Le LUC garde sa couronne

VolleyballLes Lausannois ont battu Amriswil mardi soir (2-3) pour remporter la finale de LNA en trois matches.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’air était irrespirable à Amriswil dans le cinquième set décisif. Dans une salle du Tellenfeld remplie jusqu’au plafond, le LUC a arraché le titre au bout du suspense (11-15 dans le cinquième set). Les Vaudois ont balayé l’ogre thurgovien dans une finale intense (3-0) pour s’offrir ce doublé. «Quand le ballon touche le sol, il y a tellement de pression qui retombe d’un coup, décrit le capitaine Adrien Prével avec émotion. Nous sommes un groupe de battants. Ce sacre, nous avons été le chercher.»

Björn Höhne a fait basculer la rencontre. Il a inscrit trois points monstrueux pour permettre aux siens de plier la rencontre dans le tie-break. Un symbole pour l’ailier allemand qui a longtemps cherché ses marques au LUC: «Je suis arrivé hors de forme, à cause d’une blessure à une épaule. Mes coéquipiers m’ont tellement soutenu. C’est grâce à eux si je suis là dans cette finale.» Sa progression fulgurante ces derniers mois a correspondu à la montée en puissance des Lausannois à l’approche des play-off. Il aura apporté son talent au meilleur moment. «Au fond, je n’ai fait que rendre la confiance que j’ai reçue. Enfin, j’ai pu montrer ce dont j’étais capable. Je suis fier de moi, mais surtout de mon équipe.»

Des débuts hésitants

Le LUC a dû gérer neuf jours d’attente avec une pression nouvelle sur les épaules. Grâce à leurs deux victoires initiales, le titre tendait les bras aux Vaudois. Un costume de favori qui a semblé un peu trop grand pour les Lausannois dans cet acte III. Les Vaudois ont pris l’eau dans le premier set à l’image de leur capitaine, Adrien Prével (4 erreurs au service et un 0% en attaque).

Au plus fort de la tempête, le LUC n’a pourtant pas sombré. Les Universitaires ont arraché le deuxième set sur leur première balle de match, malgré le public adverse. Jonathan Käser a fait sa seule apparition du match au service et Karim Zerika a permis aux Vaudois d’égaliser sur un contre solide (1-1). Le jeune étudiant de 22 ans a encore été à la hauteur dans les moments chauds. «Karim, c’est le symbole du LUC, s’enthousiasme son entraîneur, Giaccardi. J’espère qu’il aura sa place en équipe de Suisse cet été. L’année prochaine, il sera le meilleur joueur suisse à son poste. Il a tout pour devenir un grand.»

Un succès d’équipe

Amriswil tombe de haut dans cette finale. Pour la troisième fois, les Thurgoviens ont perdu la guerre psychologique. S’ils sont parvenus à revenir à hauteur dans ce troisième acte (2-2), ils ont craqué sur la fin. «Ils ont joué comme des machines de guerre par moments ce soir (ndlr: mardi), souligne Max Giaccardi. Nous avons pu résister grâce à notre solidité collective.» Le puissant club alémanique (qui avait réussi le doublé en 2016 et en 2017) laisse encore les Vaudois régner sur la Suisse. Une défaite aussi cinglante qu’amère pour l’équipe de Marko Klok.

Bien que tenant du titre, le LUC a déjoué les pronostics dans cette finale. Amriswil avait remporté avec brio la saison régulière. Mieux, l’équipe thurgovienne n’avait pas égaré le moindre set pour atteindre la finale. Pourtant, Les Universitaires n’ont jamais douté face à l’armada adversaire. La première victoire, obtenue à l’extérieur, a donné le ton. Lausanne a décroché avec brio le neuvième titre de son histoire. Les Universitaires ne sont pas rassasiés pour autant. «C’est dommage que la saison s’arrête au moment où on joue le mieux, plaisante Prével. Vivement la saison prochaine!»


