La situation du LS suscite plus d’inquiétudes que de colère

FootballAvec un seul point pris en cinq sorties, les Vaudois sont en chute libre depuis la reprise. Comment vite inverser cette tendance?

Le LS et Benjamin Kololli se posent de nombreuses questions mais peinent toujours à trouver les bonnes réponses.

Le LS et Benjamin Kololli se posent de nombreuses questions mais peinent toujours à trouver les bonnes réponses. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Samedi soir, le maigre public présent à la Pontaise a quitté le stade la tête basse et avec des idées noires difficiles à évacuer. Les quelques sifflets qui avaient accompagné la sortie des joueurs à la mi-temps ont, au fil des minutes, fait place à une profonde inquiétude.

Les plus lucides du carré d’habitués s’étaient rendu compte, il y a un mois déjà, que les espoirs de voir le Lausanne-Sport retrouver l’Europe après huit ans d’attente relevaient de l’utopie. Un retour sur terre qu’ils ont accepté sans problème, malgré les promesses liées à l’arrivée d’un nouveau propriétaire à la fois riche et ambitieux – Ineos – ainsi qu’à une campagne de transferts… onéreuse. Aujourd’hui, leur crainte légitime est de voir leur équipe quitter la Super League en mai prochain. «Ce scénario catastrophe est malheureusement devenu envisageable, estime Gabet Chapuisat. Cela dit, je reste encore persuadé que cette équipe a les moyens de faire bien mieux que ce qu’elle propose depuis février.»

«Chercher à pratiquer un beau football est une chose louable, mais aujourd’hui c’est surtout de points dont a besoin le LS»

Un avis que partage Alain Joseph, un ancien président-propriétaire qui souffre avec un LS auquel il reste très attaché. «Si on regarde le classement, il y a effectivement de quoi être inquiet. Mais, pour avoir déjà vécu ce genre de situation ces deux dernières années, je me dis que, cette fois encore, ce groupe que je connais bien a les moyens de se sortir de cette mauvaise passe. Il y a dans ce club assez de gens capables pour rester optimiste.» Pourtant, avec ces défaites qui se succèdent et un niveau de confiance au plus bas, la tâche s’annonce bien compliquée. «D’autant plus que le LS connaît de gros soucis défensifs, continue Gabet Chapuisat. Je ne comprends pas pourquoi un défenseur central d’expérience, capable de bonifier ce secteur capital, n’a pas été engagé durant la trêve hivernale.»

Régulièrement présent dans les tribunes de la Pontaise, Pierre-André Schürmann partage ce constat. «Il me semblait pourtant que la priorité lors du récent mercato était de trouver un défenseur central. Cela n’a malheureusement pas été fait. Maintenant, continue l’ancien entraîneur du LS, il ne faut pas non plus tout peindre en noir. Lors de la première partie de championnat, cette équipe a quand même montré de belles choses.»

Un blocage mental?

D’accord, mais comment réussir à sortir de cette spirale négative dans laquelle sont englués des joueurs en panne totale de confiance? «Un problème psychologique?, s’interroge Gabet Chapuisat. C’est une mauvaise excuse à laquelle je ne crois pas une seconde! Je suis très étonné quand j’entends Fabio Celestini dire que ses joueurs travaillent très bien la semaine mais qu’il ne les reconnaît pas le week-end. Ou alors il y a un gros souci. Pour moi, l’entraînement et les matches sont deux choses différentes. Le boulot d’un entraîneur est de préparer au mieux ses joueurs afin qu’ils soient prêts le jour J. Et si tel n’est pas le cas, ou le travail n’a pas été bien fait, ou les joueurs ne sont pas de vrais compétiteurs. Et il y a alors un vrai gros problème…»

Dans ce contexte très délicat, le LS a, cette semaine, deux échéances – contre Bâle puis à Thoune – a priori idéales pour refaire surface, selon le consultant de Teleclub. «Mercredi, les Lausannois n’auront strictement rien à perdre car personne n’attend d’eux qu’ils battent des Bâlois qui ont dominé la Super League ces huit dernières années. Mais le LS aura l’avantage d’avoir face à lui un adversaire en grande difficulté. Après sa défaite à Lucerne, Bâle sait désormais qu’il ne conservera pas son titre. Une situation nouvelle pour les Rhénans. Lausanne devra impérativement en profiter. À mon avis, une victoire pourrait provoquer le déclic tant attendu.»

Mais pour l’emporter, même face à ce FCB moribond, le Lausanne-Sport doit d’abord se remettre sérieusement en question. «Il faut maintenant que les joueurs prennent conscience de la précarité de la situation, assure Pierre-André Schürmann. Dans ces circonstances, le travail, la solidarité et l’orgueil sont des qualités indispensables. Sans cela, la mission maintien risque de se compliquer davantage encore.»

Une semaine décisive?

Pour Gabet Chapuisat, ces cinq prochains jours seront ceux de la vérité pour le LS et Fabio Celestini. «Chercher à pratiquer un beau football est une chose louable, mais aujourd’hui, c’est surtout de points dont a besoin le Lausanne-Sport, insiste l’ancien entraîneur. Et si ces points n’arrivent pas rapidement, Ineos a les moyens, contrairement à Alain Joseph, de faire une petite révolution de palais. Les nouveaux propriétaires ne sont pas connus pour avoir beaucoup de patience…» (nxp)

Créé: 12.03.2018, 19h21

Articles en relation

Le LS a touché le fond

Football Largement dominée par Saint-Gall (4-1), l’équipe de Fabio Celestini a concédé, samedi, sa quatrième défaite en cinq matches disputés cette année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 18 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...