De Pyongyang au Lausanne-Sport, l’histoire de Pak, un buteur en liberté

FootballL’attaquant coréen se plaît à Lausanne. Récit d’une aventure pas ordinaire avant le match de lundi, à Winterthour.

International nord-coréen, Pak Kwang-ryong rêve d’évoluer un jour en Bundesliga?

International nord-coréen, Pak Kwang-ryong rêve d’évoluer un jour en Bundesliga? Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il s’agit sans doute de la meilleure transaction effectuée cette saison en Challenge League. On en avait le pressentiment, il vient d’en apporter la confirmation en inscrivant un but pour chacune des quatre premières rencontres de championnat disputées sous le maillot du Lausanne-Sport. A cette allure-là, Pak Kwang-ryong proposera une statistique hors norme au soir du 27 mai, date de l’ultime journée. On lui soumet cette hypothèse. Il sourit tranquillement. «Je fais mon maximum, mais je ne peux bien sûr pas garantir que je marquerai à chaque match. De toute façon, le plus important n’est pas là. Ce qui me plaît, surtout, c’est qu’on pratique un bon football et qu’on prend du plaisir avec désormais un objectif très clair, la promotion en Super League.»

Pak (23 ans) a bien sûr de belles qualités de footballeur, mais il possède aussi une motivation intrinsèque très au-dessus de la moyenne. Quitter la Corée du Nord pour tenter sa chance en Europe ne saurait être banal. Arrivé en Suisse à 18 ans, il a dû faire front sur plusieurs plans, aussi bien sportif que culturel. Il paraît aujourd’hui tout à fait armé pour laisser libre cours à son talent, dans une équipe qui semble lui convenir à merveille. L’homme a fait du chemin, le joueur aussi. Et tout le monde devrait être gagnant dans cette histoire qui, malgré les apparences, n’a rien d’ordinaire.

Du Wolmido Sports Team (à Pyongyang) au FC Bâle, il y a évidemment beaucoup plus que les 9000 kilomètres recensés par les atlas de géographie. Un choc de cultures que Pak ne souhaite d’ailleurs pas évoquer. Sinon pour rappeler les difficultés des premiers mois passés sur sol helvétique, loin de la famille et des amis restés en Corée. «Au début, je ne parlais pas du tout l’anglais. C’était compliqué. Mais j’ai appris et, petit à petit, j’ai pu communiquer avec les gens. Aujourd’hui ce n’est plus un problème.»

Un aveu qui ne surprend guère Karl Messerli. «Pak est un garçon très intelligent. S’il n’avait pas choisi le foot, je crois qu’il aurait très bien pu devenir écrivain», note ce Bâlois qui est à l’origine de la venue de Pak en Suisse. Ancien joueur de LNA (Saint-Gall, Grasshopper), Messerli s’est ensuite tourné vers le commerce, notamment celui des animaux en peluche. Cette activité l’a conduit en Corée, où il s’est aussi intéressé au football. En juin 2011, Pak a donc pu rejoindre Bâle pour deux semaines de test. En match amical, face à une sélection de Mayence, l’attaquant a mis moins de vingt minutes pour convaincre la commission technique. Grand (188 cm pour 85 kg), fort dans le jeu aérien, mais aussi rapide, mobile, plutôt adroit avec les pieds malgré l’impression de raideur qu’il peut donner au premier regard, généreux dans l’effort, ce joueur-là ressemblait à une aubaine. Encore fallait-il lui offrir suffisamment de place pour valider tout cela en compétition.

«La meilleure solution»

«A Bâle, j’étais jeune. Je le suis encore… (Il sourit.) J’avais besoin de jouer. Mais devant moi il y avait Frei et Streller», rappelle-t-il. Et le départ de l’entraîneur Thorsten Fink ne l’a pas aidé. Pak a ainsi disputé une quinzaine de matches (1 but) avec les Rhénans, dev enant au passage le premier Nord-Coréen à être aligné en Ligue des champions, lors du fameux 3-3 du FCB sur la pelouse d’Old Trafford, en septembre 2011. «Dans une carrière, il faut aussi un peu de chance, note Karl Messerli. Pak a ensuite été prêté à Bellinzone, mais le club a fait faillite.

A Vaduz, il a fait une très bonne saison en Challenge League (ndlr: avec une promotion en 2014), mais la suite a été plus compliquée. L’équipe du Liechtenstein jouait à neuf en défense et procédait par de longs ballons vers Pak. Comment pouvait-il s’en sortir?» Après six mois à Bienne, la vie du club seelandais s’est dégradée. Il fallait donc trouver une nouvelle solution. Parmi plusieurs propositions, Pak a choisi celle de Lausanne. «J’ai souvent parlé avec le président du LS, indique Messerli. Et je connaissais l’envie de l’entraîneur d’avoir cet attaquant dans son groupe. Je suis convaincu que nous avons trouvé la meilleure solution pour tout le monde.»

«J’ai connu plusieurs villes et différents feelings, explique le joueur. Mais j’aime vraiment cette région et j’apprécie ce club qui possède une longue et belle histoire dans le football suisse.» Pak a signé au LS un contrat de 18 mois, avec option pour une saison supplémentaire. «Mon rêve, c’est la Bundesliga», concède-t-il. Une autre envie se cristallise autour de l’équipe nationale, avec laquelle il est engagé dans les qualifications (zone Asie) pour la Coupe du monde 2018. Actuellement leader du groupe H, talonnée par l’Ouzbékistan, la Corée du Nord jouera le 29 mars aux Philippines, avec l’espoir de se qualifier pour le tour suivant. «Ce sera difficile. Mais il ne s’agit pas d’un objectif irréaliste», indique le joueur. L’abnégation est chez lui une seconde nature. Il s’efforcera encore de le démontrer, dès lundi soir à la Schützenwiese. Winterthour est prévenu.

Créé: 14.03.2016, 09h34

Articles en relation

LS: Pak versus Roux, le jeu des cinq différences

Football Buteur contre Le Mont, le Nord-Coréen a réussi ses débuts avec le Lausanne-Sport. Et s’il était plus utile que son prédécesseur? Plus...

Enthousiaste, fringant, offensif: le LS que le coach souhaite voir

Football Wil est en visite à la Pontaise, cet après-midi (17h45). L’explication permettra de mieux cerner le potentiel de ces cadors de Challenge League Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.