Amriswil - LUC 2-3

Sets: 25-20 23-25 22-25 25-18 11-15

Tellenfeld, 1200 spectateurs.

Arbitres: Grieder/Schürmann.

Amriswil: Howatson (passeur/2 points), Zass (17), Gommans (20), Brändli (11), Djokic (16), Kamnik (9), Daniel (libero); Fort (0), Weber (0).

LUC: Chevallier (passeur/0 point), Prével (16), Zerika (12), Kvalen (24), Höhne (16), Stevanovic (7), Del Valle (libero); Pfund (passeur), Kaeser (0), Sueur (0). Pas alignés: Ineichen, Montavon, Feughouo et Sommer. (24 heures)

Créé: 23.04.2019, 23h42

Giaccardi veut rester

En deux saisons sur le banc du LUC, Massimiliano Giaccardi a offert deux titres au club vaudois. Le Transalpin avait mis fin à dix ans d’attente pour sa première année au LUC. Il a mené ses joueurs vers le doublé. «Sur le papier, Amriswil était meilleur que nous, appréciait-il après la troisième victoire de ses joueurs. Cela n’a pas suffi. Nous avons été plus solides. C’est une victoire d’équipe.»

Giaccardi sera-t-il encore Lausannois la saison prochaine? Beaucoup l’espèrent. L’Italien va rejoindre cet été le staff de l’équipe nationale des Pays-Bas qui est entraînée par son compatriote Roberto Piazza. Il portera la double casquette de préparateur physique et de deuxième assistant. Les Bataves vont disputer les championnats d’Europe en septembre à la maison. Un tournoi qui empêcherait l’entraîneur italien d’être présent à Dorigny pour les deux premières semaines de préparation. «Rien n’est signé pour l’instant avec le LUC, poursuit-il.Le club m’a donné son accord de principe pour que je rejoigne la Hollande. J’ai envie de rester à Lausanne. Nous allons d’abord savourer, puis nous discuterons. J’ai envie de rester. Après tout, il me manque encore la Coupe de Suisse.» Dès la balle de match, les cadres du vestiaire lausannois appelaient à ce qu’il continue l’aventure. La réponse devrait tomber ces prochains jours.
U.CY

Sébastien Chevallier




«Ce sacre est superbe»



Sébastien Chevallier
31 ans,
passeur du LUC



Amriswil était le favori pour le titre. Quelle a été la clé pour Lausanne?
Sur le papier, nous ne sommes pas moins forts qu’Amriswil. Mais ils étaient clairement favoris après la saison régulière qu’ils ont livrée. Nous sommes arrivés en finale sur la phase ascendante. Nous avons prouvé que nous avions les armes pour gagner.

Est-ce que le scénario de ce troisième match ajoute encore un peu de saveur à ce titre?
Il n’y a jamais besoin de rajouter de saveur à un titre. Tout est parfait ce soir (ndlr: mardi soir). Quand j’y pense, cela aurait peut-être été encore plus beau de remporter ce troisième point à la maison. Mais c’est génial de s’imposer 3-0 dans une finale difficile, dans une salle pleine. Nous allons profiter de ces beaux moments désormais.

Après 2008, c’est votre deuxième titre avec le LUC. Quel est le plus beau?
Chaque titre a une histoire bien particulière. En 2008, nous étions revenus de nulle part pour gagner le septième match avec le LUC. J’étais un petit jeune à l’époque, je suis aujourd’hui un vieux routinier. Après la saison difficile que nous avons eue, ce sacre est superbe.

À 31 ans, est-ce que c’était le dernier match de votre carrière?
C’est une très bonne question. Honnêtement, je ne sais pas. (Il marque une pause). Je me marie dans dix jours. Ce serait magnifique d’arrêter après cette victoire finale, mais je déciderai au début de l’été. Tous les scénarios sont encore possibles. Je n’ai jamais dit jamais. Personne n’aurait pensé que je reviendrais à Dorigny un jour. On peut s’attendre
à tout.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.