Passer au contenu principal

Solide et percutant, le LS confirme sa progression

Le visiteur a donné une leçon d’efficacité à une équipe de Saint-Gall médusée. Ainsi, l’embellie se poursuit.

Auteur du quatrième but lausannois (59e), Yeltsin Tejeda (au centre, de face) exhulte dans les bras de ses coéquipiers.
Auteur du quatrième but lausannois (59e), Yeltsin Tejeda (au centre, de face) exhulte dans les bras de ses coéquipiers.
Keystone

Il n’a pas fallu plus d’une heure au Lausanne-Sport pour éteindre littéralement le Kybunpark. Un stade où l’ambiance est à la ferveur. Une arène où le visiteur n’a que rarement la vie facile. L’équipe vaudoise a en effet réussi une performance de premier choix dans la proposition de jeu qui est désormais la sienne, depuis fin août, avec une remarquable série de 15 points en 7 matches.

Compact et solide en défense, le LS a ensuite su frapper en plein cœur un adversaire qui n’a pas vraiment compris ce qui lui arrivait. En termes d’efficacité dans les deux zones de vérité, Lausanne a marqué les esprits. Et bien sûr posé quelques jalons supplémentaires dans son développement. De bon augure avant une semaine chargée avec deux matches à la Pontaise, mercredi en Coupe de Suisse, face à Grasshopper, puis samedi contre Thoune.

A une question au sujet de la métamorphose du LS ces dernières semaines, Jérémy Manière avait cette réponse: «On vient de tellement loin qu’on peut effectivement utiliser ce terme. En même temps, les joueurs n’ont pas changé. Peut-être qu’on était simplement trop ambitieux en début de saison. Cela dit, les principes de jeu restent identiques. Mais ce qu’on sait maintenant, c’est qu’on peut être solides et solidaires… et qu’on a aussi des qualités pour attaquer».

La classe de Campo

C’est la recherche de cet équilibre qui occupe présentement toutes les pensées lausannoises. Dont celles de Fabio Celestini bien sûr. «On a joué dans la dynamique des derniers matches. L’équipe se sent très bien sur le plan défensif, soulignait le coach dimanche en fin d’après-midi. En première mi-temps, nous avons perdu trop de ballons. Mais sur les quatre ou cinq actions réussies sur le plan technique, on a su se montrer dangereux en jouant très vertical. Dans l’absolu, j’aimerais qu’on défende beaucoup moins, et surtout moins bas. Mais l’équipe semble à l’aise ainsi.»

Dans cette transition vers l’avant, pas vraiment bien maîtrisée en début de rencontre, un homme joue un rôle essentiel: Samuele Campo. A l’aise sur la (très belle) pelouse de Suisse orientale, le gaucher a régalé par sa qualité technique et sa vision, parachevant son match par une frappe splendide pour le 3-0. «Nous étions sous pression en début de rencontre, admettait le milieu de terrain bâlois du LS. Mais à 2-0, nous avions vraiment tout en main pour priver notre adversaire du moindre espoir.»

Quatre buts inscrits par quatre joueurs différents, un blanchissage pour le gardien Castella, le tout assorti de quelques séquences collectives de très belle valeur, l’exercice est pleinement réussi. Sans oublier tout de même que la partie aurait pu prendre une autre tournure à la 21e minute, lorsqu’une frappe de Aleksic (sur coup franc), déviée par le mur, a frôlé le poteau des buts vaudois, avant que Ben Khalifa, quelques secondes plus tard, ne rate une grosse opportunité.

Peu de choses séparent parfois une après-midi compliquée d’une autre qui peut sembler parfaite. «Savourer sans s’enflammer», indiquait d’ailleurs Manière à ce propos. Une disposition d’esprit qui, si elle est partagée par tous, pourra permettre à ce LS de conforter sa position et, à terme, de revoir peut-être ses ambitions à la hausse.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.