais tout de même couronnées de succès. Mais le non-match livré samedi n’incitait guère à la nuance. En effet, la faillite fut totale. Elle est arrivée d’autant plus brutalement que rien ne l’annonçait. Franchement, avec sept points d’avance sur l’adversaire du jour, une confiance en partie retrouvée ces dernières semaines, de bonnes conditions de jeu et un match à domicile, les circonstances semblaient plutôt favorables. Mais rien ne s’est déroulé comme espéré.

Et le public a très vite senti que cette partie-là serait avare en émotions, sinon négative. «Il nous a sifflés après cinq minutes seulement. Cela m’a énervé, avouait Celestini. Mais, en même temps, les gens ne sont pas dupes… On a vécu l’enfer et le paradis cette saison. J’avais l’impression que les joueurs avaient compris. On a le droit de tout faire, et même de perdre 7-2 (ndlr: allusion à la défaite face à YB, le 20 août 2016 au Stade de Suisse), mais il faut mouiller le maillot. Et, là, on doit tous se sentir trahis.» Des paroles fortes à l’endroit de joueurs méconnaissables. Timorés, sans idées ni venin, ils ont semblé perdus, en quête constante de ce qui pouvait faire leur force, cette envie permanente d’aller vers l’avant, en un mot de jouer. Privé de tout, et d’abord de lui-même, le LS a sombré face à un Vaduz qui a su profiter de l’aubaine.

D’abord un état d’esprit

Lausanne s’est imposé trois fois en 2017. Toujours à l’extérieur (Vaduz, Thoune et Sion). Comment interpréter ce constat, sinon par une impuissance crasse à prendre véritablement le jeu à son compte. Et le problème serait-il alors plutôt technique ou mental? Et pourquoi le trio médian axial (Campo, Tejeda et Kololli), recomposé en raison des absences, a-t-il éprouvé autant de peine à donner vie aux actions lausannoises? Contre Vaduz, Lausanne a perdu chacune des deux mi-temps. Autrement dit, il n’a pas été meilleur à un moment plutôt qu’à un autre. Il est resté en permanence à un degré d’expression proche de zéro. «S’agit-il d’un problème d’humilité ou alors d’inconscience, s’interrogeait encore le coach lausannois. Jouer au football, c’est d’abord un état d’esprit. Il faut préparer ses matches en professionnels, car personne ne va rien nous donner dans ce championnat.» Une dernière phrase en forme d’avertissement, alors que 18 points restent à prendre. C’est suffisant pour s’inventer encore bien des frayeurs. A moins de réagir très vite! Le LS en a les moyens. Mais les joueurs en sont-ils persuadés?

----------

Lausanne - Vaduz 1-3 (1-2)

La Pontaise. 3860 spectateurs.

Arbitre: M. Hänny.

Buts: 10e Kukuruzovic 0-1, 16e Castella contre son camp 0-2, 39e Torres 1-2, 89e Mendez contre son camp 1-3.

Avertissements: 54e Tejeda, 55e Brunner, 91e Muntwiler.

Lausanne; Castella; Diniz, Manière (70e Pak), Monteiro, Taiwo (60e Mendez); Lotomba, Campo, Tejeda (76e Margairaz), Kololli, Ben Khalifa; Torres.

Vaduz: Siegrist; Borgman, Konrad, Grippo (46e Bühler), Goeppel; Muntwiler; Brunner (76e Zarate), Stanko, Hasler, Kukuruzovic (92e Turkes); Advikai.

Notes: Lausanne sans Pasche, Maccoppi (suspendus), Araz, Gétaz, Margiotta, Custodio, Blanco, Frascatore (blessés). Vaduz sans Costanzo, Strohmeier, Janjatovic, Pfründer (blessés).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.