Passer au contenu principal

Sans repères ni enthousiasme, Lausanne est désormais tout nu

Trop fragile à tous les niveaux, l’équipe vaudoise a sombré en seconde période. L’inquiétude est vive.

Le Lausanne-Sport se cherche encore. La remarque pourrait tout à fait s’appliquer au début de saison ordinaire d’une équipe dont l’effectif a subi pas mal de changements. Mais le problème, en l’occurrence, c’est qu’au contraire le flou augmente au fil des semaines. Qu’il s’agisse de l’organisation collective, de l’implication individuelle ou encore des trop nombreuses faiblesses constatées dans tous les secteurs de jeu, tout converge vers une situation de crise que la correction reçue à Thoune n’a fait qu’amplifier. «On a vu une grande différence entre une formation qui venait de battre YB et une autre qui se retrouve en plein doute», notait Fabio Celestini. Dans l’Oberland bernois, l’entraîneur vaudois parlait encore d’un «édifice fragile», allusion sans doute au regain de vie constaté juste avant la mi-temps, lorsque le score est passé de 2-0 à 2-2 en une poignée de secondes, et à l’écroulement qui a suivi.

Je n’ai pas d’idée précise. Mais il faut changer quelque chose, mettre de la couleur dans le travail au quotidien.

L’ennui, avec ce genre de performances, c’est que tous les repères que vous pensiez avoir semblent prendre la fuite. Vous vous retrouvez donc tout nu, à vous demander quoi faire et surtout comment faire ces prochaines semaines, celle qui vient en particulier avec, samedi, la venue de Grasshopper à la Pontaise. «Je n’ai pas d’idée précise, notait à ce sujet Alain Joseph dans les couloirs de la Stockhorn Arena. Mais il faut changer quelque chose, mettre de la couleur dans le travail au quotidien. Nous sommes tous responsables de ce qui arrive. Il faut donc de vraies remises en question. Et j’espère qu’on y arrivera ensemble.» Pour mieux quantifier le désarroi de l’équipe, le président insistait sur un chiffre: 70% de duels perdus durant les 30 minutes initiales (2-0 pour Thoune). Dans ces conditions, il apparaît vain, en effet, de s’appesantir sur le système – Lausanne avait laissé son 3-5-2 pour se présenter en 4-3-3 – pour cerner un mal qui est probablement d’un autre ordre.

Lors des quatre premières journées, le LS avait souvent mêlé le bon et le moins convaincant, dans des proportions qu’il espérait faire progressivement tourner en sa faveur. Mais samedi, les quelques mouvements intéressants se sont concentrés juste avant la pause, avec une très belle action qui a permis à Geissmann de tester les réflexes du gardien Ruberto (41e), à Rochat de marquer de la tête sur coup de coin (41e encore), puis à Margiotta de faire preuve d’un brin de malice pour le 2-2 (43e).

Thoune s’est régalé

Mais au lieu de rebondir sur ces deux buts, un peu miraculeux vu les circonstances, les Lausannois ont sombré. Plus incisifs, plus directs, plus adroits et plus enthousiastes, les Thounois se sont régalés, à l’image des deux extérieurs, Spielmann et Tosetti, tournant en bourrique deux latéraux (Marin et surtout Mesbah) d’une insigne faiblesse. A mi-terrain, au cœur du jeu, Maccoppi a littéralement fait faillite, alors que Campo était méconnaissable et Zarate transparent. Difficile donc de tenir le choc, sur le plan physique d’abord, et bien sûr de donner le moindre liant au jeu que l’équipe espérait produire.

Il ne s’agit donc pas là d’une défaite comme une autre, concédée sur la base de quelques faits de jeu qui n’auraient pas été favorables. Au lieu de se rassurer, le LS a renforcé certaines interrogations, qui concernent par exemple la valeur des transferts effectués cet été – la rengaine est malheureusement toujours la même – ou encore la capacité de Celestini, après un printemps 2017 déjà compliqué, de sortir le groupe de ce qui ressemble aujourd’hui à une impasse. «Il faudra être créatif dans la façon de travailler, estimait encore Alain Joseph. Il y a un super défi pour toute cette semaine.» L’inquiétude est à la mesure des espoirs présidentiels.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.