Servette a bien su profiter des errements du LS et d’Aarau

Football - Derby J-2Les Genevois ont vite choisi de privilégier l’offensive et ont su éviter les longs passages à vide.

À l’image de Roman Buess, dépité sous la neige, Lausanne-Sport peut nourrir des regrets. Mais tout n’est pas perdu.

À l’image de Roman Buess, dépité sous la neige, Lausanne-Sport peut nourrir des regrets. Mais tout n’est pas perdu. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Samedi 20 octobre 2018. Deux bonnes heures après une victoire facile du Lausanne-Sport contre Schaffhouse (2-0), Aarau est dominé par Servette dans les dernières minutes de jeu. Ce coup d’assommoir est synonyme de neuvième (!) défaite en onze journées seulement pour les Argoviens. Il relègue désormais ceux qui se profilaient, en juillet, comme les principaux outsiders dans la course à la Super League à 14 unités des Genevois et à 16 du grand favori lausannois.

Un retard que chacun considère comme rédhibitoire. Du côté du Brügglifeld en premier lieu, où la crise est jugée très sérieuse. La place de l’entraîneur, Patrick Rahmen, semble d’ailleurs plus que menacée. L’unique préoccupation des dirigeants consiste alors à trouver au plus vite la solution miracle pour sortir l’équipe du trou noir dans lequel elle est enlisée depuis près de trois mois. Un nouvel objectif, beaucoup moins ambitieux, est fixé. Il se résume à tout entreprendre, mais dans le calme, pour éviter une dramatique culbute en Promotion League. Une nécessité alors que le projet de nouveau stade, vital pour l’avenir du club, devra être soumis au vote populaire au printemps.

Montée en puissance

Un chaos qui n’est plus qu’un mauvais souvenir aujourd’hui. En quelque six mois et 21 matches, Patrick Rahmen, confirmé in extremis dans ses fonctions, et son assistant, Petar Aleksandrov – l’ancienne légende bulgare du club qui a pris quelques responsabilités supplémentaires en octobre –, ont réussi l’impensable. Jusqu’à devenir, depuis samedi et une éclatante victoire contre le LS, un très préoccupant concurrent des Vaudois dans la course à la place de barragiste. Une impressionnante montée en puissance qui pourrait peut-être aussi contribuer à attiser les regrets des Argoviens si le LS réussit à cueillir les dix points qui lui seront probablement nécessaires pour sauver sa 2e place. Que se serait-il en effet passé si Aarau avait commencé «normalement» son exercice? La réponse est simple: il serait aujourd’hui au coude-à-coude avec Servette pour rejoindre directement la Super League.

Cela ne signifie toutefois pas que le LS serait aujourd’hui irrémédiablement distancé. Car des regrets, le LS peut lui aussi en avoir. Comme il le prouve depuis quelques matches, lorsque le terrain n’est pas enneigé, il avait les moyens de faire beaucoup mieux. Mais les innombrables points égarés en automne et en hiver l’ont été par sa propre faute. Car, fait assez rare pour être souligné, sur les 18 matches qu’ils n’ont pas gagné cette saison, il n’y en a aucun au sujet duquel les Lausannois peuvent se plaindre d’une erreur d’arbitrage défavorable, d’une noire malchance au cours d’une partie outrageusement dominée ou d’une performance hors norme d’un gardien adverse. Au contraire même car à l’occasion de certains nuls et de deux ou trois victoires, ils devaient plutôt se sentir assez généreusement récompensés au moment de quitter le terrain. C’est donc principalement en raison de cet attentisme et cette pusillanimité qui a trop longtemps irrité ses supporters que le LS se retrouve en position délicate. Cette volonté d’aller de l’avant, de prendre des risques et d’offrir du spectacle – qui anime enfin le LS depuis trois semaines – a été la force de Servette depuis septembre. Une prise de conscience précoce qui lui a permis d’aligner les victoires après une entame poussive. Un changement d’attitude qui lui a permis de pleinement profiter des longs errements de ses deux adversaires pour s’envoler vers une promotion cent fois méritée.

Vendredi: 20.00 Servette - Lausanne (24 heures)

Créé: 07.05.2019, 22h08

Foule et légendes à Genève

Les signes se multiplient autour du Servette FC. Et les souvenirs resurgissent. On évoque le dernier titre des Grenat, remporté à Lausanne le 2 juin 1999 sur un 5-2 ravageur, il y a vingt ans. Ce mois de mai coïncide aussi avec l’extraordinaire sacre du Servette FC de la saison 1978-1979, la plus incroyable du club. C’était il y a quarante ans, elle est entrée dans l’histoire. Vendredi soir, les légendes de l’époque se rassembleront sur la pelouse de la Praille pour un hommage légitime. Tous n’ont pas pu se libérer, mais il y aura notamment Gilbert Guyot, Marc Schnyder, Didi Andrey, Bertine Barberis, Lucio Bizzini ou Serge Trinchero. Des hommes qui ont écrit l’histoire en étant les seuls à tout rafler durant une saison. Tout: le championnat en alignant dix victoires en dix matches dans le tour final, la Coupe de Suisse, la Coupe de la Ligue et la Coupe des Alpes.

Depuis, les Charmilles ont été rasées. Les Grenat d’aujourd’hui n’étaient pas nés quand leurs légendaires prédécesseurs brillaient, mais ils sont les dépositaires de cette histoire. Ils sont concentrés sur le derby de vendredi. Un point suffit à une promotion officielle, une victoire serait la cerise sur le gâteau. Il y aura du monde: près de 10 000 billets ont déjà trouvé preneur. D.V.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.