Le LUC réussit deux gros coups

VolleyballCarton plein pour des Vaudois relancés, tombeurs de Chênois et de Schönenwerd. Le doublé est dans leurs cordes.

Adrien Prével (ici face au bloc de Chênois) s’est montré deux fois à la hauteur de sa réputation.

Adrien Prével (ici face au bloc de Chênois) s’est montré deux fois à la hauteur de sa réputation. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était pour le LUC un week-end quitte ou double, entre le couperet et le coup de force. «Entre l’enterrement et la résurrection», glisse Julien Carrel, observateur avisé de ces deux matches de vérité. Parce que le tenant du titre a du talent – il l’avait jusque-là un peu dispersé cette saison –, il s’est imposé deux fois de façon magistrale. Samedi d’abord, en dominant Chênois (3-0) et en rétablissant ainsi l’égalité dans un quart de finale des play-off plus indécis que jamais. Puis dimanche, en demi-finale de la Coupe (3-1), face à un Schönenwerd flingué par le feu de ses services. «La machine est relancée. Avec une telle dynamique de groupe, le doublé est même possible», s’enthousiasme l’ancien libero de Dorigny.

Pour Max Giaccardi, le LUC a fait le plus dur contre son bourreau genevois. Ses joueurs devaient à tout prix reprendre la main et retrouver leur culture de la gagne. Ses vœux ont été exaucés. Furieusement remontés, ils ont pris à la gorge des Chênois bizarrement désemparés. Le monde à l’envers! Allez y comprendre quelque chose. Oui, en relisant Jean-Jacques Rousseau, le plus Lémanique des penseurs: «Si c’est la raison qui fait l’homme, c’est le sentiment qui le conduit.»

«C’est la rage et l’envie qui nous ont rendus meilleurs et plus conquérants»

Massimiliano Giaccardi, Coach du LUC

Durant la semaine, Giaccardi avait piqué au vif ses joueurs. «C’est la rage et l’envie qui nous ont rendus meilleurs et plus conquérants», explique-t-il. Il faut dire qu’il avait aussi eu la bonne idée de titulariser Peer Harksen à la passe, un choix soufflé par beaucoup et couronné de succès. L’ancien de Näfels a été l’élément moteur et fédérateur d’un six sans faille et sans reproche. «Son énergie et sa lecture du jeu se sont avérées décisives. Grâce à lui, Joonas Jokela a flambé à l’aile et Adrien Prével a été fidèle à lui-même», analyse Julien Carrel.

Face à ce LUC renversant, Chênois n’a fait illusion que durant le premier set. Il aurait même pu l’emporter sans certaines décisions arbitrales douteuses. La face du match en aurait-elle été changée? Pas sûr en fait. Très vite, on a senti Robin Rey et ses coéquipiers à court de justesse et d’inspiration. À commencer en service-réception, la clé défaillante qui a déréglé leur jeu. Puis les têtes ont flanché, inexorablement. Il a suffi de deux défenses réflexes du libero lausannois Del Valle pour enfoncer les Genevois à l’amorce du deuxième set.

Une sacrée leçon

Comment expliquer un tel fiasco? «On n’a pas joué, tout simplement. C’est le sport, les gars ne sont pas des machines que l’on peut programmer», répond Charly Carreño. Il n’y a pas d’affolement dans ses propos. «On l’a prouvé, on sait jouer et plutôt bien. Alors, évacuons ce match et tout ira mieux.» «On est tombé de notre échelle, confie Quentin Zeller. On a cru qu’il était normal de dominer le LUC. C’était peut-être vrai la semaine passée. Mais aujourd’hui, notre rival nous a infligé une sacrée leçon et là, son succès est vraiment normal. C’est la beauté du volley. Ce ne serait pas intéressant si tous les matches étaient faciles à gagner...»

Dimanche, c’est sur sa lancée que la bande à Prével a désarmé Schönenwerd et ses deux artificiers, le Polonais Ernastowicz et le Colombien Bermudez. Et même une panne de service dans le troisième set n’a pas détraqué sa force collective. Ce LUC ressuscité sera bien difficile à arrêter...

Créé: 24.02.2020, 07h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.