Pour s’envoler vers la Super League, Contini a un gros chantier à finir

FootballRassuré par les garanties que lui offre sa défense, le coach lausannois se doit maintenant de faire progresser son secteur offensif.

Simone Rapp, Joël Geissmann et Per-Egil Flo peuvent avoir le sourire, même si tout n’est pas encore parfait. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après trois rondes de championnat, le Lausanne-Sport n’est pas encore parvenu à terminer un seul match sans avoir concédé de but. Dans le même temps, le leader de Challenge League a déjà réussi à trouver à huit reprises le chemin des filets adverses. Un total qui fait du LS l’équipe la plus efficace de la catégorie.

Ces chiffres sont toutefois un peu trompeurs. Car même si Dany Da Silva (contre Kriens) et Thomas Castella (face à Vaduz et Chiasso) n’ont pas encore pu fêter le moindre blanchissage, la tenue de la défense lausannoise est plus qu’encourageante. Durant les 270 minutes déjà livrées, les occasions accordées aux attaquants adverses ont en effet été rares. De plus, deux des trois buts encaissés l’ont été sur penalty. Quant au troisième, contre Chiasso, il a été concédé en toute fin d’une partie, alors que le LS menait 5-0.

«Difficile à mettre en place»

Le premier petit bilan intermédiaire du secteur offensif n’est pas aussi positif. Longtemps, tant contre Kriens qu’à Vaduz, les Lausannois ont éprouvé beaucoup de difficultés pour mettre hors de position la défense adverse. Ils ont aussi eu un peu de réussite en concrétisant à chaque fois leur toute première occasion.

Un petit souci dont Pablo Iglesias et Giorgio Contini sont non seulement bien conscients mais qu’ils peuvent chercher à résoudre en toute quiétude. Pour l’instant du moins. Car après la venue de Rapperswil à la Pontaise ce samedi, et un déplacement à Zurich face à Kosova (1re ligue) en Coupe une semaine plus tard – deux échéances a priori pas trop compliquées –, le LS aura deux déplacements très délicats à négocier, à Schaffhouse puis à Genève.

«C’est vrai, concède Giorgio Contini, tout n’est pas encore parfait offensivement. Mais il ne faut pas oublier que cette phase est toujours la plus difficile à mettre en place. Même si au sein de mon groupe les qualités individuelles ne manquent pas, des joueurs comme Oliveira, Sancidino ou Dominguez sont tous très jeunes et viennent de débarquer ici. Ou alors ils n’ont presque pas joué la saison passée (ndlr: trois apparitions seulement pour Dominguez avant de subir une grave blessure). Ils ont donc besoin d’un peu de temps pour trouver leur rythme et les bons automatismes avec leurs coéquipiers.»

Depuis le début du championnat, l’absence pour blessure – et des états d’âme – de Francesco Margiotta, le meilleur attaquant lausannois, explique aussi en partie ces problèmes. «Il s’entraîne de nouveau normalement avec nous depuis quelques jours, se réjouit le coach du LS, mais il est encore un peu «court» pour figurer sur la feuille de match samedi. Francesco est un vrai pro et je ne doute pas un instant qu’il a envie de travailler avec nous. Et nous avons aussi besoin de lui. Cela dit, d’ici au 31 août, date de la fin des transferts, je sais que tout peut arriver. Dans un sens comme dans l’autre.»

Margiotta sera bientôt fixé

Un cas épineux qui devrait être définitivement réglé le 17 août prochain au plus tard, date de la fin anticipée du recrutement en Italie. «Chacun sait que Margiotta souhaiterait retourner dans son pays, explique Pablo Iglesias. Et il est clair que notre but n’est pas de retenir contre son gré un joueur. Cela dit, le club a investi pas mal d’argent (ndlr: 1 million d’euros) sur lui l’hiver dernier. Or nous n’avons pas encore reçu la moindre proposition le concernant.»

Même s’il ne le dit pas, Pablo Iglesias attend avec une certaine impatience cette date du 17 août. Parce qu’il saura s’il peut ou non compter avec Margiotta. «S’il reste parmi nous, continue le directeur sportif, je pense que nous n’allons recruter qu’un seul élément offensif d’ici au 31 août. Dans le cas contraire, deux joueurs viendront renforcer le groupe. Cela dit, et même si l’on a un peu d’argent à disposition, un beau projet avec un nouveau stade et de l’ambition, il faut savoir qu’il est difficile d’attirer de bons éléments en Challenge League. Les internationaux, par exemple, rechignent à venir passer une saison à un niveau qui pourrait leur coûter leur place en équipe nationale.»

Raison pour laquelle on espère, au LS, que Margiotta finira par rester et qu’il apportera la forte contribution attendue pour ramener le club en Super League, en juin prochain. Quant au profil de celui qui pourrait être le dernier renfort de l’année, il est bien défini dans la tête de Pablo Iglesias. «Avec tous les jeunes prometteurs que nous avons, il nous faut l’apport d’un joueur expérimenté, capable aussi de faciliter leur progression. Nous avons quelques pistes mais n’allons rien précipiter.» Le LS n’appréhende donc pas de se mesurer à Schaffhouse et à Servette avec le groupe actuel.

(nxp)

Créé: 10.08.2018, 20h03

L'avant-match

Les dernières nouvelles

Les absents

Très bonne nouvelle pour le LS et, surtout, pour Jérémy Manière. Absent depuis le début de l’année en raison d’une grave blessure à un genou, le défenseur s’entraîne de nouveau avec ses coéquipiers depuis quelques jours. Même s’il est prématuré d’envisager un retour, il a fait un grand pas dans la bonne direction. Pour la réception de Rapperswil, Contini ne pourra pas non plus compter sur Tejeda, Margiotta (genou) et Monteiro (tendon d’Achille). Retour au jeu de Zeqiri.

Rapperswil

Révélations de cette Challenge League qu’ils découvraient la saison dernière, les Saint-Gallois ont réussi un très bon début de championnat. «C’est une équipe jeune que je connais bien, précise Contini. La sous-estimer serait une grave erreur.»

Articles en relation

«Après ce qui s’est passé, j’ai un petit sentiment de culpabilité»

Football Thomas Castella admet avoir eu de la peine à digérer la relégation du LS. Raison de plus pour ne pas prolonger ce purgatoire. Plus...

«Après ce qui s’est passé, j’ai un petit sentiment de culpabilité»

Football Thomas Castella admet avoir eu de la peine à digérer la relégation du LS. Raison de plus pour ne pas prolonger ce purgatoire. Plus...

«Vaduz est l’adversaire idéal pour lancer notre saison»

Football Décevant contre Kriens, Lausanne-Sport se devra de montrer un autre visage, dimanche. Alexandre Pasche se veut optimiste. Plus...

Celestini, sélectionneur du Panama?

Football L'ancien entraîneur du LS est sur les rangs pour diriger la sélection d'Amérique centrale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.